Suisse

28 mai 2019 07:56; Act: 28.05.2019 10:54 Print

La vitalité économique surprend en début d'année

La progression du produit intérieur brut (PIB) lors des trois premiers mois de l'année a dépassé les attentes des économistes.

storybild

La conjoncture helvétique a été soutenue notamment par la consommation des ménages lors du premier trimestre. (Photo: Keystone)

Une faute?

La Suisse a enregistré une légère accélération de sa croissance économique en début d'année, portée notamment par la consommation privée et le commerce extérieur. Mais de l'avis unanime des spécialistes, un ralentissement conjoncturel est en vue.

Le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 0,6% au premier trimestre 2019, comparé au dernier trimestre 2018. En fin d'année dernière, la croissance s'était établie à 0,3% en variation trimestrielle, un chiffre révisé en hausse de 0,1 point de pourcentage, a indiqué mardi le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) dans un communiqué.

Le niveau de croissance entre janvier et fin mars dépasse les attentes des économistes interrogés par l'agence d'information AWP, qui tablaient sur un PIB compris entre 0,2% et 0,4%. Il s'agit aussi du niveau le plus élevé enregistré depuis le deuxième trimestre 2018 ( 0,7%).

La conjoncture helvétique a été soutenue notamment par la consommation des ménages, qui a progressé de 0,4%, après 0,3% fin 2018.

Surprise des analystes

«Les dépenses de consommation finale ont crû dans presque tous les domaines, la santé en tête, suivie de la mobilité», a précisé le Seco. Ce dernier a également relevé le rebond dans les investissements de construction, où le taux de croissance a progressé de 0,5% après deux trimestre de repli.

Idem pour les dépenses en bien d'équipement qui ont accéléré de 1,5%, contre un repli de 0,1% en fin d'année dernière, au bénéfice d'investissements dans la recherche, les véhicules et les services informatiques.

Les exportations, l'autre pilier de l'économie suisse avec la consommation privée, n'ont crû que de 2,2% suite à une vigoureuse accélération de 5,8% au dernier trimestre 2018. Les importations ont cependant nettement accéléré de 2,4%, contre 0,8% au quatrième trimestre 2018.

En comparaison annuelle, le PIB suisse a accéléré de 1,7% au premier trimestre, contre 1,5% au quatrième trimestre 2018.

«L'économie suisse a fortement accéléré au premier trimestre, grâce à une solide demande intérieure et extérieure», ont souligné les analystes de la Banque cantonale de Zurich (ZKB) dans un commentaire.

Les économistes de VP Bank ont également fait part de leur surprise, face à des chiffres solides de croissance sur les trois premiers mois de l'année.

Ralentissement en vue

La bonne performance de la conjoncture helvétique en début d'année fixe cependant la barre à un niveau élevé pour les trimestres suivants, qui ne devraient guère être en mesure de dépasser ce niveau, ont-ils ajouté. Pour l'ensemble de l'année, l'évolution du PIB suisse devrait néanmoins être en mesure de surclasser celui de l'économie en zone euro.

La consommation privée devrait toujours soutenir la croissance globale au deuxième trimestre, ont estimé des experts de Credit Suisse dans un commentaire. Les dépenses d'investissement et les exportations devraient cependant ralentir.

Après une solide croissance de 2,5% en 2018, la plupart des économistes s'attendent à une décélération cette année, sur fond de ralentissement en Europe et ailleurs dans le monde en raison des tensions géopolitiques et du litige commercial.

Dans ses dernières projections, l'OCDE table sur un PIB suisse en hausse de 1,0% cette année, le FMI sur 1,1% et le KOF sur 1,0% également.

(nxp/ats)