Suisse

05 juin 2019 12:55; Act: 05.06.2019 13:29 Print

Le délai pour l'échange des billets sera levé

Auparavant, les vieux billets de la Banque nationale suisse pouvaient être échangés durant 20 ans. Ce délai va tomber.

Voir le diaporama en grand »
La Suisse se prépare à une nouvelle génération de billets de banque, celui de 50 francs ouvrant la série. Il sera suivi en 2017 des billets de 10 et 20 francs. Mais qui se souvient que la Suisse a connu le billet de 40 francs? Il y a même eu un billet de 5 francs en 1914 qui a remplacé la pièce de même valeur faciale mais produite en argent. Pour la petite histoire, ce billet de cinq francs n'a été retiré qu'en 1980, ce qui en fait un des billets dont la circulation a été parmi les plus longues. Certains billets, comme cette série de 40 francs imprimée en 1911 avec Arnold von Winkelried n'a finalement jamais été mise en circulation car il était un billet de réserve. De nombreux billets de réserve ont été réalisés durant les deux guerres mondiales afin de lutter contre la fausse monnaie. Cet exemplaire de 20 francs date de 1918. Pour mémoire, les premiers billets imprimés n'avaient qu'un caractère provisoire, puisque le temps imparti entre la loi sur les billets de banques de 1905 et la création de la BNS en 1907 n'a pas été suffisant pour créer des coupures définitives. La première série datant de 1907 comportait une rosette avec la croix suisse. Les premiers billets de 1000 francs avaient un pouvoir d'achat exorbitant. Ils correspondent à une valeur actuelle de 12'500 francs. Avant le début de la première Guerre mondiale, la BNS produisait elle-même les billets. Le billet de 100 francs de Ferdinand Hodler, surnommé le faucheur, est resté en circulation jusqu'en 1958. Quant au billet de 50 francs, toujours de Ferdinand Holder mais avec une image de bûcheron, il fait également figure de pièce de collection. Cet exemplaire est exposé au Musée d'Orsay à Paris. Durant l'entre-deux guerres, deux séries de billets de 100 et de 20 francs sont dessinées. Cette version de 100 francs avec Guillaume Tell resta en circulation jusqu'en 1945. Des séries produites pendant la Seconde Guerre mondiale par les peintres Victor Surbeck et Hans Erni ne verront jamais le jour. Comme cette ébauche avec une turbine futuriste dans les Alpes. Les séries de 1000, 100 et 50 francs s'installent dans le paysage mais pas cette génération de 500 francs. En 1959, le symbolisme fait son apparition mais le projet du graphiste Pierre Gauchat pour les billets de 1000 francs soulève un vent de fronde. Pierre Gauchat dut ainsi retravailler à plusieurs reprises le billtet de 500 francs, jusqu'à ce que les autorités donnent leur feu vert. Cette série, en circulation jusqu'en 1980, avait été imprimée à Londres chez «Waterlow and Sons». Ils pouvaient être échangés jusqu'au 1er mai 2000. La sixième série de billets lancée en 1976 fait la part belle aux scientifiques. Comme ici l'architecte tessinois Francesco Borromini sur les billets de 100 francs. Le dos des billets de cette série comportent des motifs en lien direct avec l'activité des personnalités. Comme pour le billet de 50 francs qui mettait à l'honneur le naturaliste Konrad Gessner. Ce billet de 500 francs, avec le médecin Albrecht von Haller, est le dernier de la sorte imprimé par la BNS. Le choix d'Auguste Forel pour les billets de 1000 francs a suscité la controverse puisque le psychiatre a été accusé d'être un adepte de l'eugénisme. Les billets de cette série peuvent être échangés jusqu'en 2020. Le dos de ce billet est tout aussi célèbre puisque son motif, la fourmi (Auguste Forel était également un entomologiste), a souvent servi à qualifier les coupures de 1000 francs. La série avait été dessinée par Ernst et Ursula Hiestand. La série en vigueur, la huitième, voit le jour en 1995. Elle est dessinés par Jörg Zintzmeyer et met à l'honneur les artistes suisses. Comme Lothar ll et l'homme qui marche d'Alberto Giacometti. Une femme fait pour la première fois son apparition, avec Sophie Taeuber-Arp. La série qui doit voir le jour le 6 avril 2016 constitue la neuvième depuis l'existence de la Banque Nationale Suisse (BNS). Le nouveau billet de banque de 50 francs suisse est vert comme l'ancien. On y distingue un parapentiste d'un côté et une main tenant un pissenlit de l'autre. La nouvelle série a déjà mis en circulation les billets de 10, 20 et 50 francs. Le billet de 200 francs a été mis en circulation à la fin août 2018. Quant au billet de 1000 francs, il a été présenté par Fritz Zurbruegg, vice-président du directoire de la BNS, au début mars 2019. Il ne reste plus que le billet de 100 francs à découvrir, la coupure-reine car la plus utilisée.

