Suisse

01 décembre 2011 07:45; Act: 01.12.2011 09:22 Print

La croissance ralentit au 3e trimestre

Le recul des exportations pénalisées par le renchérissement de la monnaie helvétique pèse sur la croissance économique de la Suisse.

Sur ce sujet
Une faute?

Entre juillet et septembre, le produit intérieur brut (PIB) de la Confédération a progressé de seulement 0,2%, comparé au trimestre précédent, où il avait augmenté de 0,5% (chiffre révisé), a annoncé jeudi le secrétariat d'Etat à l'Economie (Seco).

L'économie suisse, qui avait jusqu'à présent été épargnée par le ralentissement conjoncturel mondial, a été soutenue par la consommation des ménages, pilier de la croissance helvétique, qui a progressé de 0,1% sur la période.

La consommation publique a quant à elle augmenté de 0,6% pendant la période sous revue.

La croissance a cependant souffert du recul marqué des exportations, qui ont baissé de 0,9% pour les exportations de biens et de 2,7% pour les exportations de services.

La Confédération, qui dégage 1 franc sur deux à l'exportation, a vu ses ventes à l'international pénalisées par le renchérissement depuis le début de l'année de la monnaie helvétique face principalement à l'euro et au dollar, ses deux principales monnaies d'exportation.

Depuis l'été, les entreprises suisses, tous secteurs confondus, ont supprimé plus de 10'000 postes selon un décompte de l'AFP, en raison de la hausse du franc et de la dégradation de la conjoncture mondiale.

Pour l'ensemble de l'année, la Banque nationale Suisse (BNS) s'attend à une progression du PIB entre 1,5% à 2%.

(afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Morgarten le 03.12.2011 17:30 Report dénoncer ce commentaire

    Des chiffres incohérents.

    N'étant ni politicien, ni économiste, j'ai du mal à comprendre les chiffres alarmistes énoncés dans cet article, alors que la BNS s'attend à une progression du PIB entre 1,5 et 2 %. Serais-je le seul à m'étonner ou est-ce que nous n'entretiendrions pas une foultitude de fonctionnaires confédéraux incapables de nous informer correctement, davantage soucieux de préserver leurs juteuses positions ?. On peut quand même se poser la question, ou bien ?

Les derniers commentaires

  • Morgarten le 03.12.2011 17:30 Report dénoncer ce commentaire

    Des chiffres incohérents.

    N'étant ni politicien, ni économiste, j'ai du mal à comprendre les chiffres alarmistes énoncés dans cet article, alors que la BNS s'attend à une progression du PIB entre 1,5 et 2 %. Serais-je le seul à m'étonner ou est-ce que nous n'entretiendrions pas une foultitude de fonctionnaires confédéraux incapables de nous informer correctement, davantage soucieux de préserver leurs juteuses positions ?. On peut quand même se poser la question, ou bien ?