Taxes

01 juin 2018 07:10; Act: 01.06.2018 10:24 Print

Economie mondiale au bord de la guerre commerciale

Les alliés de Washington, UE et Canada en tête, mettent en place leur riposte aux taxes voulues par le président américain.

Sur ce sujet
Une faute?

Les Etats-Unis ont annoncé jeudi des taxes douanières ciblant spécifiquement leurs alliés, qui ont commencé à riposter, précipitant l'économie mondiale au bord de la guerre commerciale au moment de la tenue d'un G7 Finances au Canada.

Ces droits de douane supplémentaires de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium en provenance de l'Union européenne ainsi que du Canada et du Mexique sont officiellement entrés en vigueur vendredi. En portant les coups les plus acérés à l'encontre de leurs alliés, au nom de la sécurité nationale, les Etats-Unis ont suscité indignation et incompréhension jusqu'au sein du parti républicain du président américain Donald Trump.

«La décision cible les alliés des Etats-Unis alors que nous devrions travailler avec eux pour nous occuper des pratiques commerciales injustes de pays comme la Chine», a tonné le président de la Chambre des représentants, Paul Ryan.

Ottawa a été un des premiers partenaires à riposter concrètement en annonçant des taxes sur 16,6 milliards de dollars canadiens (12,8 mds USD) de produits américains. Qualifiant ces taxes d'«inacceptables», le Premier ministre canadien Justin Trudeau a estimé qu'elles étaient «un affront au partenariat de sécurité existant de longue date entre le Canada et les Etats-Unis, et un affront aux milliers de Canadiens qui ont combattu et péri aux côtés de leurs frères d'armes canadiens».

«Un accord équitable»

M. Trump a répliqué dans un communiqué qu'il avait été clairement indiqué à M. Trudeau que les Etats-Unis accepteraient seulement «un accord équitable», sinon «il n'y aura pas d'accord du tout». «Les Etats-Unis ont été exploités pendant de nombreuses décennies dans le domaine du commerce. Ces jours sont révolus», a averti le président américain.

«Nous ne pouvons comprendre, que nous, alliés des Etats-Unis, puissions être frappés par les tarifs américains», a réagi le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire.

Cette décision est «une erreur» et elle est «illégale», a signifié le président français Emmanuel Macron au président américain au cours d'un entretien téléphonique. Il lui a également confirmé l'intention de l'Union européenne de riposter «de manière ferme et proportionnée». «Le nationalisme économique, c'est la guerre», avait fustigé avant cet entretien le chef de l'Etat français.

La chancelière allemande Angela Merkel s'est pour sa part alarmée d'«une escalade qui nuira à tout le monde». «Les Etats-Unis ne nous laissent pas d'autre choix que de porter ce conflit devant l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce) et d'imposer des droits de douane supplémentaires à des produits en provenance des USA», a par ailleurs réagi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

«Pas de négociation sous la pression»

«Nous avons eu des discussions avec la Commission européenne et même si nous avons fait des progrès, ils ne sont pas allés jusqu'au point où il aurait été justifié, soit de prolonger l'exemption temporaire, soit d'accorder une exemption permanente», avait justifié le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross.

«J'ai rencontré ce matin Wilbur Ross et je lui ai clairement signifié que les pays de l'Union européenne n'accepteront jamais de négocier sous la pression», a souligné Bruno Le Maire.

A Berlin, le gouvernement allemand a par ailleurs promis que la réponse à «l'Amérique d'abord» sera «l'Europe unie». Wilbur Ross a, lui, minimisé les risques de représailles de la part des pays visés estimant que les importations venant de l'Union européenne représentaient «peu de chose» par rapport au déficit commercial américain (moins de 3 milliards de dollars).

Frappé également, parce qu'il ne plie pas assez vite face aux revendications américaines dans la renégociation de l'Aléna, le Mexique a condamné «catégoriquement» les mesures américaines et annoncé «des mesures équivalentes sur divers produits» dont certains aciers, des fruits et des fromages.

