Médias

11 avril 2019 12:31; Act: 11.04.2019 15:26 Print

La SSR équilibre ses comptes 2018

La Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR) a bouclé 2018 sur un résultat positif de 6,8 millions de francs, contre 29,5 millions en 2017.

storybild

Gilles Marchand, directeur général de la SSR, lors d'une conférence de presse. (Photo: Keystone)

Une faute?

La SSR a bouclé l'exercice 2018 sur un léger bénéfice, un résultat stable malgré la baisse des recettes issues de la redevance et de la publicité. Elle va continuer à se réformer tant sur le plan de la production audiovisuelle que du numérique.

La Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR) a bouclé 2018 sur un résultat positif de 6,8 millions de francs, contre 29,5 millions en 2017. Les charges d'exploitation ont à peine augmenté, de 69 millions sur un total de plus de 1,636 milliard de francs. Les charges de programme et de production ont crû, en raison des grands événements sportifs.

Quatre-vingts millions de francs sont dus à la baisse et au plafonnement des recettes de redevance, à la baisse des revenus commerciaux et à de nouvelles charges dans le mandat de prestations. Par ailleurs, la SSR prévoit de réinvestir 20 millions de francs dans ses programmes (fictions) et dans le développement d'une nouvelle offre digitale, indique-t-elle jeudi dans un communiqué.

Plan d'économies

Pour la SSR, 2018 a été l'année de la votation No Billag et du lancement d'un programme d'économies et de réinvestissement d'une valeur totale de 100 millions de francs. Pour s'y préparer, la SSR a encore provisionné, sur l'exercice 2018, 11,2 millions de francs pour le plan social et 34,1 millions de francs pour des coûts supplémentaires de restructuration.

L'objectif est toutefois de minimiser l'impact sur l'offre de programmes et sur le personnel, affirme la SSR. Après un résultat négatif attendu pour l'exercice en cours, le plan de réforme doit permettre à la SSR, selon elle, de revenir à un résultat équilibré dès 2020.

Poursuite de la réorganisation

Pas plus tard que jeudi, la SSR a annoncé une nouvelle série de mesures d'économies. L'entreprise va se doter d'un nouveau centre de compétence numérique qui regroupera la filiale Swiss TXT SA (179 collaborateurs) et l'unité Infrastructure IT SSR INIT (100 collaborateurs).

Le projet, avalisé par le conseil d'administration, doit encore passer en procédure de consultation. Il est prévu pour le 1er janvier 2020.

Le centre de production technique tpc, jusqu'à présent une filiale de la SSR, sera quant à lui intégré à SRF, l'équivalent alémanique de la RTS. Cette mesure devrait permettre de simplifier l'organisation et la coordination de la production entre les unités d'entreprise.

Son directeur Detlef Sold quittera l'entreprise début juillet. Christoph Gebel, Senior Advisor à la Direction SRF, reprendra la direction de tpc.

D'autres mesures d'économies dont le détail n'a pas été communiqué ont été prises. L'ensemble devrait permettre 10 millions de francs d'économies par an et coûter environ 40 postes, dont une vingtaine par le biais de licenciements et de mises à la retraite anticipée. Un plan social sera appliqué pour les collaborateurs concernés.

Critiques du syndicat

Le syndicat suisse des mass media (SSM) a dénoncé dans un communiqué la «politique à hue et à dia» de la SSR. Le programme de réforme et d'économie consiste surtout en des transferts, délocalisations, réintégrations et réorganisations, sans qu'on connaisse les détails de la mise en oeuvre.

Le SSM juge «scandaleux» que le personnel fasse à nouveau les frais des expériences du management. Il est temps que la SSR réfléchisse à ses valeurs et se demande qui et ce qui fait une entreprise publique.

(nxp/ats)