Suisse

03 mai 2016 11:48; Act: 03.05.2016 14:06 Print

Le revenu de base est une «idée dangereuse»

Un comité interpartis monte au front pour critiquer l'initiative populaire sur un revenu de base.

storybild

(Photo d'illustration). (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'idée d'un revenu de base bénéficiant à toute la population suisse est une utopie dangereuse. L'initiative populaire à l'origine de cette idée s'attaque aux valeurs qui sont à la base de la société suisse, critique un comité interpartis en lançant sa campagne.

L'initiative populaire «Pour un revenu de base inconditionnel» est soumise au peuple le 5 juin. Contre elle s'est constitué un comité réunissant l'UDC, le PS, le PLR, le PVL, le PDC et le PBD. Leur slogan: le revenu de base inconditionnel (RBI) n'est que du vent, illustré par un ballon d'abord gonflé, puis qui se dégonfle.

Le texte vise à permettre à l'ensemble de la population de mener une existence digne et de participer à la vie publique. Il prévoit d'obliger la Confédération à instaurer un revenu de base versé sans contrepartie à tout le monde, dès la naissance.

Les initiants proposent le versement d'un montant de 2500 francs par mois aux adultes, tandis que les enfants et les jeunes jusqu'à 18 ans toucheraient 625 francs par mois.

Système bousculé

«C'est une expérimentation dangereuse», qui va bousculer tout le système, a critiqué la conseillère nationale et présidente du PLR Petra Gössi (SZ).

Pour les opposants, un tel projet met en jeu les valeurs suisses comme la responsabilité individuelle et le travail, qui perdrait sa place centrale dans la société. «Quel message va-t-on donner aux enfants avec cela? Qu'ils travaillent ou pas, ils recevront 2500 francs», s'est inquiétée la conseillère nationale Géraldine Marchand (PDC/VS).

«On joue à la roulette russe avec notre prospérité», a renchéri Jean-François Rime (UDC/FR). Les entreprises risquent de délocaliser, car il faudra augmenter les impôts pour financer ce revenu de base. Et celui-ci risque «d'attirer encore plus de travailleurs étrangers en Suisse», a ajouté le conseiller national UDC.

Système social en danger

Le système social est également mis en danger par l'initiative, a souligné la conseillère nationale Susanne Leutenegger-Oberholzer (PS/BL). Or, il n'est pas là uniquement pour donner de l'argent, mais sert également à intégrer ou à réintégrer dans la société des personnes qui sont en marge.

De plus, pour les socialistes, le revenu minimal doit atteindre 4000 francs au moins. Avec 2500 francs, le revenu de base reviendrait à un dumping salarial généralisé.

La solidarité, qui est à la base du système social actuel, serait mise à mal. La cohésion sociale en pâtirait, a ajouté la conseillère nationale Kathrin Bertschy (PVL/BE).

Le Conseil fédéral et le Parlement ont rejeté le texte sans proposer de contre-projet. Le comité interpartis disposera de très peu de moyens pour sa campagne, indique-t-il. Il compte principalement faire campagne sur des panneaux d'affichage électroniques situés dans les gares.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Munche le 03.05.2016 13:14 Report dénoncer ce commentaire

    non, mais

    Vous croyez pouvoir vivre avec 2500 fr par mois, faudra au moins un travail a mi-temps pour pouvoir compléter ce RBI,donc tout le monde travaillera encore mais plus agréablement.

  • Stoneman le 03.05.2016 12:13 Report dénoncer ce commentaire

    Ayez peurrrrrrr....

    Encore une bien mauvaise utilisation du qualificatif "dangereux"... dangereux pour qui en fait? La distribution équitable d'une somme, quelle qu'elle soit, ne met en danger personne ... (et qu'ils expliquent dans le détails en quoi la cohésion sociale en pâtirait)... Par contre, l'accumulation excessive de richesse - elle - est dangereuse pour la société. L'argent ne sert qu'a une chose; circuler.

  • Philippe M. le 03.05.2016 12:11 Report dénoncer ce commentaire

    Patience, patience

    De toute façon, on y viendra. Avec cette société qui considère les gens "vieux" à 45 ans et qui, de toute manière, n'aura plus assez de travail à fournir pour tout le monde. Ca sera le RBI ou...la guerre !!!

Les derniers commentaires

  • Michael Saint le 18.05.2016 09:03 Report dénoncer ce commentaire

    Remise en question

    On voit que c'est toujours les mêmes qui : ont le droit de toucher des aides, qui ne bossent pas, qui se font saigner par les impôts, qui doivent avoir plusieurs boulots pour avoir une vie digne, qui bossent durant leurs études... et toujours les mêmes politiciens qui s'opposent à un nouveau système car ils n'ont pas de visions d'avenir. Ils savent que répéter ce qu'ils ont appris des anciens. La Suisse glisse sur la pente des pays européens et ils ne sont pas capables de faire quoi que ce soit. Se remettre en question et pouvoir se réinventer !

  • Will Inkling le 11.05.2016 14:16 Report dénoncer ce commentaire

    Position d'UN1A

    Il est a noter aussi la position curieuse du syndicat UN1A, opposé aussi à cette idée qu'il jugent aussi dangereuse. (pour des gens de gôche...) Ceci rappelant aussi le vrai rôle des syndicats, à savoir contenir les revendication des travailleurs, et maintenir le système salarial en place.

  • Gabriel Klein le 11.05.2016 12:18 Report dénoncer ce commentaire

    Un système plus juste!

    Le RBI existe déjà: AVS, AI, allocation familiales, aides pour les paysans, bourse. Donc les actifs seront leur seuls à ne plus être seulement dans le rôle de payeur, mais aussi profiter du social. C'est un système beaucoup plus juste et qui permet au gens d'avoir une activité rémunérée sans être punis en perdant leur droit à des aides.

  • Gabriel Klein le 11.05.2016 12:03 Report dénoncer ce commentaire

    Réponse viable

    Le RBI est bien une réponse viable à notre système social défaillant! L'AVS n'est pas viable sans ponctionner la TVA de 1.5% de plus. 30% des gens ont besoin d'aide pour payer la LAMAL. Les "working poors" sont une réalité. Et de l'autre côté des personnes se font de l'argent rien qu'en transférant de l'argent à gauche à droite (bourse).

  • Will Inkling le 11.05.2016 11:37 Report dénoncer ce commentaire

    Changement de paradigme nécessaire

    Le RBI est tout simplement une nécessité dans un monde où l'emploi ne cesse de se raréfier. Le grand capital refuse le retour au plein emploi, et ne veut pas entendre parler du RBI, qui gène la mise en esclavage du peuple. (Pression sur les salaire et chantage par le chômage.) Ce changement est indispensable pour assurer une vie sereine du citoyen. Enfin, ce paradigme doit se généraliser dans le monde entier, selon moi. Je plein les moutons qui suivront les conseils mensongers du conseil fédéral et rejetteront l'initiative par la peur induite par ces mensonges.