Prévisions

03 octobre 2011 17:54; Act: 03.10.2011 18:07 Print

La météo peut rapporter gros à l'économie

Une étude mandatée par MétéoSuisse affirme que les prévisions météo peuvent représenter des bénéfices de centaines de millions de francs pour l'économie.

storybild

Prévoir le temps rapporte gros. (Photo: Keystone)

Une faute?

Les avantages générés par les prévisions météo pour l'économie ont été chiffrés dans une étude mandatée par MétéoSuisse. Dans les domaines du transport - aérien, routier et ferroviaire - et de l'électricité, les bénéfices se montent entre 93 et 113 millions de francs.

Pour avoir une idée de l'impact global des prévisions météo, il faut multiplier ce chiffre par cinq, précise Thomas Frei, chef de la division support chez MétéoSuisse. L'étude ne prend en effet pas en compte des domaines tels que l'agriculture, la construction, les assurances ou le tourisme, indique l'Office fédéral lundi.

Pour établir son estimation, l'entreprise de conseil econcept a interrogé 50 entreprises actives dans les domaines du transport et de l'industrie électrique. On apprend ainsi que dans l'aviation, seuls 70% des atterrissages et décollages actuels pourraient avoir lieu sans prévisions météo, selon Skyguide.

Quant aux routes, elles seraient bien plus souvent enneigées ou verglacées sans prévisions, avec comme corollaire accidents et embouteillages. De même, les entreprises de transports publics s'appuient sur les prévisions pour se préparer aux mauvaises conditions. Elles peuvent ainsi dégeler les aiguillages pour éviter les retards ou accroître la capacité des convois en cas de beau temps.

Vague de chaleur

Les compagnies électriques se servent des prévisions météo pour calculer à l'avance consommation et production et optimiser l'emploi de leurs installations. Une vague de chaleur estivale entraîne la mise en service des installations de climatisation et accroît les besoins en courant. Des vents réguliers et de longue durée augmentent eux la production des éoliennes.

Au niveau international également, les avantages économiques des services météorologiques sont au centre de l'attention. L'Organisation météorologique mondiale organise jusqu'à mardi une conférence sur le sujet à Lucerne.

«Argent bien investi»

MétéoSuisse met en rapport les gains générés pour l'économie suisse avec son coût en tant que service public, soit 80 millions de francs par an. «Les prestations de MétéoSuisse rapportent donc beaucoup plus à l'économie que ce qu'elles lui coûtent.»

«Il s'agit de montrer que l'argent dépensé dans MétéoSuisse est bien investi», explique M. Frei. L'étude, décidée il y a trois ans, n'est toutefois pas en lien direct avec le processus de réorganisation en cours au sein de MétéoSuisse, assure-t-il.

Le budget doit être réduit de 5 millions de francs dès 2014, a indiqué en août dernier le directeur de MétéoSuisse Christian Plüss. D'ici la fin 2013, 20 postes sur les 350 que compte l'Office seront supprimés grâce aux départs naturels.

Révision de la loi

L'étude permet aussi d'informer les parlementaires, ajoute M. Frei. Les Chambres devront se prononcer sur la révision de la loi sur la météorologie - en consultation jusqu'au 21 octobre - l'année prochaine.

Celui-ci prévoit notamment que MétéoSuisse trouve de nouvelles recettes sur le marché, soumis à une concurrence toujours plus forte. Pour y parvenir, il doit faire preuve de plus de flexibilité et se rapprocher de l'économie privée pour vendre ses services.

Services météos privés inquiets

Par ailleurs, les fournisseurs de prévisions météo privés ont indiqué lundi leur inquiétude face à la réorganisation de MétéoSuisse. Ils dénoncent une distorsion de la concurrence.

En conséquence, ils ont fondé à la mi-septembre une faîtière afin de mieux défendre leurs intérêts: l'association des fournisseurs suisses de services meteo (SMA). Celle-ci compte pour l'heure cinq membres, dont MeteoNews et Meteotest. Son but est d'empêcher que MétéoSuisse propose davantage de prestations commerciales.

(ats)