Economie

12 juin 2019 20:07; Act: 13.06.2019 07:25 Print

La Suisse perdante de la politique fiscale de Trump

Accusant un recul de l'investissement étranger direct de 13% en 2018, la Suisse a fait les frais des baisses d'impôts américaines.

storybild

«Le recul de l'IED ne sera pas seulement à court terme», a soulevé le secrétaire général de la CNUCED Mukhisa Kituyi. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'investissement étranger direct (IED) a reculé de 13% en 2018, pour la 3e année consécutive. Surtout avec le rapatriement de bénéfices de multinationales américaines qui a affecté largement la Suisse.

«Pas seulement à court terme»

Au total, l'IED est passé de 1500 à 1300 milliards de dollars, selon les chiffres dévoilés mercredi à Genève par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED). Un peu plus élevé toutefois que les estimations que celle-ci avait lancées en janvier dernier.

La Suisse a elle bien été l'un des principaux perdants en termes d'attractivité des fonds américains. Les flux ont diminué de 126 milliards de dollars pour s'établir à -87 milliards. En revanche, la Suisse revient dans les 20 premiers investisseurs vers l'extérieur avec 26,9 milliards de dollars.

Au total, les flux vers les pays développés ont reculé d'un quart, à moins de 560 milliards, niveau le plus bas depuis une quinzaine d'années. Ces chiffres «ne laissent présager rien de bien pour la promesse de la communauté internationale de résoudre les défis mondiaux urgents, comme la pauvreté abjecte et la crise climatique», a relevé le secrétaire général de la CNUCED Mukhisa Kituyi.

«Le recul de l'IED ne sera pas seulement à court terme», a-t-il dit devant la presse. Les «politiques» restrictives atteignent près de 40% des dispositifs pris par les Etats pour l'investissement, a ajouté de son côté le directeur de la division des investissements à la CNUCED James Zhan.

Valeur de fusions et acquisitions en augmentation

Selon M. Kituyi, les tensions commerciales pourraient continuer à peser sur l'IED en 2019 et plus tard encore. Il estime aussi que le groupe chinois Huawei est au centre d'une «guerre technologique émergente» mais qu'il est difficile de l'accuser de violation de la propriété intellectuelle alors qu'il est en avance sur les autres entreprises.

Le recul de l'IED attribué à la réforme fiscale américaine a été observé pendant les six premiers mois de 2018 où 480 milliards de dollars ont été rapatriés. Il a été compensé en partie par des transactions en augmentation pendant la seconde partie de l'année.

Les flux ont en revanche augmenté de 2% vers les pays en développement. Ceux-ci constituent 54% des volumes mondiaux, contre 46% en 2017. Autre indication, la valeur des fusions et acquisitions s'est étendue de 18%, alimentée par les liquidités utilisées par les multinationales américaines dans leurs filiales étrangères.

La moitié des 20 principaux pays d'accueil de l'IED sont en développement ou émergents. Malgré leur recul, les Etats-Unis restent premier devant la Chine et Hong Kong. De son côté, le Japon est devenu le premier investisseur vers l'extérieur devant la Chine et la France. Les Etats-Unis sont sortis des 20 principaux investisseurs.

Pour 2019, l'IED devrait se rétablir dans les pays développés avec la diminution de l'effet fiscal américain. Mais l'augmentation mondiale devrait être basse et nuancée notamment par les tensions commerciales. En 2018, les annonces de projets d'investissement entièrement nouveaux ont elles pris 1% par rapport aux 40% de 2017. Parmi les multinationales, près de 1500 sont publiques et 16 sont désormais parmi les 100 principales entreprises.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Bibi le 12.06.2019 21:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quoi de neuf sous le soleil

    Les ricains pensent ricains. Hussein ne voulait pas des ricains, exit Sadam et des pétroliers européens. Quand nos dirigeants auront compris cela, ils auront tout compris. Le problème, c'est que ce n'est pas demain la veille

  • Free USA le 12.06.2019 20:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Robert President

    Je vote pour De Niro en 2020!

  • jules césar le 12.06.2019 23:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il l'avait simplement promi

    Du moment que Trump fait passer d'abord les intérêts de son pays, par des cadeaux fiscaux aux entreprise, c'est logique que les investissements américains baissent. C'est pour tous les pays. En France General Electric repatrie même les usines, pas seulement les dollars. Trump l'avais promis et son déficits, causé de ses prédécesseurs, est en train de baisser. Et les bourses américaines sont toujours à la hausse. Il fera tout pour être réélu et il est sur la bonne voie, quoi que disent ses détracteurs.

Les derniers commentaires

  • Ohé ! ya quelqu'un ?? le 13.06.2019 08:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    censure

    Bizarre, les réponses aux gauchos ne passent pas...

  • Michel Cornut le 13.06.2019 07:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Enfin une bonne nouvelle

    Nous avons besoin de décroissance, de la restauration de circuits courts (production et consommation locales) et fermés (pas d'émissions polluantes ni de déchets). Pas de l'installation en Suisse de nouvelles multinationales toutes plus irresponsables les unes que les autres.

  • Donald le 13.06.2019 07:06 Report dénoncer ce commentaire

    Milliards de cohésion

    Oui la politique extérieure de nos conseillers fédéraux n a rien à voir. Bientôt, les catastrophes naturelles seront l oeuvre du Malin Trump.

  • jules césar le 12.06.2019 23:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il l'avait simplement promi

    Du moment que Trump fait passer d'abord les intérêts de son pays, par des cadeaux fiscaux aux entreprise, c'est logique que les investissements américains baissent. C'est pour tous les pays. En France General Electric repatrie même les usines, pas seulement les dollars. Trump l'avais promis et son déficits, causé de ses prédécesseurs, est en train de baisser. Et les bourses américaines sont toujours à la hausse. Il fera tout pour être réélu et il est sur la bonne voie, quoi que disent ses détracteurs.

    • Xiauyan le 13.06.2019 07:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @jules césar

      Beaucoup devrait prendre exemple sur lui. Sauvons notre pays avant de donner tous aux autres.

  • Ouioui le 12.06.2019 22:47 Report dénoncer ce commentaire

    Ok

    Rien compris!