Suisse

28 février 2019 07:52; Act: 28.02.2019 15:52 Print

L'industrie manufacturière booste l'économie suisse

Les économistes se veulent néanmoins prudents pour l'année en cours puisque la croissance s'est tassée lors de la seconde moitié de 2018.

storybild

La croissance du PIB en 2018 a été légèrement inférieure aux prévisions du SECO. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'économie suisse a nettement accéléré en 2018, profitant d'une conjoncture mondiale globalement favorable. Le dernier trimestre a cependant été décevant. Pour l'année en cours, les économistes sont prudemment optimistes, pointant vers une recrudescence des risques.

En 2018, le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 2,5%, après 1,6% en 2017, a indiqué jeudi le Secrétariat d'Etat à l'Economie (Seco).

«La croissance a été nettement supérieure à la moyenne pendant le premier semestre 2018, tandis que la conjoncture a considérablement ralenti au cours du second semestre, en Suisse comme à l'échelle internationale», ont précisé les économistes du Seco dans un communiqué.

L'industrie manufacturière a représenté le principal moteur de la croissance. «Le secteur a pu profiter d'une forte demande internationale de produits industriels suisses», ont-ils ajouté.

Une zone euro toujours morose

«On voit clairement que l'année 2018 a été coupée en deux: une première partie où la Suisse a profité de la bonne conjoncture mondiale et de la faiblesse du franc et une seconde moitié lors de laquelle la croissance a nettement ralenti» en raison des incertitudes politiques, du ralentissement dans la zone euro et du raffermissement du franc, a indiqué à AWP Alessandro Bee, économiste chez UBS.

Pour les spécialistes de VP Bank, la Suisse n'a pas été en mesure de se défaire de la conjoncture morose dans la zone euro, son principal client. Les investissements dans les biens d'équipement et la construction ont agi comme un frein, alors que la consommation privée est restée solide, ont-ils indiqué dans une note. La croissance sur l'ensemble de 2018 a cependant été qualifiée de «solide».

Sur le seul quatrième trimestre, la croissance helvétique s'est redressée, affichant une progression de 0,2% sur un trimestre, après un repli de 0,3% (chiffre révisé) au partiel précédent. «Tout comme ailleurs en Europe, le ralentissement de la conjoncture se confirme en Suisse par rapport au premier semestre», ont précisé les services du conseiller fédéral Guy Parmelin.

La progression du PIB en fin d'année se situe dans le bas de la fourchette des prévisions. Les économistes interrogés par AWP tablaient en effet sur une croissance trimestrielle entre 0,2% et 0,4%.

Les piliers de la conjoncture économique, consommation des ménages et exportations, se sont redressés entre octobre et fin décembre. La consommation privée, bien que toujours très faible, a accéléré à 0,3% pendant le trimestre sous revue, après 0,1% au partiel précédent.

Pour M. Bee, il est encore trop tôt pour parler d'un rebond de la consommation privée. L'économiste de la banque aux trois clés espère néanmoins que cet élément contribuera davantage à la croissance en 2019, grâce à une meilleure situation sur le marché de l'emploi et une hausse des salaires.

Les ventes à l'étranger (sans objets de valeur) ont pour leur part bondi de 5,6%, après un repli de 4,1%. Credit Suisse a nuancé cette reprise, expliquant que l'industrie pharmaceutique - qui représente près de 40% des exportations helvétiques - était principalement à l'origine de cette reprise.

Hors les variations de stocks, la progression des exportations se limite à 0,2% pendant le trimestre, a même calculé M. Bee.

Tout dépend de la zone euro

Les investissements, qui permettent d'anticiper la croissance future, se sont partiellement redressés. Les investissements dans les biens d'équipement ont ainsi freiné leur repli à -1,1%, contre -1,9% au troisième trimestre 2018. Mais les dépenses dans le secteur de la construction ont poursuivi leur tassement à -0,4% sur un trimestre, contre -0,2% entre juillet et fin septembre.

