Energie

23 avril 2019 22:15; Act: 23.04.2019 22:15 Print

L'urgence climatique ne freine pas les forages

Les projets d'exploration pétrolière devraient totaliser près de 5000 milliards de dollars d'ici à dix ans.

storybild

Les nouveaux champs d'hydrocarbures sont souvent en haute mer. (Photo: Keystone/EPA)

Une faute?

Des jeunes du monde entier se mobilisent régulièrement pour demander de limiter le changement climatique, y compris en Suisse romande. Mais leur voix n’est pas parvenue jusqu’aux oreilles des patrons des grands groupes pétroliers. Loin de là.
Près de 5000 milliards de dollars devraient être investis par les majors du secteur d’ici à dix ans, indique le rapport d’une ONG publié mardi.

Selon des analystes, le géant américain ExxonMobil prévoit de dépenser 149 milliards dans de nouveaux champs pétroliers dans la prochaine décennie. Sur cette période, l’anglo-néerlandais Shell devrait investir 106 milliards dans l’or noir et 43 milliards dans le gaz, alors que l’américain Chevron envisage de dépenser 78 milliards pour des champs pétroliers.

Aux antipodes de ce dont nous avons besoin

«Les plans de l’industrie des énergies fossiles sont incompatibles avec un climat sûr et habitable», a commenté l’association Global Witness. Ils sont «aux antipodes de ce dont nous avons besoin», à savoir un objectif de limitation de 1,5 degré défini par l’Accord de Paris sur le climat. Pour y parvenir, l’ONG estime qu’il faudrait une production de pétrole en baisse de 40% d’ici à 2030, alors qu’elle devrait augmenter de 12% d’ici cette date.

«Le gaz et le pétrole seront nécessaires pendant la transition énergétique» vers une économie bas-carbone, a répliqué hier une porte-parole du groupe Shell.

(reg/afp)