Le Locle (NE)

30 juillet 2014 18:10; Act: 31.07.2014 14:06 Print

Kering acquiert la marque horlogère Ulysse Nardin

Le groupe de luxe français, ex-PPR, a annoncé mercredi avoir signé un accord pour s'emparer de la marque neuchâteloise. Au prix fort, selon les calculs des analystes.

storybild

(Photo: Keystone)

Une faute?

Kering devrait avoir payé jusqu'à 700 millions d'euros (850 millions de francs) pour acheter Ulysse Nardin au Locle.

Mais le groupe de luxe français a eu raison, dans la mesure où la marque horlogère neuchâteloise constitue une pépite rentable et présente beaucoup d'atouts, selon des analystes.

L'acquisition s'est faite «au prix fort» mais c'est «justifié», a estimé David Da Maia dans une note d'Aurel BGC publiée au lendemain de l'annonce par Kering de ce nouvel ajout à son portefeuille de marques de luxe (Gucci, Bottega Veneta, Saint Laurent...)

Kering a indiqué mercredi soir avoir déboursé pour cet achat treize fois le résultat brut d'exploitation (EBITDA) de sa cible. Soit selon les calculs des analystes, entre 650 et 700 millions d'euros.

«Ce ratio est élevé mais nous semble justifié par la forte rentabilité» d'Ulysse Nardin - qui est «l'une des meilleures dans la haute horlogerie selon le management» - et «par la rareté d'une telle cible et le caractère stratégique de cette opération», estime David Da Maia.

Fabrication de mouvements

Dans une autre note, les analystes de HSBC font le même constat: «Ce n'est pas bon marché en termes de standards financiers, mais étant donné le haut niveau de rentabilité et l'expertise manufacturière - Ulysse Nardin est autosuffisant pour la fabrication de ses mouvements horlogers et pour certains composants stratégiques comme le ressort spiral - c'est un prix raisonnable».

La marque a une marge opérationnelle d'environ 20% et elle n'a pas de dette, souligne une note de Citi. Ulysse Nardin vend à un prix moyen en magasin de 15'000 à 20'000 francs et réalise un chiffre d'affaires annuel d'environ 250 millions de francs.

Cette acquisition est structurante pour le nouveau pôle Montres & Joailleries de Kering, estime de son côté David Da Maia. Elle devrait permettre des synergies importantes avec les marques chaux-de-fonnières Girard-Perregaux et JeanRichard déjà détenues par Kering dans la production et la distribution.

Intégration verticale

Citi souligne que la marque a une intégration verticale très forte qui devrait «compléter la colonne vertébrale industrielle de Kering» en matière d'horlogerie.

Citi croit dans «le haut potentiel de développement dans les chronomètres de marine (l'une des spécialités d'Ulysse Nardin) et dans divers segments horlogers et en termes d'expansion géographique en Asie et au Moyen-Orient».

Ulysse Nardin emploie 460 personnes au niveau mondial, dont 350 environ sur ses sites du Locle et de La Chaux-de-Fonds. L'horloger fabrique quelque 25'000 montres par année. Elle possède aussi Sigatec à Sion et Donzé Cadrans au Locle.
L'entreprise basée au Locle (NE) est l'une des dernières manufactures indépendantes de Suisse. Selon les observateurs de la branche, Ulysse Nardin réalise un chiffre d'affaires annuel supérieur à 200 millions de francs. Fondé en 1846, l'horloger loclois dispose également d'un site à La Chaux-de-Fonds. Le montant de la transaction n'a pas été divulgué.

L'annonce de l'accord est survenue en même temps que la publication des comptes de Kering au deuxième trimestre 2014. Le groupe de François-Henri Pinault a fait état d'une croissance organique stable, malgré une baisse des ventes de Gucci, et d'un tassement de son résultat opérationnel lié à des effets de change négatifs.

(ats)