Suisse

06 décembre 2018 19:35; Act: 06.12.2018 22:51 Print

L'avenir appartient-il aux magasins sans caisses?

La société Valora a annoncé jeudi l'ouverture d'un shop entièrement automatisé en 2019 à Wetzikon (ZH). Mais d'autres magasins suivent cette voie.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

En 2016, Amazon Go a été le pionnier des magasins gérés uniquement par la technologie. Pas même besoin de scanner ses produits, tout est géré par des caméras, des capteurs et une app installée sur le smartphone du client. Donc aucun passage à la caisse.

Sondage
Etes-vous favorable aux magasins sans caisses?

Jeudi, la société Valora a annoncé la construction en 2019 d'un magasin entièrement automatisé dans la gare de Wetzikon (ZH). Mais le client doit ici scanner un QR-code pour entrer dans le shop, puis scanner lui-même ses articles. Ce «Avec Box» de 53 m2 sera ouvert 24h/24 et 7j/7.

«Cela répond à la demande de la population pour des heures d’ouverture flexibles», indique l’entreprise. Même si le magasin sera essentiellement sans caissier, des employés seront présents lors des heures de grande affluence, le matin et le soir, pour aider les clients et remplir les rayons.

Mais l'automatisation ne vise pas toujours à supprimer des coûts et réduire le nombre d'emplois. A Bavois (VD), la Petite Epicerie a ouvert ses portes le 24 novembre. Elle propose des produits d’agriculteurs locaux 24h/24 et 7j/7 et son accès est également géré par une app, de même que le paiement des achats. Et pas besoin d'avoir un smartphone pour y faire ses courses: un employé est présent à certains horaires, notamment le samedi de 9h à 11h.

«Il n’y avait plus de commerces dans le village depuis dix ans. Un magasin sans caisses était la seule option viable économiquement», illustre Steven Oulevay, l’un des quatre jeunes de Bavois à l’initiative du projet. Le but est de proposer des produits du terroir, mais aussi des articles de première nécessité pour dépanner.

«Notre initiative ne détruit pas d'emploi de caissier, vu qu'il n'y avait de toute façon plus de commerce», explique-t-il. Grâce à ce point de vente, les agriculteurs proposent même de nouveaux produits prêts à la consommation, ce qui leur procure des débouchés supplémentaires.

La Petite Epicerie compte actuellement 400 références de 25 producteurs locaux. Les agriculteurs participant fixent eux-mêmes les prix des produits qu'ils proposent. Et ce sont eux qui réapprovisionnent les rayons, grâce à l'app qui leur indique le niveau des stocks.

L'accueil réservé à cette initiative s'avère très encourageant. «Nous répondons à un besoin de la population, s'enthousiasme Steven Oulevay. A tel point que des communes vaudoises nous ont contacté en disant que c'était génial. Elles seraient intéressées à ce projet car elles se plaignent de ne plus avoir de commerce de proximité sur leur sol.»

(reg)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Crocodeel le 06.12.2018 19:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Réfléchir

    Selon le sondage, 14% d égoïstes 9% d utopistes et 77% qui ont compris que ces magasins vont créer du chômage

  • Mathu20 le 06.12.2018 20:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Non non et non

    Non non et non c'est quoi le projet pour 2019 augmenter le taux de chômage alors on est sur la bonne route

  • Etquivaconsommer ?? le 06.12.2018 20:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pouah

    Ben un monde de chômeurs où seuls les riches peuvent dépenser. Une belle utopie. ça va casser avant !!

Les derniers commentaires

  • E.T le 07.12.2018 18:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    I-Robot

    Bientôt c'est les magasins qui vont disparaître tu fera ta commande sur internet et après tu choisira soit livrée par poste sois tu va da s des énorme dépôt tu va à la borne tu donne ton numéro de commande et un chariot arrive avec ta commande, actu c'est un humain qui te l'amène mais bientôt un robot.

  • Jean-Marc Cousin, Yverdon. le 07.12.2018 13:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ha NON... on ne va pas nous pourrir la vie...

