Marché du travail

11 juin 2019 14:52; Act: 11.06.2019 15:25 Print

La Suisse retirée de la seconde liste noire de l'OIT

Les conditions de licenciement de travailleurs actifs dans les syndicats préoccupaient l'Organisation internationale du travail. Mardi, la Suisse a été épargnée à Genève.

storybild

«Nous n'aimons pas tellement ces listes», avait admis lundi devant quelques journalistes le conseiller fédéral Alain Berset, après avoir ouvert la Conférence du centenaire de l'OIT à Genève. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La Suisse ne sera pas examinée en profondeur par l'OIT qui ciblait les conditions de licenciement de travailleurs actifs dans les syndicats. Présente dans une première liste noire, elle a été épargnée mardi à Genève et retirée d'une liste resserrée à environ 25 pays.

La Commission d'application des standards de l'(OIT) a estimé que les préoccupations sur la liberté syndicale en Suisse étaient moins importantes que la situation d'autres Etats. Berne figurait sur une première liste de 40 Etats. Si la Suisse avait été encore pointée du doigt, elle aurait été entendue par la commission dans les prochains jours et celle-ci aurait ensuite lancé la semaine prochaine des recommandations officielles.

Un dédommagement insuffisant

L'OIT lui reproche de ne pas suffisamment protéger ses travailleurs actifs dans des syndicats en cas de licenciement pour leurs efforts dans ce cadre. Certes, le droit suisse considère qu'un licenciement est abusif lorsque celui-ci est lié à une activité syndicale légale. Le dédommagement maximal est toutefois de six mois de salaire. Selon l'OIT, cette compensation ne suffit pas.

«Nous n'aimons pas tellement ces listes», avait admis devant quelques journalistes lundi le conseiller fédéral Alain Berset, après avoir ouvert la Conférence du centenaire de l'OIT à Genève. Selon lui, un maintien sur la seconde liste aurait surtout été «une invitation à reprendre rapidement la discussion».

Dans un an à l'OIT

Le chef du Département fédéral de l'intérieur (DFI) a annoncé que son collègue Guy Parmelin a prévu de mener une médiation entre les patrons et les syndicats. Un dispositif salué mardi par l'Union syndicale suisse (USS), tout comme «les signes que le patronat veut trouver des solutions à ce problème».

Les syndicats souhaitent au moins douze mois de salaire et la possibilité d'un réengagement. De leur côté, les employeurs s'opposent à une augmentation de la compensation. L'USS a approuvé le retrait suisse de la liste mais appelle à des améliorations sous peine de maintenir «une pression forte». La Suisse devra elle rendre compte dans un an à l'OIT.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Albinet le 11.06.2019 16:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Licenciement

    Quand on voit tous ces licenciements abusifs lorsque l'on rentre dans la cinquantaine.... Où est notre éthique... Pour ma part je subis cela de plein fouet après 34 ans de service !!! Mais on fait fonctionner les avocats, les Spy, et les tribunaux.. TA, TF... Dont ils nous donnent raison la plus par du temps...

  • Xavier le 11.06.2019 16:30 Report dénoncer ce commentaire

    Bon , on n' est plus

    sur la liste noire, on est sur la grise. Vraiment pas de quoi être fiers.

  • la galère le 11.06.2019 16:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    titi

    tout licenciement est abusif juste pour protéger les patrons.. le chômage te tape aussi dessus drôle de pays.

Les derniers commentaires

  • déliquescence de la Suisse le 12.06.2019 17:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    hallucinant

    On continue le chantage ???

  • Amateur le 12.06.2019 14:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Réalité !!

    On a déjà baissé notre pantalon, maintenant c'est le slip et bientôt les coucouniettes !! A vouloir faire les beaux, maintenant on la met en veilleuse !! Un Suisse désabusé !!

  • Spirou le 12.06.2019 12:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et alors ....

    Et la politique de l'europe est sur la liste grise de la démocratie !!!!!

  • jules césar le 12.06.2019 11:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le trop plein

    Liste noire ou rose on s'en tape. Quand on a la chance du plein emplois, pas comme certains de nos voisins, il faut bien chercher d'autres raisons pour dénigrer le système. Le résultat c'est que toujours plus de gents veulent venir chez nous pour trouver un emploi bien rémunéré. Et après on guele pour la pollution générée, les bouchons sur les routes, manque de terrains constructibles etc. Quand le vase est plein on ne peut plus en verser.

    • Le grand remplacement le 12.06.2019 17:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @jules césar

      Plein emploi pour les frontaliers plus pour les Suisses. Au CHUV des services entiers sans aucun Suisse, la hiérarchie étrangère et les RH binationaux et étrangers n'engagent plus de Suisses

  • Alain Capable le 12.06.2019 09:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    1er Berset satanique ?

    Alain, que tu vienne faire le gars qui s'insurge nous montre bien ton vrai visage! Celui de l'ennemi des retraités et des citoyens, rackettés par tous ceux qui te soutiennent "lobbyistes des assurances et j'en passe." On est bien dans sa tour d'ivoire!