Suisse

16 août 2017 11:26; Act: 17.08.2017 06:43 Print

Le marché des ordures est trop complexe

Plus de 135 entreprises s'occupent des déchets des ménages et des entreprises. Mais la Suisse a pris du retard, critique un acteur important du marché.

storybild

(Photo: Keystone)

Une faute?

En Suisse, le marché des ordures est juteux: il se monte en effet à 2,7 milliards de francs, pour un volume de 9,8 millions de tonnes par an. Et plus de 135 entreprises s'occupent des déchets ménagers et de ceux des entreprises, sous l'égide de l'Office fédéral de l'environnement, indiquent mercredi La Liberté, et le Journal du Jura. Qui comparent avec la situation en France, où trois entreprises se partagent le 90% du marché.

En Suisse, ce marché devrait se stabiliser et croître légèrement ces cinq prochaines années, estime Vincent Chapel, directeur général de la société Helvetia Environnement, le seul généraliste suisse actif au niveau national et qui représente 4% du marché.

Stratégie énergétique bienvenue

Un marché qui pourrait devenir encore plus alléchant, selon lui, grâce à la Stratégie énergétique 2050 acceptée par le peuple en mai dernier, et qui implique la sortie progressive du nucléaire. «On sait qu'il va falloir trouver des alternatives. Et certaines énergies renouvelables dépendent des déchets, comme le biogaz. Le prix de ces matières premières pourrait augmenter», indique le responsable. «De nouveaux modèles d'affaires vont surgir, comme celui qui consiste à développer du biocarburant 100% local.»

Hic: la complexité du marché suisse bride sa croissance. Vincent Chapel est en effet très critique vis-à-vis de la politique fédérale de gestion des déchets. Selon lui, la Suisse prend un retard «colossal» par rapport à ses voisins européens. On a été des pionniers dans les années 1990, avec des décisions fortes comme l'interdiction de la mise en décharge, la mise en place du tri sélectif à la source et l'installation d'incinérateurs performants. Mais depuis, plus rien, précise-t-il.

De la folie en termes de coûts

Pour lui, la nouvelle ordonnance sur les déchets qui donne aux communes le monopole sur les déchets ménagers des PME jusqu'à 250 personnes, est invraisemblable. «C'est de la folie en termes de coûts, puisqu'on attribue la responsabilité de la collecte aux communes qui ont des moyens financiers limités, alors que la collecte des déchets de production et les valorisables (verre, PET, papier) reste du ressort privé. Ce qui signifie deux collectes!»

Selon le responsable, l'avenir appartient au secteur privé qui va améliorer le tri et la valorisation des déchets. Des pistes restent à découvrir, que seules les entreprises privées ont la capacité financière, organisationnelle et humaine pour explorer, estime-t-il.

(cht/nxp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ocin le 16.08.2017 13:00 Report dénoncer ce commentaire

    Problème ...

    Petit pays, mais super problème ... c'est un peu comme les assurances maladies 26 cantons (+ diff. zones dans les cantons) donc tarif différent dans chaque canton ! Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué.

  • romaro le 16.08.2017 12:47 Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'est pas de la folie, mais la ....

    .... réalité ! Le citoyen contribuable paie des taxes sur les déchets, sur les sacs, doit trier les valorisables (et autres) pour la déchetterie communale, qui elle revend les déchets ainsi trié avec un bénéfice aux entreprises de tri privés, qui eux ramassent ensuite encore un maximum. Et tout le monde applaudit.

  • Andreï petrov le 16.08.2017 12:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    SRS

    les poubelles devraient être géré par l'état, j ai bossé comme étudiant pendant 2 mois et bcp de magouille!!!!

Les derniers commentaires

  • Adam S. le 19.08.2017 17:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Intransparent

    Il n'est pas complexe, il est intransparent, donc sujet à toutes les magouilles. C'est tout sauf un exemple de libre concurrence.

  • vater le 16.08.2017 17:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    nul

    surtout très prolifique quand on sait quelle sont très souvent exportée àl'étranger

  • Claude le 16.08.2017 14:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Arnaque au sac !

    Il y a deux on me fait gober le sac poubelle à 2.-- en me disant que le tri de mes poubelles coûte cher et aujourd'hui on me parle d'un business juteux. Ces entreprises gagnent de l'argent avec la matière première que je leur fourni. Je crois que je vais leur envoyer une facture de 2.50 par sac de dechets !

  • Piloux le 16.08.2017 14:11 Report dénoncer ce commentaire

    Un peu de réflexion.......

    Aussi longtemps que le consommateur est considéré comme responsable des déchets par les autorités il ne sera pas possible de changer les choses. Les fournisseurs de produits emballés comme les grandes surfaces devrait avoir leur part à payer pour l'élimination. Tout est fait pour compliquer le recyclage et au passage faire payer les citoyens.

  • l'or dure. le 16.08.2017 13:54 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi des privés?

    On donne donc de la matière première très valorisable à des entreprises privées que l'on paie avec l'argent de la collectivité. En ensuite, on va leur racheter ces matières premières tranformées? Il y a un truc que j'ai manqué ou bien c'est encore une dérive de la rationalisation du budget de l'état? On ferait mieux de se passer des privés, de cantonaliser et aussi d'éviter la traditionnelle surenchère des acteurs privés avec leurs lots de restructuration économique, de salaires minimaux etc. Déjà qu'on trie pour eux gratuitement alors qu'avant on touchait une consigne en ramenant PET et verre

    • Pure le 19.08.2017 17:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @l'or dure.

      Ou à rétribuer les communes pour livrer les déchets