    Avec des caisses informatiques, c'est d'un stupide et d'un froid... Évidemment aucun contacte humains, (ce qui est détestable). En disant qu'il y a moins d'attente au caisse en généralisant le système on aura autant de monde et il y aura aussi des files d'attente... Et de plus, ça fait bon nombre de caissières au chômage ET QUI EST CE QUI PAYE LE CHÔMAGE... vous, nous, moi... en plus payer par carte NON MERCI. Boïcotons les magasins ayant ce système.

    • MaxQZ le 07.12.2018 13:26 Report dénoncer ce commentaire

      @Jean-marc

      Ce n'est pas parce qu'il y a disparition de quelques emplois "visibles" qu'aucun emploi "invisible" derrière se système ne se mettra en place.

    • Sandra Savoldi le 07.12.2018 15:41 Report dénoncer ce commentaire

      Coqueliche

      MaxQZ. Lors de mon apprentissage en banque (avant l'avènement des bancomats), il y avait entre 10 et 20 personnes travaillant aux guichets. Avec l'arrivée des distributeurs les guichetiers ont disparus et plusieurs de mes collègues ont perdus leur emploi. Aujourd'hui à moins de vouloir être trader ou gestionnaire de fortune, les opportunités d'emploi sont minces dans le secteur bancaire. De plus, à l'époque, nos économies nous rapportait du 4 à 5 % et les frais bancaire n'existaient pas. Chercher l'erreur...

    • Jean Claude beau-frère Genève le 07.12.2018 18:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jean-Marc Cousin, Yverdon.

      Bon la majorité des travailleurs de grandes surfaces sont frontaliers...

  • Evoluons le 07.12.2018 12:51 Report dénoncer ce commentaire

    Un architecte content de son ordi

    En vrai vous vous opposer a cela comme si c'était nouveau et qu'il fallait lutter contre... mais si on revient en arrière de quelque siècle 90% de la population travaillais dans le secteur secondaire et primaire, car la production d'ouvrier non assister par machine n'étais pas suffisante pour passez en dessous de ce seuile, aujourd'hui le chomage n'est pas plus elever qu'a l'époque et 70% de la population travaille dans le tertiaire. Donc supprimer les emploie sans qualification et orienter les jeunes vers des formation n'est que le meilleurs avenir que nous pouvons souhaiter.

  • on sait ce qu'on sait le 07.12.2018 12:24 Report dénoncer ce commentaire

    about self-service

    Quand on voit la gueule de la belle postière au guichet de votre poste et la gueule de la "cheffe" de votre DeXXer, on a raison de penser que l'on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même. Merci Mesdames!

  • Faut le dire le 07.12.2018 10:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ouvrir les yeux

    C'est encore une fois pas un vrai débat.les gens pensent qu'ils auront une infime capacité de choix économique.Parcequ'il passent par la petite caicaisse.Mais il faut ouvrir les yeux.Si ils sont sincères dans leur démarche. Qu'ils arrêtent et la liste est longue.le bancomat,l'E-banking,les véhicules importés,les vêtements de marque,leur petit téléphone qui leur sert à écrire dans les blogs,internet ,les e-mails,la bouffe importée....même faire des enfants qu'ils eduqueront de leur modèle contradictoire.Il faut être entier dans la vie,encore une fois en respectant les autres dans leur choix de vie.A mon sens il faut prendre les outils comme le progrès. sinon il faut continuer à tailler des sillex.On est dans la société mondiale,la première à donner accès à la formation pour tous,il faut juste se sortir les pouces.ca reste mon avis vous pouvez me juger si ça vous défoule.vous aurez que plus de plaisir à passer par la petite caicaisse.On ne changera rien à ces groupes économiques, c'est beaucoup plus compliqué que ça.

    • C. Bientotlafin le 07.12.2018 18:13 Report dénoncer ce commentaire

      Bravo

      Magnifique, vous avez raison sur toute la ligne, c'est au "con" sommateur, de changer ses habitudes afin que ceux qui nous amènent droit dans le mur ne puissent plus diriger le troupeau, qui sera devenu libre et autonome par les changements qu'il aura décider de mettre en pratique "réel" et non en se défoulant et se plaignant sans rien changer, sur différent réseaux dit sociaux. Privilégions les économies locales, basées sur l'échange de services et le respect de la différence de chacun. Respectons l'autre sans jugement et arrêtons de formater nos enfants avec un système scolaire néfaste