Marchés

04 octobre 2011 12:09; Act: 04.10.2011 12:17 Print

L'euro rechute face au dollar

La crise de la dette en Europe et du possible défaut de paiement de la Grèce pèsent sur la monnaie. L'euro rechutait mardi, creusant ses pertes sous 1,32 dollar, à un nouveau plus bas de neuf mois face au billet vert.

Sur ce sujet
Une faute?

Vers 11h15, l'euro valait 1,3184 dollar contre 1,3178 dollar lundi soir. Vers 10h00, il est même tombé jusqu'à 1,3146 dollar, sa valeur la plus basse depuis le 13 janvier.

Face à la monnaie japonaise, l'euro se stabilisait à 101,06 yens contre 100,96 yens lundi soir, après avoir glissé dans les échanges asiatiques jusqu'à 100,76 yens, un niveau plus vu depuis juin 2001.

Vis-à-vis du franc, détermination de la Banque nationale suisse (BNS) de le maintenir au-dessus de 1,20 franc oblige, l'euro s'affichait à 1,2150 franc à la même heure.

Le dollar regagnait un peu de terrain face à la devise japonaise à 76,65 yens contre 76,59 yens lundi soir. Contre le franc, le billet vert évoluait stable à 92 centimes.

Réunis lundi à Luxembourg, les ministres des finances de la zone euro au sein de l'Eurogroupe ont repoussé au «courant du mois d'octobre» une décision sur le déblocage d'une tranche de prêts internationaux de 8 milliards d'euros dont Athènes a absolument besoin pour éviter la faillite.

Cette annonce exacerbait les craintes d'un défaut de paiement de la Grèce et renforçaient la pression sur les banques européennes - dont les titres plongeaient à nouveau en Bourse mardi.

«Pour les marchés, cela signifie que ce versement (de l'aide internationale) n'est plus certain, alors que le gouvernement grec a assuré à de multiples reprises en avoir cruellement besoin pour assurer ses obligations de paiements en octobre», observaient les analystes de Commerzbank.

Le chef de file de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker «a promis de faire son possible pour éviter un défaut de paiement, mais le marché a besoin de décisions concrètes en ce sens, et plus seulement de déclarations», ajoutait Jane Foley, analyste de Rabobank.

Seule avancée concrète: le deuxième plan d'aide à la Grèce promis le 21 juillet a vu tomber un obstacle à sa mise en place, après l'adoption d'un compromis sur les garanties demandées à Athènes par la Finlande.

(ats)