Pour 2019, le Seco anticipe une progression de l'économie de 1,5% et de 1,7% en 2020. Les économistes de la Confédération feront part le 14 mars de leurs nouvelles attentes en la matière.

Les spécialistes d'UBS sont plus réservés. S'ils ont émis pour l'heure les mêmes attentes que le Seco, ils devraient revoir en baisse leurs prévisions - publiées vendredi - en raison d'un accroissement des incertitudes, a souligné Alessandro Bee.

Les dernières données du Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l'EPFZ ne sont guère encourageantes. Pour le quatrième mois consécutif, le baromètre conjoncturel de l'institut s'affiche en baisse à 92,4 points en février, soit un recul de 3,8 points par rapport au mois précédent. La dégradation du climat économique, déjà perçue dans l'industrie manufacturière, atteint désormais les autres composantes de l'indicateur.

Mais si la croissance venait à se reprendre en zone euro, les exportations helvétique pourraient contribuer à une reprise en seconde partie d'année, a estimé VP Bank.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Otis le 28.02.2019 08:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Menteur

    C'est drôle moi qui travaille pour une multinationale helvétique, chaque fois que je demande une augmentation ils répondent que il n'ont pas les moyens pour augmenter qui que ce soi à cause d'une conjoncture pas favorable

  • Ralphy Von Cone le 28.02.2019 08:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Booster

    Ça serait le moment de booster nos salaires aussi. Ça fait bien dix ans qu'on nous dit que ce n est pas le moment!

  • edede le 28.02.2019 18:26 Report dénoncer ce commentaire

    canard de 20 mn

    La dégradation du climat économique en Suisse, déjà perçue dans l'industrie manufacturière, atteint désormais d'autres secteurs. Ceci est l'article en dessus de celui ci... Faudrait savoir non ? Relire vos articles ne serait pas un luxe...

Les derniers commentaires

  • edede le 28.02.2019 18:26 Report dénoncer ce commentaire

    canard de 20 mn

    La dégradation du climat économique en Suisse, déjà perçue dans l'industrie manufacturière, atteint désormais d'autres secteurs. Ceci est l'article en dessus de celui ci... Faudrait savoir non ? Relire vos articles ne serait pas un luxe...

    • Jade le 02.03.2019 12:54 Report dénoncer ce commentaire

      @edede

      Excellent commentaire. Méthode Coué atteint les journalistes, lautosuggestion consciente plus que la pensée positive.

  • Claude François le 28.02.2019 16:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    nul

    1l faut vraiment savoir ce que vous dites ? lire l'article avant.

    • Ryan le 28.02.2019 17:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Claude François

      Il faut vraiment comprendre le contenu des articles que l'on lit...

  • Kim le 28.02.2019 10:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un grand merci

    aux travailleurs etrangers et frontaliers qui y ont largement contribué.

  • Otis le 28.02.2019 08:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Menteur

    C'est drôle moi qui travaille pour une multinationale helvétique, chaque fois que je demande une augmentation ils répondent que il n'ont pas les moyens pour augmenter qui que ce soi à cause d'une conjoncture pas favorable

    • Jim le 28.02.2019 12:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Otis

      Tu bosses pas chez Nestlé par hasard ?! lol

  • Ralphy Von Cone le 28.02.2019 08:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Booster

    Ça serait le moment de booster nos salaires aussi. Ça fait bien dix ans qu'on nous dit que ce n est pas le moment!

    • Moi le 28.02.2019 13:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Ralphy Von Cone

      Héhé 8% de plus paraît-il nous avons eu

    • .... le 28.02.2019 16:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Ralphy Von Cone

      . Bha, on est pas pressé vu que tt le monde a l air d etre satisfait des dernieres augmentations d assurance maladie, de payer les koyers plus cher, de soutenir billag etc etc. D ailleurs c est tellement bien que a chaque fois on se mer un peu plus en difficulté.