Inflation et déficit

14 juin 2011 23:19; Act: 14.06.2011 23:27 Print

Le FMI peu satisfait de la Russie

Le Fonds monétaire international (FMI) s'est montré peu satisfait mardi de la politique économique de la Russie.

Une faute?

Selon le FMI, la Russie est trop complaisante dans la lutte contre l'inflation, dans sa politique budgétaire et dans sa régulation du secteur financier.

«Le principal défi économique auquel est confrontée la Russie est de s'appuyer sur l'expansion spectaculaire du secteur des matières premières pour mettre la croissance sur une trajectoire durablement plus élevée», a affirmé l'institution de Washington dans un communiqué publié à l'issue d'une mission d'une douzaine de jours dans le pays.

Mais pour le FMI, Moscou ne prend pas ce chemin et doit «réorienter ses politiques dans tous les domaines importants».

Trop de laxisme

Il trouve la politique budgétaire trop laxiste: «le budget 2011-2013 maintiendrait un déficit élevé, hors recettes liées au pétrole, à 10,5% du PIB en 2013. Réduire la vulnérabilité budgétaire exige un ajustement plus vaste et plus rapide».

Il juge aussi trop généreuse la politique monétaire: «Sans un nouveau tour de vis, l'inflation restera bien au-delà de la fourchette visée par la Banque de Russie (6 à 7% pour 2011)».

Le Fonds a recommandé à la Russie d'avoir une régulation financière plus rigoureuse. «Vu la concentration du secteur financier, une surveillance efficace du risque systémique est impérative», a-t-il souligné.

Il a enfin exhorté le pays à avoir «une meilleure gouvernance et un climat des affaires plus accueillant» pour pouvoir «attirer les investissements productifs et favoriser la diversification de l'économie».

(afp)