Cryptomonnaies

30 novembre 2018 14:10; Act: 30.11.2018 14:36 Print

Le bitcoin vacille, la cryptosphère résiste

L'arrivée de plusieurs acteurs institutionnels sur le marché des monnaies virtuelles apportent du crédit à l'écosystème blockchain.

Sur ce sujet
Une faute?

La récente chute des monnaies virtuelles, après la flambée de 2017, n'ébranle guère l'optimisme des principaux entrepreneurs suisses de la blockchain. Ils restent convaincus du potentiel de cette révolution technologique et saluent l'arrivée - bien que parfois encore hésitante - de grands acteurs institutionnels.

«La correction actuelle sur les cryptomonnaies est saine», déclare à AWP Lamine Brahimi, co-fondateur de Taurus à Genève, active dans le négoce et le stockage sécurisé d'actifs numériques. L'envolée du bitcoin, qui a frôlé les 20'000 dollars il y a un an, et des autres monnaies numériques, portées par des vagues spéculatrices, n'était pas tenable.

Le bitcoin est retombé vendredi autour des 4000 dollars et une myriade de projets via des levées de fonds numériques (ICO) ont dérapé. Mais le mouvement n'est pas mort. «L'histoire se répète, comme avec le Nasdaq», estime M. Brahimi, en référence à l'indice technologique américain qui s'était effondré avec l'éclatement de la bulle internet en janvier 2000, avant de repartir de plus belle.

«Le marché de la crypto est-il aujourd'hui assaini? Difficile à dire. Mais l'arrivée de plusieurs acteurs institutionnels en Suisse et à l'international valide notre thèse selon laquelle le secteur s'enracine est va continuer à se professionnaliser.»

La Bourse suisse SIX, avec son projet de plate-forme d'échange d'actifs numériques, mais aussi la banque en ligne vaudoise Swissquote, pionnière dans la «crypto», font partie des grands acteurs qui apportent du crédit à l'écosystème blockchain. «Nous les considérons plus comme des partenaires potentiels que comme des concurrents», relève M. Brahimi.

Taurus Group est affilié comme intermédiaire financier à l'Association romande du secteur (Arif) et attend encore le feu vert de la Finma pour lancer ses activités de négoce de valeurs mobilières sur sa plateforme d'échanges numériques. Les soubresauts du bitcoin ne l'effraient pas, parce que son modèle est diversifié, proposant aussi des solutions d'infrastructure comme le stockage d'actifs numériques à l'intention des banques ou la gestion d'actifs digitaux.

Pression des jeunes

Longtemps frileuses, les banques commencent à s'ouvrir à ce nouveau monde, observe Oliver Ernst, représentant pour la Suisse romande de Crypto Broker, société de 45 employés à Zurich qui permet l'accès professionnel aux actifs numériques. «Elles sont mises sous pression par leur jeune clientèle très intéressée par le négoce de cryptomonnaies.»

Cet automne, les volumes des transactions de monnaies numériques - il en existe près de 2300 - sont tombés très bas, de nombreux investisseurs étant soudain refroidis. Mais la technologie qui sous-tend ces monnaies, la blockchain, reste largement considérée dans l'économie et la finance comme incontournable dans un proche avenir car elle permet aux individus d'échanger n'importe quel actif sans passer par un intermédiaire, par un système d'authentification et de contrôle décentralisé.

«L'intérêt porté aux crypto-actifs par des acteurs majeurs démontre qu'il s'agit là d'une classe d'actifs à part entière», relève M. Ernst. Parmi ces géants figurent Fidelity Investments - plus de 7000 milliards de dollars d'actifs sous gestion - ou Goldman Sachs, qui ont mis un pied à l'étrier.

Reste encore, parmi les centaines de start-up suisses du secteur, à trier le bon grain de l'ivraie. La pression réglementaire reste forte face aux risques de blanchiment liés aux nouvelles fortunes en «crypto», dont les acteurs ont toujours grand peine à pouvoir déposer leurs actifs ou à les convertir en monnaies traditionnelles via une banque «classique».

Première banque à s'associer activement à une levée de fonds virtuels, pour le compte de la jeune pousse vaudoise Lakediamond, Swissquote soutient ce modèle de financement participatif en permettant à ses clients d'acheter ces jetons avec des francs.

«Nous avons énormément de demandes de sociétés qui veulent s'inscrire sur notre plateforme pour les ICO. Mais nous retenons d'abord les modèles d'affaires les plus simples. Les acheteurs veulent en outre avoir des droits dans les sociétés où ils investissent», note Yann Isola, spécialiste chez Swissquote.

Les pionniers de la blockchain estiment à trois ans environ le temps qu'il faudra encore à cette technologie pour impacter le grand public. Dans la foulée, les jetons numériques d'investissement seraient appelés à se multiplier dans moult secteurs, de la santé à l'immobilier.

C'est le pari que fait Vincent Trouche, fondateur de Tokenestate à Genève, qui souligne l'énorme potentiel pour les PME que représente cette technologie: «Sur les dizaines de milliers d'entreprises du pays, seules un peu plus de 200 sont cotées à la Bourse suisse.

L'émission de jetons d'investissement comme parts de sociétés permet de lever du capital à un coût bien inférieur à celui d'une cotation».

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • lulu le 30.11.2018 15:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    fiasco

    Ceux qui ont suivi les conseils de Nabilla doivent passer de mauvaises nuits. Dire que certains se voyaient déjà en lamborgini d ici fin 2018. Il va falloir garder la trottinette encore quelques années.

