Banque nationale suisse

04 janvier 2012 07:25; Act: 04.01.2012 12:10 Print

L'épouse du président de la BNS s'explique

La femme du responsable de la Banque nationale suisse a décidé de donner des précisions sur ses achats de devises, en août. Une affaire qui a fait les gorges chaudes de la politique.

storybild

Philipp Hildebrand est sous le feu de la critique. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'épouse du président de la Banque nationale suisse (BNS), Kashya Hildebrand, s'est expliquée pour la première fois publiquement sur ses transactions sur devises menées en août dernier. Celles-ci ont provoqué tout récemment une affaire médiatico-politique en Suisse.

Cette ancienne trader tient aujourd'hui une galerie d'art à Zurich. Dans une déclaration écrite envoyée mardi à l'émission «10 vor 10» de la télévision alémanique SF, elle souligne avoir toujours suivi les marchés des changes et avoir voulu profiter du niveau très bas du dollar.

Elle se déclare «très étonnée de l'intérêt suscité par cet achat de devises» en août dernier. Cette transaction a été signalée le lendemain à la BNS, «afin que règne la transparence, et elle n’a pas suscité d'objections».

Mme Hildebrand a justifié son achat de dollars car «70% à 80% des transactions financières de sa galerie se font en dollars». Elle n'a donné aucune indication sur le montant de l'achat. Selon des médias, il s'agirait de 500'000 dollars.

Selon l'épouse du président de la BNS, le plus important dans cette affaire est le vol de documents bancaires de la famille Hildebrand «afin de déstabiliser la Banque nationale suisse».

Aucune irrégularité

Le Conseil fédéral a reçu en décembre des informations sur une transaction présumée illégale provenant de l'entourage de Philipp Hildebrand, président de la BNS. Cette transaction serait intervenue peu avant l'introduction en septembre du taux plancher face à l'euro.

Deux enquêtes ont été menées sur ces transactions. Leurs résultats indiquent qu'il n'y a eu aucune irrégularité.

Le conseiller national et vice-président de l'UDC Christoph Blocher, que plusieurs médias ont décrit le week-end passé comme l'informateur du gouvernement, n'a pour l'instant rien voulu dire de précis. Par le passé, il a plusieurs fois critiqué la BNS et son président.

(ats/afp)