Sur ce sujet
Une faute?

Les Suisses pourront échanger sans limite dans le temps leurs anciennes coupures de mille francs à fourmis. Le Conseil des Etats a tourné casaque mercredi et ne s'est plus opposé à la suppression du délai d'échange des billets de banque.

La Banque nationale suisse (BNS) émet tous les 15 à 20 ans de nouvelles séries de billets de banque. Elle rappelle ensuite les anciennes coupures. Six mois plus tard, ces dernières ne sont plus considérées comme des moyens de paiement ayant cours légal. Mais elles peuvent être échangées auprès de la BNS à leur valeur nominale pendant 20 ans. Ce délai a été fixé en 1921. Il ne sera plus appliqué à l'avenir.

Billets entre 1976 et 1979

L'échange sans limite dans le temps vaudra pour les billets émis entre 1976 et 1979 (dont le célèbre mille francs aux fourmis ou le cent francs avec le portrait de Francesco Borromini), ainsi que pour les séries suivantes. Pas question en revanche d'échanger un billet de 20 francs à l'effigie de Guillaume-Henri Dufour.

Le Conseil des Etats s'était dans un premier temps prononcé pour le maintien du délai d'échange. Il s'est rallié au compromis entretemps concocté par le National et concernant la distribution de la manne correspondant aux billets non échangés.

Répartition de la manne

Jusqu'à la cinquième série, ce montant était versé à un fonds couvrant les dommages non assurables causés par des forces naturelles (fondssuisse). Le gouvernement voulait le priver à l'avenir de cet argent. Doté actuellement d'un capital de 269 millions, ce fonds dépense en moyenne 3,6 millions par an.

La suppression du versement a été critiquée. Certains cantons, comme Genève et le Valais, qui ne connaissent pas d'assurance bâtiment obligatoire, en pâtiraient.

Avec la solution finalement retenue, les 10% de la contre-valeur des billets qui n'ont pas été échangés 25 ans après le rappel seront conservés par la BNS pour exécuter l'obligation d'échange. Les 90% restants seront attribués à fondsuisse, à la Confédération et aux cantons. Le fonds touchera 20% de cette somme, le reste sera réparti entre la Confédération (1/3) et aux cantons (2/3).

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • JFK le 05.06.2019 15:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Lourdeur

    Je pense qu ils ont délibéré a 500 personnes pendant 10 jours pour arriver à cette conclusion.....enfin pas tout à fait ..ils ont regarde le match Federer Wawrinka pendant.....la pause. Hmmm.

  • GrandBruit le 05.06.2019 13:58 Report dénoncer ce commentaire

    PourPasGrandChose

    "Tout ça pour" 250 millions, alors qu'il y a des questions plus importante comme les fonds de pension ou il manque 10000 millions et autre. Et que la BNS reverse ses bénéfices aux cantons comme la loi l'y oblige (et car l'art 99 de la constitution suisse dit qu'elle doit verser 2/3 de son bénéfice et donc seulement 2017 elle aurait du versé 36000 millions => plus de problème pour les retraites par exemple) et la on a vraiment de l'argent. Il faut aussi savoir que l'AVS a perdu de l'argent à cause de la BNS (~175 millions)

  • Picsous le 05.06.2019 14:39 Report dénoncer ce commentaire

    Ils vont pas se tirer une balle dans le pied.

