France

22 août 2019 18:50; Act: 22.08.2019 18:50 Print

Le banc écologique du G7 amuse le web

Pour le sommet, la mise en place de bancs photovoltaïques, «sur lesquels il ne faut pas trop s’asseoir», a fait beaucoup rire les internautes.

storybild

Ces sièges high-tech produisent plus quand on ne s'y assoit pas. (Photo: Twitter Guillaume Barucq)

Une faute?

Dans le cadre de la réunion des sept plus grandes puissances économiques du monde (G7), ce week-end à Biarritz, l’initiative écologique de la Mairie a eu un écho inattendu. Afin de compenser le bilan carbone du sommet et ses multiples déplacements, la ville a mis à disposition des bus électriques, des bâtiments à énergie verte et des bancs solaires qui ont fait le buzz sur les réseaux sociaux.

Vendredi dernier, l’adjoint à l’environnement, Guillaume Barucq, a posté une photo de lui sur Twitter, prenant la pose sur l’un de ces nouveaux appareils tout juste posés. L’image était assortie du message suivant: «Venez les voir mais ne vous asseyez pas trop dessus aux heures les plus ensoleillées pour qu’ils produisent un maximum!»

Avalanche de commentaires moqueurs

Un concept un peu contre-intuitif qui a été tourné en dérision, à l’image de ce commentaire: «Vivement qu’on installe des trottoirs photovoltaïques sur lesquels il ne faut pas marcher.» Face à ces réactions, l’élu a lui-même ironisé sur ce «concept révolutionnaire pour la lutte contre la sédentarité».


Ces cinq bancs déposés aux alentours de la manifestation politique permettent de recharger son téléphone et disposent de bornes wi-fi, le tout pour un coût de 6500 à 8700 francs pièce, nous apprend le Huffington Post. Ils sont pour le moment en phase d’essai et la ville n’exclut pas d’en conserver quelques-uns.


(jmu)