Médias

03 mai 2012 10:25; Act: 03.05.2012 12:36 Print

La SSR renoue avec les chiffres noirs

Après cinq années de comptes déficitaires, l'entreprise de radio-télévision publique annonce jeudi dans un communiqué un excédent de recettes de 25,75 millions de francs, sur un chiffre d'affaires de 1,6 milliard.

Une faute?

Programmes d'économies, projets d'efficience et recettes publicitaires ont fait oublier les déficits des dernières années, a indiqué la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR). Elle explique aussi que la fusion de la radio et la télévision en Suisse romande et en Suisse alémanique a permis de mieux exploiter les synergies.

Plus de pubs

Le produit de la redevance est légèrement supérieur au montant budgété (1'175'190 francs en 2011 contre 1'169'009 en 2010). Les recettes publicitaires augmentent, elles, de 14,4 millions de francs, du fait de l'embellie conjoncturelle, précise la SSR.

L'entreprise de médias sans but lucratif a bouclé l'exercice 2011 sur un excédent de 25,75 millions de francs, contre une perte de 12,2 millions de francs en 2010. En 2009, le déficit enregistré était même de 166,8 millions de francs.

Pour rappel, la SRG SSR peut diffuser davantage de publicité depuis le 1er janvier 2011. Le Conseil fédéral a assoupli les dispositions sur la publicité à la télévision en été 2010. Il avait rejeté l'idée d'une augmentation de la redevance, mais s'était dit ouvert à des concessions pour la publicité.

Maintenir le cap

La SSR dit en outre avoir investi plus dans les productions maison, et ce grâce aux économies réalisées dans d'autres domaines. Elles ont passé de 19,9 à 21,6% du volume de diffusion TV et radio. Le mandat imparti par la concession précise que la SSR doit contribuer à forger l'identité helvétique par des productions suisses destinées aux Suisses.

Pour s'acquitter mieux encore de ce mandat, la SSR explique avoir augmenté ses dépenses de 31,7 millions de francs dans ce secteur. Les productions suisses capables de rivaliser avec les productions étrangères sont beaucoup plus chères que celles achetées sur le marché international.

Malgré le ralentissement conjoncturel attendu en 2012 et les coûts élevés induits par les deux grands événements sportifs de l'année, l'Eurofoot 2012 et les Jeux olympiques d'été de Londres, la SSR dit vouloir maintenir son objectif d'équilibre financier pour l'exercice en cours. Elle n'entend pas relâcher ses efforts visant à consolider durablement ses finances, écrit-elle.

(ats/ap)