Commerce de détail

02 août 2019 14:50; Act: 03.08.2019 07:03 Print

En Suisse, quasi personne ne veut acheter Globus

Depuis l'annonce début juillet de la cession de Globus, seul le patron des grands magasins a officiellement déclaré son intérêt pour une reprise.

storybild

Les investisseurs ne semblent pas se bousculer au portillon pour reprendre Globus. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La vente de Globus, dévoilée à la surprise générale par Migros, s'annonce ardue. Si en Suisse seul le patron des grands magasins a officiellement déclaré son intérêt pour une reprise, des acteurs internationaux - notamment des fonds d'investissement - pourraient jeter leur dévolu sur l'enseigne qui veut résolument se positionner dans le haut de gamme.

Depuis l'annonce début juillet de la cession de Globus, aux côtés d'autres enseignes spécialisées (Gries Deco, Interio, m-way), quasiment aucun repreneur ne s'est manifesté publiquement pour racheter l'enseigne de grands magasins, acquise en 1997 par la Coopérative.

Seule exception, Thomas Herbert s'est très rapidement positionné pour reprendre l'enseigne qu'il dirige depuis 2015 et dont il détient un peu moins de 3%. Interrogée par AWP, une porte-parole a indiqué que M. Herbert était toujours intéressé par les activités et l'immobilier de Globus, qu'il pourrait acquérir dans le cadre d'un rachat par la direction de l'entreprise («Management buy-out» ou MBO).

«Je connais le potentiel de Globus [...] et je serais très intéressé par une reprise» de l'enseigne, a récemment déclaré M. Herbert dans un entretien à Telezüri. Le patron de Globus envisage de racheter la marque avec ou sans les murs. «Il existe une solution pour chaque option», a-t-il indiqué à la chaîne de télévision zurichoise, assurant que les grands magasins n'étaient pas dans les chiffres rouges.

Discrétion de mise

Interrogé sur la forme que pourrait prendre la future cession, une porte-parole de Migros a précisé que le groupe «avait une claire préférence pour un acquéreur qui investit dans la société et poursuit son développement». La forme que prendra la cession doit être définie «dans les prochaines semaines», a-t-elle souligné.

Dans l'immédiat, les investisseurs ne semblent pas se bousculer au portillon. L'entrepreneur suisse Philippe Gaydoul, ex-patron du discounter Denner (également dans le giron de Migros), a récemment déclaré au journal Handelszeitung ne pas être tenté par un rachat de l'enseigne.

Autre investisseur potentiel: le groupe Maus Frères, qui détient notamment les grands magasins Manor et les enseignes de bricolage Jumbo. Contactée par AWP, une porte-parole de la discrète société genevoise a indiqué «ne pas s'exprimer» à ce sujet. Une source proche du dossier a cependant souligné que Maus Frères n'avait «pas d'intérêt» pour l'enseigne mise en vente par Migros.

Des pistes existent pourtant et elles mènent à l'étranger. En Autriche notamment, où le nom de la société immobilière Signa Holding, qui détient les enseignes allemandes Karstadt et Kaufhof, circule dans les médias.

De grands fonds d'investissement pourraient également entrer dans le jeux, notamment l'américain KKR - qui a investi dans le suisse Selecta - ou le français Unibail Rodamco Westfield, qui se décrit comme étant le 1er opérateur mondial de centres commerciaux en France, Autriche, Allemagne et Italie. Le britannique Hammerson, qui détient une participation dans le Fashion Outlet de Landquart, pourrait également constituer une piste.

Ni Hammerson ni Unibail ont répondu aux sollicitations d'AWP, mais une source bancaire proche du dossier a estimé que de grands investisseurs pourraient très bien s'intéresser à Globus. «Des fonds d'investissement internationaux pourraient être des acquéreurs potentiels. Un propriétaire étranger ne serait pas une mauvaise solution, car les concepts de grands magasins sont de plus en plus globalisés», a estimé cette source sous couvert d'anonymat.

Lourds investissements

Elle a cependant insisté qu'une vente morcelée ne ferait pas de sens: «les distributeurs les plus performants sont présents sur internet et au travers de magasins.» Vendre l'immobilier à part ferait par ailleurs chuter la valeur de l'enseigne.

Globus dispose en effet, depuis le regroupement avec Globus Hommes et Schild, de 56 magasins pour une surface de vente totale de près de 120'000 m2, dont un emplacement de choix sur la prestigieuse Bahnhofstrasse de Zurich.

Avec ses quelque 2600 employés, Globus a dégagé l'année dernière des recettes de 808 millions de francs, en baisse de 5,7%. Selon le cabinet d'études Euromonitor International, les grands magasins Globus arrivent en troisième position avec une part de marché en Suisse de 14,6% en 2018, derrière Coop City (18,8%) et Manor (61,5%). Mais face à la concurrence des grands centres commerciaux et du commerce en ligne, les grands magasins tirent la langue. Alors que les ventes cumulaient à 4,1 milliards de francs en 2018, les recettes devraient reculer à 3,6 milliards d'ici 2023, selon Euromonitor International.

Pour Maxim Hofer, analyste auprès du cabinet britannique, «les grands magasins doivent fournir de considérables efforts de modernisation en matière d'expérience numérique, de design intérieur et de présentation des produits [...], mais cela représente des investissements significatifs que Migros ne voulait apparemment pas effectuer.»

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Fil le 02.08.2019 15:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Normal

    Normal c'est beaucoup trop chère pour ce que c'est !

  • Lemanico le 02.08.2019 20:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Alimentation chère...

    En ce qui concerne l'alimentation, il est intéressant de souligner que - dans les tests effectués par ABE - les produits Globus sont souvent les + chers et rarement les meilleurs. Je ne connais pas les autres rayons. Toutefois G aussi eu l'impression, en traversant ce grand magasin, que le personnel n'est pas vraiment orienté clientèle, mais plutôt un peu "constipé" ou carrément indifférent aux clients qui ne sont pas de riches habitués. Dommage ! De tte façon Globus ne correspond pas du tout à la philosophie du fondateur Migros, la Migros actuelle non plus d'ailleurs. Too Bad.

  • tico nayé le 02.08.2019 15:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    chiffres

    61,5% de parts de marche pour Manor?? pas plutôt 16,5%?

Les derniers commentaires

  • Lex Ronflex le 23.08.2019 19:24 Report dénoncer ce commentaire

    Non mais quoi

    Oh non comment je vais retrouver mon sel du Tibet ou mon café moulu par des chèvres norvégiennes???

  • Patrick Perrinjaquet le 08.08.2019 21:43 Report dénoncer ce commentaire

    Monsieur

    Personnellement, je trouve que le magasin Globus ne sert a rien. Vendre des produits de luxe qu'on peut trouver partout ou des parfums qu'il y a dans toutes les parfumeries, depuis longtemps ce n'est plus la philosophie de Grand Passage que les Genevois fréquentaient assidument. A Genève, il n'y a plus que des magasins pour les gens aisés et seules quelques enseignes telles que C & A ou H & M proposent encore des articles à des prix corrects. En résumé, Globus peut disparaître sans dommages collatéraux...

  • ancien du GP le 05.08.2019 07:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ils prennent un risque de flop

    quasi = y en a quand même qui veulent !

  • Steve le 04.08.2019 16:27 Report dénoncer ce commentaire

    Globus

    14% ca correspond au nombre de millionaire en suisse. . .

  • Steve le 04.08.2019 16:27 Report dénoncer ce commentaire

    Globus

    14% ca correspond au nombre de millionaire en suisse. . .