Royaume-Uni

12 septembre 2019 09:05; Act: 12.09.2019 09:19 Print

Le cigarettier BAT veut supprimer 2300 emplois

Le groupe britannique est confronté à la baisse des volumes vendus de cigarettes traditionnelles et à l'essor des cigarettes électroniques.

storybild

Après Japan Tobacco, c'est au tour British American Tobacco de réduire la voilure. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le fabricant britannique de cigarettes British American Tobacco (BAT) a annoncé jeudi la suppression de 2300 emplois dans le monde afin de s'adapter au changement d'habitudes de consommation et à l'essor des cigarettes électroniques.

Le groupe, l'un des poids lourds mondiaux d'un secteur confronté à la baisse des volumes vendus de cigarettes traditionnelles, a annoncé dans un communiqué que ce plan de restructuration sera achevé d'ici janvier 2020.

Les suppressions d'emplois prévues représentent moins de 5% des effectifs totaux du groupe qui compte quelque 55'000 salariés dans le monde.

BAT, connu pour ses marques Lucky Strike, Dunhill, Kent et Rothmans, précise qu'il entend simplifier son organisation et compter moins de niveaux hiérarchiques. Les réductions d'effectifs porteront ainsi sur environ 20% des postes à responsabilité.

Le groupe dit vouloir mieux accompagner les nouveaux modes de consommation, au moment où les populations des pays développés ont tendance à réduire leur consommation de cigarettes, et faire des économies pour investir davantage dans les nouveaux produits du type cigarettes électroniques.

Cette restructuration est la première mesure d'ampleur prise par le nouveau directeur général Jack Bowles, en poste depuis avril dernier.

Objectif de 5 milliards de recettes

«Mon objectif est de changer les choses pour faire croître la catégorie des nouveaux produits et de simplifier significativement notre manière de travailler tout en assurant un retour sur investissement de long terme pour nos actionnaires», explique le patron de BAT dans le communiqué.

Il ajoute que ce plan devrait permettre au groupe d'atteindre plus facilement son objectif d'un chiffre d'affaires de 5 milliards de livres (6,1 milliards de francs) d'ici 2023-2024 dans les nouveaux produits.

Le plan de suppressions d'emplois intervient en outre alors que, fin août, deux des plus grands cigarettiers mondiaux, Philip Morris International et Altria, ont annoncé des pourparlers pour refusionner face à l'inexorable chute des ventes de cigarettes, dix ans après leur séparation.

BAT, sous l'ère de Nicando Durante, prédécesseur de M. Bowles, avait quant à lui notablement accru sa présence aux Etats-Unis via l'acquisition de Reynolds American, bouclée à l'été 2017 pour près de 50 milliards de dollars (presque autant en francs).

Cette acquisition géante des 57,8% du capital de Reynolds qu'il ne possédait pas encore a permis non seulement à BAT de prendre sous son égide les marques Camel et Newport, mais aussi de devenir un acteur majeur de la cigarette électronique.

Coïncidence des annonces, le communiqué de BAT est publié quelques heures après la décision du gouvernement de Donald Trump d'interdire à la vente les cigarettes électroniques aromatisées dans les prochains mois, pour contrecarrer leur succès croissant dans les collèges et lycées américains.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • William le 12.09.2019 10:40 Report dénoncer ce commentaire

    A suivre

    Nouvelle satisfaisante pour la santé, travailleurs dans la tourmente.

  • pascal le 12.09.2019 10:41 Report dénoncer ce commentaire

    si on réfléchis pognons,on voit mieux

    a ben voilà pourquoi trump veut interdire les cigarettes électroniques. les cigarettiers traditionnels perdent des clients

  • Marlboro le 12.09.2019 10:18 Report dénoncer ce commentaire

    Et bien...

    ...Après JTI, et BAT aujourd'hui il manque le troisième et la boucle des licenciments sera faite. Vivement la semaine prochaine... !

Les derniers commentaires

  • Ange 0 et démon 1 le 13.09.2019 22:30 Report dénoncer ce commentaire

    Réflexion

    Employé 20 ans de travail et pas un jour de réflexion, arrivé au chômage la réflexion arrive... zut plus de gens a empoisonné

  • chômeur en fin de droit le 13.09.2019 11:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le serpent qui ce suce la queue

    d'un côté on condamne et de l'autre on proteste. si on arrêtait tout ce qui est discutable d' un seul coup y aurait quasiment plus de boulot pour personne. la cigarette, l'alcool, l'automobile, les armes, les produits chimiques ( détergeant, pesticide, crèmes, produits de maquillage en générale, pêche industrielle, élevage industriel, produits alimentaires tout prêt, fast fois, constructions, voyages en avion, voyage tout court, bref on peu tout critiquer personne n'est parfaitement dans le juste .

  • jo le 12.09.2019 20:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Business pourri

    Vous pouvez y'aller! Licenciez tout le monde, mettez la clef sous la porte, ni chaud ni froid! Vendeurs de mort, le chômage c'est le minimum que vous méritez !

    • dede le 12.09.2019 23:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @jo

      Tu travailles dans quoi Toi?

    • Ange 1 et démon 1 le 13.09.2019 22:26 Report dénoncer ce commentaire

      joyeuse crémation

      Pompe funèbre mes clients sont ravi jamais personne a réclamé

  • effet pervers le 12.09.2019 17:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    passeront leur temps a regarder par la fenêtre en

    voilà ceux qui condamne la cigarette sont content et ceux qui en vivent au chômage !

  • Circo Loco le 12.09.2019 10:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Travailler...

    ...c'est trop dur, être sans emploi c'est pire !

    • Glandeur forcé le 12.09.2019 13:01 Report dénoncer ce commentaire

      @Circo Loco

      C'est bien vrai! Quand tu bosses, tu te fais harceler par tes chefs et ton patron parfois jusqu'au burn-out et quand tu te retrouve sans emploi au chômage,tu dois toujours justifier avoir fait tes recherches pour trouver un emploi introuvable!