Devises

16 janvier 2020 15:36; Act: 17.01.2020 09:25 Print

Le franc flambe à nouveau face à l'euro

Depuis que Washington a placé la Suisse dans sa liste de manipulateurs de devises, les cambistes estiment que la BNS pourra moins intervenir sur les marchés.

storybild

Le franc suisse va continuer de progresser face à l'euro cette année. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le franc s'est une nouvelle fois nettement raffermi jeudi face à l'euro, principale devise d'exportation des entreprises suisses. Certains analystes voient le taux de change baisser davantage dans un contexte de tensions politiques.

Après avoir chuté dans la matinée à 1,0733 franc pour un euro, un plus bas depuis avril 2017, le taux remontait un peu à 1,0740 EUR/CHF vers 14h35.

La récente chute du taux n'est pas liée à la faiblesse de l'euro, mais plutôt à la force du franc, a estimé Andreas Ruhlmann. Selon l'analyste d'IG Bank, «le mouvement résulte de l'annonce des États-Unis de l'inclusion de la Suisse dans sa liste de manipulateurs de devises. Par conséquent, les investisseurs anticipent que la BNS sera moins en mesure d'intervenir sur le marché des changes.»

Un avis partagé par les spécialistes d'UBS, qui estiment que le potentiel baissier des devises s'est renforcé depuis la décision des autorités américaines.

Lundi, les États-Unis ont annoncé que la Suisse avait de nouveau été placée sur la liste des pays sous surveillance pour manipulation de devises, document dont elle avait été retirée en mai 2019.

Le Trésor américain s'en mêle

Le Trésor américain met sur cette liste les États qui remplissent au moins deux des trois critères suivants: avoir un excédent des comptes courants global représentant plus de 2% du produit intérieur brut (PIB), avoir un excédent commercial avec les États-Unis de plus de 20 milliards de dollars et intervenir activement sur le marché des devises de leur pays.

Ce dernier critère est rempli en cas d'achats continus sur les marchés des changes équivalant à 2% du PIB sur 12 mois.

Aux yeux du Trésor, la Suisse remplit les deux premières conditions. Il appelle Berne «à ajuster ses politiques macroéconomiques, en particulier en utilisant sa vaste marge de manoeuvre budgétaire pour soutenir plus énergiquement l'activité économique intérieure».

La Confédération a figuré dans la liste des pays sous surveillance dans chaque rapport entre octobre 2016 et octobre 2018, «en raison d'un excédent de la balance des opérations courantes» et parce qu'elle «était engagée dans des interventions unilatérales persistantes sur le marché des changes».

Dans ce contexte, les spécialistes de la banque aux trois clés estiment que la monnaie suisse pourrait continuer à se raffermir jusqu'à 1,05 franc pour un euro.

IG Bank envisage pour sa part une continuation en direction du plus bas de 2016-2017 vers 1,0630 EUR/CHF. «Après quoi, le taux devrait se stabiliser un moment», selon Andreas Ruhlmann.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Jean Luc le 16.01.2020 16:22 Report dénoncer ce commentaire

    !!!!!!

    Nous n'avons pas d'ordres à recevoir de ces supremaciistes banksters qui veulent la domination mondiale par la soumission totale

  • Maurice le 16.01.2020 16:32 Report dénoncer ce commentaire

    Les USA ne reconnaissent qu'eux-mêmes

    Et après certains crient "UE dictature"...vous avez déjà entendu l'UE expliquer à la Suisse la politique monétaire et budgétaire intérieure qu'elle devrait adopter ?! Nan mais on croit rêver avec cet impérialisme américain ! :-0

  • Plombier le 16.01.2020 16:33 Report dénoncer ce commentaire

    NOSTRADAMUS

    Ça tombe bien , demain je fais mes grosses courses en France...

Les derniers commentaires

  • P'tit Louis le 19.01.2020 10:37 Report dénoncer ce commentaire

    C'est cela oui!

    Et lEtat américain du Delaware qui est devenu lun des meilleurs endroits au monde pour créer une société fictive. Il échappe aux contraintes imposées récemment aux autres paradis fiscaux. Alors les champions de la magouille, les plus voleurs de la planètes c'est qui?

  • Kaya M le 17.01.2020 12:46 Report dénoncer ce commentaire

    Ah manipulateurs ?

    et eux ? purée

  • Jérôme Rossellat le 17.01.2020 12:20 Report dénoncer ce commentaire

    Normal

    C'est la loi du plus fort . Qui est le pays qui nous impose sa monnaie et son libéralisme tout en étant le plus endetté et le plus protectionniste qui soit ? La Suisse fera comme elle a toujours fait : se taire et dire merci pour continuer ses affaires commerciales .

  • saloon le 17.01.2020 12:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est égal

    En fait ça change quoi??? L'économie suisse se porte à merveille et le chômage est quasi inexistant...même avec un franc fort.

  • dave kris le 17.01.2020 12:07 Report dénoncer ce commentaire

    yeaaaaah

    mort à l'amérique !!!!