Ecologie

14 septembre 2018 11:32; Act: 14.09.2018 12:19 Print

Le négoce des matières première impacte l'environnement

par Christine Talos - La Suisse est une plaque tournante dans le commerce mondial des matières premières. Une étude montre l'impact environnemental de ce secteur.

storybild

Une vue aérienne d'une mine de nickel en Nouvelle-Calédonie exploitée par le Zougois Glencore. (Photo: AFP)

Une faute?

On le sait: la Suisse est le centre mondial du commerce de matières premières telles que le fer, le pétrole brut, le cacao, le café, le sucre ou encore l'huile de palme. Près de deux tiers de tous les métaux, dont l'or, et 40% des céréales sont commercialisés par des entreprises telles que Glencore, Nestlé, Vitol et des centaines d'autres. La plupart du temps, les marchandises négociées en Suisse ne touchent pas le sol helvète. Mais elles contribuent à la pollution de l'environnement à l'échelle mondiale, relate le Tages-Anzeiger vendredi.

Et pour la première fois, explique le Tagi, une étude pilote montre l'impact des matières premières et des autres produits commercialisés depuis la Suisse sur l'environnement. Sur mandat de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV), la société ESU-services de Schaffhouse, spécialiste en éco-bilans, a passé au crible les 16 matières premières principales.

Selon la matière première, entre 20 et 67% du commerce mondial est assuré par des entreprises suisses. Et près de 3,5% de la performance économique de notre pays est imputable à ces opérations commerciales, explique l'auteur de l'étude, le directeur de l'ESU, Niels Jungbluth. Du coup, l'impact sur l'environnement de ce négoce est 20 fois supérieur à celui de l'ensemble de la consommation en Suisse, dit-il.

«L'ampleur des dommages causés à l'environnement par ce commerce montre la grande responsabilité des entreprises suisses», souligne-t-il. Ceci alors que les citoyens devront bientôt se prononcer sur l'initiative «Entreprises responsables» qui demande que la Confédération prenne des mesures pour que l'économie respecte davantage les droits de l'homme et l'environnement.

Pétrole, devant les céréales et le cuivre

Ce sont sans surprise les produits du secteur de l'énergie qui sont les plus polluants, une fois les facteurs d'extraction, de traitement et de transports prise en compte, révèle l'étude. Toutes matières premières confondues, c'est le pétrole brut qui cause le plus de dommages à l'environnement, largement devant les céréales qui arrivent en 2e position, et la production de cuivre qui complète ce podium. L'or et le cacao suivent ensuite.

Selon l'Office fédéral de l'environnement, ces conclusions pourraient contribuer à la réévaluation par le Conseil fédéral de la situation dans le secteur suisse des matières premières fin 2018. Au niveau international, ces résultats pourraient être intégrés dans les travaux du Groupe des ressources internationales (IRP) du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

Mais comme le souligne Niels Jungbluth, l'étude n'a pris en compte que 16 matières premières. En outre, elle ne s'est pas encore penchée sur leur origine géographique. A l'avenir, il faudra aussi montrer d'où proviennent exactement les impacts environnementaux, note-t-il. Il reste donc un long chemin à parcourir jusqu'à ce qu'il puisse y avoir des améliorations mesurables pour l'environnement.

(nxp)