Pénurie de pilotes

22 juillet 2018 14:31; Act: 22.07.2018 15:16 Print

La solution pourrait venir de la gent féminine

Afin de répondre au besoin urgent de pilotes, l'Organisation de l'aviation civile internationale veut promouvoir d'avantage le métier auprès des femmes.

storybild

Seulement 3% des pilotes professionnels dans le monde sont des femmes. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le stéréotype du pilote de ligne, forcément un homme, parfois un héros, a la vie dure: dans les cockpits les femmes restent rares, une situation d'autant plus criante que la pénurie de pilotes menace.

Seulement 3% des pilotes professionnels dans le monde sont des femmes, selon l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI).

Si les femmes réussissent les sélections à l'entrée des écoles aussi bien que les hommes, elles sont bien moins nombreuses à postuler.

Depuis des décennies, des associations de femmes pilotes s'activent pour encourager les femmes à briser le plafond de verre et féminiser le métier. Mais pour l'instant, et alors que le secteur est plus porteur que jamais, ces efforts restent quasi lettre morte.

Promouvoir l'aviation auprès des filles

Moindre attirance des femmes pour les filières scientifiques et techniques, difficultés à mener de front vie familiale et professionnelle en raison d'horaires compliqués, influence de l'éducation où dans une fratrie c'est le garçon qui sera poussé à faire des études coûteuses, image du pilote viril véhiculée par le cinéma ou la publicité, sont autant de freins conscients ou inconscients à une féminisation du métier, selon les femmes pilotes interrogées par l'AFP.

En novembre dernier, l'OACI a estimé que d'ici 2036, le «réseau mondial aura besoin de quelque 620'000 pilotes, dont au moins 80% seront en début de carrière» en raison du vieillissement de la profession et d'une croissance annuelle du trafic aérien mondial de 4 à 5% qui fera doubler le nombre de passagers d'ici 15 à 20 ans.

L'organisation cherche à «promouvoir plus activement l'aviation» auprès des jeunes «et tout particulièrement les jeunes filles».

«Aujourd'hui avec cette énorme pénurie de pilotes qui se manifeste», le fait de ne «pas arriver à intéresser les jeunes filles» va encore peser d'avantage, souligne Liz Jennings Clark, 55 ans, pilote chez Transavia Hollande et membre de l'International society of women airline pilots, créée aux Etats-Unis en 1978.

Air France, qui compte entre 7 et 8% de femmes parmi ses pilotes, en a fait l'expérience dans son récent recrutement d'une centaine de «cadets».

Sur 4'300 candidats inscrits, seuls 13% étaient des femmes. Pourtant la compagnie avait choisi d'élargir son champ de recrutement à des écoles de commerce par exemple, à la recherche de davantage de mixité.

Homme pilote, femme hôtesse

Si au début des années 80, les commentaires sexistes étaient monnaie courante dans les avions, aujourd'hui ils se font plus rares, estime Mme Jennings Clark.

Mais il arrive encore que lorsqu'elle salue les passagers à la sortie de l'avion, certains lui collent entre les mains leurs détritus persuadés qu'il s'agit d'une hôtesse de l'air, en dépit de son uniforme de pilote.

Bien souvent, «on nous montre l'image d'un homme pilote et d'une femme hôtesse de l'air. Cela pourrait renvoyer aux jeunes filles le message que si elles voulaient travailler dans l'aviation, ça ne pourrait pas être en tant que pilote», estimait récemment l'organisation britannique de pilotes Balpa.

A l'image de l'admiration suscitée en 2009 par l'amérissage forcé et héroïque sur le fleuve Hudson réussi par Chesley Sullenberger dit «Sully», Liz Jennings Clark espère que l'exploit réalisé en avril par une femme commandant de bord, Tammie Jo Shults, serve de catalyseur aux jeunes filles qui doutent de leur légitimité dans un cockpit.

Aux commandes d'un Boeing 737 de Southwest Airlines, Mme Shults avait réussi un atterrissage d'urgence après l'explosion d'un réacteur.

Manque de modèles

Pour Sophie Coppin, responsable sociétale de l'Ecole nationale de l'aviation civile (Enac), les jeunes filles «manquent de modèles».

«Il y a une censure consciente ou inconsciente» de leur part dont l'ensemble de la société, parents et enseignants compris, est responsable, estime-t-elle.

La compagnie à bas coûts easyJet, qui compte 6% de femmes parmi ses pilotes, s'est fixée pour objectif de compter 20% de femmes dans ses recrutements en 2020 et, pour preuve de son engagement, a fait atterrir sur le tarmac du salon de l'aéronautique de Farnborough un A321neo flambant neuf avec un équipage 100% féminin. «Ce que nous souhaitons, c'est créer des modèles pour les générations à venir», a commenté le directeur général d'easyJet, Johan Lundgren.

(afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mirco le 22.07.2018 15:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le prix personne y pense?

    peut être que si on était pas obligé de sortir 100'000 francs pour la formation il y aurait plus de monde.. hommes et femmes.

  • Lsgg Roberto le 22.07.2018 14:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aiguilleuses du ciel - pilote

    Au cas où, il nous manque aussi énormément de contrôleurs aériens à Genève, alors homme ou femme nhésitez pas à venir chez nous, surtout que les conditions sont extraordinaires et le climat de travail magnifique !!! Encore un grand Merci à notre direction davoir gelé la formation des aiguilleurs du ciel pendant 7 ANS.....

  • Fred le 22.07.2018 14:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Personne ne les empêche

    Faut arrêter de tout mettre sur le dos des hommes! Aujourdhui, une femme avance la même chose quun homme. Cest crier au scandale sans raison apparente.

Les derniers commentaires

  • Max Libre le 23.07.2018 08:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Uberisation de la profession

    Évidemment que plus personne ne veut devenir pilote .... ils sont devenu comme des chauffeur de taxi uber, cadences infernales, paperasse infernale qui ne sert qu'à protéger les cadres en cas de pépin, salaire réduit au seuil du supportable.... beaucoup travaillent à 80% et font un autre job ..... et le plus fort: lors de survol certain font une turbo sieste ..... La bonne idée ...... trouvons plus de femme !

  • Sécher le 23.07.2018 00:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    HB

    Un boulot harrassent ! H ou F il faut accepter de faner plus vite avec ce genre de job...

    • Tagada le 23.07.2018 11:10 Report dénoncer ce commentaire

      le connaisseur

      Maintenant que le décret royal autorise toutes les belles Saoudiennes à rouler en Mercedes, nous pourrions les importer par lintégration "facilitée" et former sur nos lignes intérieures Onex-Chancy par la route de Chancy.

  • Mais Jai Pas Le Cash le 22.07.2018 23:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cétait mon rêve

    Pilote, cétait mon rêve mais malheureusement, jai pas les moyens de pouvoir payer la formation qui coûte une blinde. 120000.-CHF minimum ! Alors que je suis certain que jy arriverai ! Mais mon porte monnaie est pas assez large ou du moins il le serait si tout les 30 du mois on ne verrait pas la totalité de notre argent senvoler dans les factures et jen passe. Mais sinon, la vie est tout de même belle :) Soyons positifs !

    • Un Bon Type le 23.07.2018 00:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Mais Jai Pas Le Cash

      Moi je suis dans la même situation malheureusement.

    • Trump le 23.07.2018 00:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Mais Jai Pas Le Cash

      si vous vous croyez si doué pourquoi ne pas essayé pilote d hélicoptère c'est plus difficile mais aussi plus intéressant et moins cher,pilote de ligne c'est plutôt chiant tout est automatisé y a que le décollage et l atterrissage et si y a un problème qu'il y a vraiment quelques chose à faire ... alors que l'hélicoptère c'est du pilotage en permanence

    • exigences le 23.07.2018 07:05 Report dénoncer ce commentaire

      avant et après licence

      Niveau prof de math avec compétences linguistiques, petit examen théorique comporte 14 certificats, la partie pratique comporte seulement 1500 heures de vol. Airbus et Boeing acceptent de financer les meilleurs candidats. Et après toutes les certifications professionnelles, on peut perdre la licence à cause de manque d'heures de pratique. De nombreux pilotes travaillent gratuitement pour combler ce trou d'heures exigible.

    • Ryan le 23.07.2018 19:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Mais Jai Pas Le Cash

      Renseignez-vous, vous avez tout faux! Bonne chance pour votre nouvelle carrière !

  • Frere Jacques le 22.07.2018 22:12 Report dénoncer ce commentaire

    Humour

    Désormais,ce sera:ya t-il une pilote dans l'avion ????

  • Loka Pala le 22.07.2018 21:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mouais... faut voir

    perso voir une femme aux commandes me ferais un peu plus peur de voler.

    • volcom le 22.07.2018 22:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Loka Pala

      détrompe-toi.

    • Jeunette le 22.07.2018 23:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Loka Pala

      Vaut mieux une femme aux commandes quun pilote bourré

    • Trump le 22.07.2018 23:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jeunette

      donc mieux vaut un pilote pas bourré lol

    • loka loka ka le 22.07.2018 23:23 Report dénoncer ce commentaire

      au voleur !

      Peur de voler? Un voleur n'a pas le droit d'avoir peur.

    • filou le 22.07.2018 23:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Loka Pala

      macho