G7 Finances

Troisième partenaire de l'Aléna, le Canada, qui est l'hôte jusqu'à samedi du G7 Finances, entend profiter de cette réunion des ministres des finances pour tenter de convaincre l'administration Trump de revenir sur leur décision.

Le G7 avait pour objectif de débattre de la manière d'«investir dans la croissance économique qui profite à tout le monde», et «malheureusement nous devons parler de tarifs», a regretté Bill Morneau, le ministre canadien. «Les taxes douanières ne font aucun sens sur le plan économique. Elles sont nuisibles aux Canadiens, elles sont nuisibles aux Américains», a-t-il ajouté.

Participant à ce G7 Finances qui se déroule à Whistler, une chic station de ski au nord de Vancouver, la patronne du FMI Christine Lagarde a dénoncé une forme «de remise en cause de la manière dont le monde fonctionne» depuis des décennies, basée sur «le principe de la confiance et de la coopération». Elle a aussi prévenu que ce sont les plus pauvres qui pâtiraient de cette guerre commerciale.

A Whistler, une chic station de ski au nord de Vancouver, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a eu des discussions bilatérales, notamment avec Bill Morneau, le ministre allemand des Finances Olaf Scholz et le ministre japonais Taro Aso avant un dîner.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Tetra Pak le 01.06.2018 07:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un mal pour un bien?

    Peut-être que cela incitera nos politiques de miser principalement sur une économie indigène. Les importations et exportations sont quand même une ineptie écologique sans nom. Manger des pdt venant de lÉgypte quand les égyptiens ont eux même pas trop à manger et que le produit est issus de cultures dirrigation... Cest le savoir qui doit voyager et pas les produits !

  • Giorgio le 01.06.2018 07:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sanctions

    pour avantager quelques uns on à déréglé l'économie des pays qui avaient prospéré dans l'après guerre

  • John le 01.06.2018 07:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le grand Junker

    LEurope est très mal dirigée. Notre arrogant Junker ferait mieux de bouger son derrière et être proactif en affaire au lieu de venir en Suisse et nous voler des milliards. Il a une vue à court terme en essayant déquilibrer les finances en augmentant les impôts. Ce quil nous faut cest un homme daffaire qui sait faire profiter nos entreprises et nos citoyens. LEurope se croit grande mais elle va très mal, seul lAllemagne tire les autres pays vers le haut.

Les derniers commentaires

  • jlc le 02.06.2018 22:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bien fait...

    Les larbins son traités de la même façon que les russes, bien fait !!!

  • Moïse le 02.06.2018 00:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Amérique first

    Européens continuer à dire oui amen aux américains... ils vont vous entuber

  • Michel Bertrand le 02.06.2018 00:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    #DansLesDentsCosette

    personnellement, je pense que Trump ne va pas assez lpoin: d'ailleurs suis nostalgique du 19ème siècle quand un patron d'industrie pouvait exploiter ouvertement des ouvriers et ouvrières pour un salaire de misère. Revenons à cette forme de société ça cloura le bec des bobo.

  • usa le 01.06.2018 22:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    China

    150milliards de déficit pour les USA... c'est logique sa décision ... juste que l'Europe est jaloux de la Chine pour c'est pas avec eux pour 300milliards de déficit..

    • Jack le 01.06.2018 22:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @usa

      Un grand verre d'eau pour hydrater, deux aspirines et au dodo. Ça ira mieux demain...

  • Urs Meyer le 01.06.2018 21:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo Donald

    Ce qui est marrant c'est que sa politique va en effet favoriser les travailleurs locaux. Sauf que les entreprises US importaient de l'acier car son prix était bas. S'ils sont obligés d'acheter de l'acier US plus cher, il faudra le répercuter sur le prix de vente. Et si les ventes baissent, il y aura des licenciements. En gros, pour favoriser certains travailleurs d'autres vont perdre leur travail. Super calcul M. Trump! America first (Enfin ça dépend pour qui...). Pourquoi il ne surtaxe pas le pétrole des émirats pour favoriser celui de son pays?

    • Hubert le 02.06.2018 00:06 Report dénoncer ce commentaire

      Trump magicien

      tu parles, mais comme ça va freiner aussi les exportations des US , ils devront fermer leurs usines.