  • Jacques Muller le 30.11.2018 17:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cryptomonnaies vs réchauffement climatique

    J'étais très entousiaste avec les cryptomonnaies. Jusqu'à ce que j'ai vu les rapports sur l'impact énergétique nécessaire à faire tourner ces super ordinateurs. En gros, si les cryptomonnaies se développaient au grand public, la puissance de calcul nécessaire pour assurer toutes les transactions (et elles vont devenir plus gourmandes car on va vouloir augmenter le niveau de sécurité) est hallucinant. Dans un monde où l'on sait que l'on consomme trop d'énergie (fossile) on cherche à développer une technologie qui n'amène pas de confort supplémentaire mais qui use nos ressources. Peu de sens.

  • BitTrader le 30.11.2018 16:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Coin Coin

    Oh zut, mes duventcoins plongent ... je vais vite les convertir en pigeoncoin !

Les derniers commentaires

  • Jordan B. le 01.12.2018 17:01 Report dénoncer ce commentaire

    Spéculation

    Ils vont réussir à le faire monter encore une fois et tout vendre au plus haut, puis il retombera et ainsi de suite...

    • William le 03.12.2018 10:43 Report dénoncer ce commentaire

      @Jordan B.

      Exact, le but final avoué sous couvert, le bitcoin et d'autres cryptomonnaies ont été mis sur le marché uniquement pour la spéculation, aucune autre richesse produite, juste vendre au bon moment ou pas ou perdre !!!!

  • Vous Etes le 01.12.2018 10:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sérieux

    La vie appartient au audacieux. Ceux qui sont contre le bitcoin. J'ai du mal à comprendre. Vous êtes ok de perdre de l'argent au loto ou dès action traditionnelle (tout aussi risqué) mais une nouveauté vous êtes contre. Cela me fait pensez à ceux qui était contre l'apparition d'internet. Donc ce que je dit c'est faites ce que vous voulez. Moi j'ai offert des bitcoin à mes enfants. On verra bien.

    • gsf le 01.12.2018 16:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Vous Etes

      J'espère pour vous que les cadeaux pour vos enfants ont coûté moins cher que 20000 fr.

  • mbaox le 01.12.2018 08:48 Report dénoncer ce commentaire

    RIP bitcoin

    Les cryptos ont un certain intérêt pour valoriser la mise a disposition de puissance de calcule. Par contre, bitcoin est voué à sa perte car il demande une puissance de calcule exponentiel pour rien (a part vérifier ces propres transaction), créant de fait une pyramide de ponzi. Le seul avantage du bitcoin est sa gestion décentralisé et anonyme qui est utile pour blanchir de l'argent du marché noir. Le plus drôle, c'est que des investisseurs institutionelles se sont fait berner par l'aspect spéculatif et la promesse de gros retour sur capitaux.

    • Anonymous le 05.12.2018 08:42 Report dénoncer ce commentaire

      Faux

      « Par contre, bitcoin est voué à sa perte car il demande une puissance de calcule exponentiel » Dire ça c'est très mal connaître Bitcoin. Il est possible de faire 100x plus de transactions sans pour autant augmenter la puissance de calcul. La sécurité du réseau dépend de sa puissance, il lui faut un juste milieu.

  • Pico le 30.11.2018 22:12 Report dénoncer ce commentaire

    Buy low sell high

    C'est clair qu'il faut être acheteur en ce moment. On reverra sans doute un Bitcoin a 10000, pas sûr pour les 20000$. Par contre on ira guère plus haut à mon avis, et probablement que le Bitcoin s'échangera entre ces deux bornes (3k-20k) en oscillant comme n'importe quelle autre devise classique, pour l'instant on est encore en phase de recherche de valeur.

    • mbaox le 01.12.2018 08:56 Report dénoncer ce commentaire

      @Pico

      Vous avez des bitcoins à revendre? Le bitcoin ne peut pas être vu comme un simple placement boursier sujet à des aléa économique. Le problème du bitcoin, c'est qu'il demande une puissance de calcule exponentiel et donc des couts de minage exponentiel. Sa rémunération ne peut pas suivre impliquant la fin du minage et de la certification de ses transactions. La valeur intrinsèque du bitcoin est donc 0.

  • un riche le 30.11.2018 22:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Jaloux ?

    Hé bien heureursement que j'ai revendu mes bitcoin fin 2017 (achetées début 2011), on s'en fiche pas mal si c'est une arnaque ou pas... seul le bénéfice compte. A lire les commentaires, je pense que vous arrivez à peine à joindre les debouts. (Triste vie) Vous avez quoi 4000.- brut par mois ? Un patron qui vous met la pression ? 42 heures par semaine ? 5 semaines de vacances que vous devez prendre sans fâcher le collègue qui voulait partir au Cambodge depuis 3 ans ? Frustré ? Ivre de jalousie ? Ahah mince alors...perso j'ai retiré mes bénéfices y a bien longtemps et maintenant je vais faire fructifier tout ça... bon week end profitez bien !Lundi le réveil sonnera (rires)

    • Cc le 30.11.2018 22:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @un riche

      Qui s'en fout?

    • Marie le 30.11.2018 22:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @un riche

      Tu crois vraiment que ta vie nous intéresse ?!

    • un pauvre(qui est riche) le 01.12.2018 19:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @un riche(qui est pauvre)

      c'est vous qui êtes frustré à vous inventer une vie. Vous auriez eu d'autres arguments si c'était vrais et surtout dit d'une autre manière.