    Normale ceux qui font les lois en ont pleins les coffres

Les derniers commentaires

  • Thomas le 05.06.2019 17:54 Report dénoncer ce commentaire

    Argent noir

    Longue vie à l'argent sale.

    • Cash Cash le 05.06.2019 20:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Thomas

      ....mais le liquide c'est aussi l'argent non suivi à la trace donc celui de La Liberté !

    • Cash Cash le 05.06.2019 20:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Thomas

      ....mais le liquide c'est aussi l'argent non suivi à la trace donc celui de La Liberté !

    • Aesch le 06.06.2019 01:55 Report dénoncer ce commentaire

      Thomas

      Le bitcoin, c'est mieux? Il faut être réaliste et comprendre qu'il y aura toujours de l'argent noir. L'avantage du secret bancaire, c'est que ce dernier était déposé dans une banque et servait l'économie réelle au lieu de finir sous le matelas. Grace à l'impôt anticipé, les personnes payaient plus d'impôt que si cette argent avait été déclaré. De plus, s'il y avait des évidences d'activité criminelle ou d'évasion fiscale, un juge pouvait émettre un mandat pour récupérer l'argent ce qui était beaucoup plus facile que fouiller une propriété de fonds en combe.

  • tribu des Allobroges le 05.06.2019 17:23 Report dénoncer ce commentaire

    très optimiste

    Pour pouvoir retrouver mes mille billets de mille francs "après mon travail de fourmis" entre 1976 et 1979, je vais devoir secouer tous mes matelas de la cave au grenier, et je vais placer mon pognon au Crédit Suisse. En ce temps-là, entre 1939 et 1979, on gardait nos réserves de guerre, 30 kg de sucre et 30 kg de riz, dans nos caves toutes moisies. Et nos gentils patrons nous accordait des augmentations régulières, tous les 10 ans une petite pièce en or comme souvenir mais sans valeur, à titre de prime de fidélité.

    • ma tribu des Allobroges le 05.06.2019 19:26 Report dénoncer ce commentaire

      avec ou sans moi

      En juillet 1968, j'ai perdu tous les doigts de ma main droite et je ne suis pas gaucher. Le médecin généraliste au service des urgences de mon village, un gros tas de sueur, me rafistola les morceaux de mon pouce et de mon index de manière provisoire. En 1972 je gagnais 4000 fr. ou deux fois plus que mon futur beau-papa. Aujourd'hui, très vieux et retraité, je ne parle que l'anglais "proficiency" (C2), le français "proficiency" (C2), le brésilien et le philippin, et je gagne toujours deux fois plus que vous. Vous n'auriez pas quelques petits problèmes?

  • JFK le 05.06.2019 15:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Lourdeur

    Je pense qu ils ont délibéré a 500 personnes pendant 10 jours pour arriver à cette conclusion.....enfin pas tout à fait ..ils ont regarde le match Federer Wawrinka pendant.....la pause. Hmmm.

  • Picsous le 05.06.2019 14:39 Report dénoncer ce commentaire

    Ils vont pas se tirer une balle dans le pied.

    Normale ceux qui font les lois en ont pleins les coffres

    • Lucien le 05.06.2019 16:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Picsous

      Exactement

  • GrandBruit le 05.06.2019 13:58 Report dénoncer ce commentaire

    PourPasGrandChose

    "Tout ça pour" 250 millions, alors qu'il y a des questions plus importante comme les fonds de pension ou il manque 10000 millions et autre. Et que la BNS reverse ses bénéfices aux cantons comme la loi l'y oblige (et car l'art 99 de la constitution suisse dit qu'elle doit verser 2/3 de son bénéfice et donc seulement 2017 elle aurait du versé 36000 millions => plus de problème pour les retraites par exemple) et la on a vraiment de l'argent. Il faut aussi savoir que l'AVS a perdu de l'argent à cause de la BNS (~175 millions)