Métallurgie

10 mai 2019 13:20; Act: 10.05.2019 13:34 Print

Le sauvetage de Swissmetal tient à un fil

C'est une banque chinoise qui bloque la reprise de l'entreprise de métallurgie Baoshida Swissmetal.

La reprise de Swissmetal ne tient qu'à un fil.
Sur ce sujet
Une faute?

Le sauvetage de la faillite de l'entreprise Baoshida Swissmetal et de ses 160 collaborateurs à Reconvilier (BE) et à Dornach (SO) dépend du bon vouloir d'une banque chinoise. Principal créancier, l'établissement bloque la reprise de l'usine par la société Swiss Team.

A l'approche de l'échéance du sursis concordataire fixé au 22 mai, l'avenir de Baoshida Swissmetal, ex-Boillat, n'est pas assuré. La société Swiss Team SA a présenté une offre de rachat des actifs pour neuf millions de francs, mais la finalisation de l'opération est bloquée par la China Development Bank (CDB).

«J'appelle l'ambassadeur de Chine en Suisse à raisonner la CDB», a déclaré vendredi à Reconvilier (BE) André Rezzonico, président du conseil d'administration de Swiss Team. L'industriel suisse a ajouté avoir le soutien du canton de Berne. Il sollicite aussi l'appui des autorités fédérales. «La Suisse et la Chine tiennent une opportunité pour montrer la qualité de leurs relations».

Soupçons de gestion déloyale

C'est auprès de cet institut bancaire que l'ex-CEO chinois de la société Baoshida Swissmetal avait contracté un emprunt de 15 millions d'euros. Mais l'administrateur unique est soupçonné par la justice suisse de gestion déloyale. La banque chinoise veut elle reprendre ses fonds. «Ils ont prêté, ils ont perdu», a résumé André Rezzonico.

Dans le cadre de la consultation des créanciers, le commissaire au sursis concordataire avait proposé à la banque chinoise le versement d'un montant partiel de cette dette pour permettre la reprise de cette entreprise métallurgique. La CDB a refusé et exige que le repreneur assume la totalité de la dette bancaire. Ce que refuse Swiss Team SA.

Quelque 160 emplois en jeu

L'investisseur demande à l'établissement chinois d'accepter de lever ses gages immobiliers pour permettre la finalisation de la reprise des actifs et le sauvetage de quelque 160 emplois. L'ancien fleuron industriel de l'Arc jurassien avait été racheté il y a six ans par groupe chinois Baoshida.

Tant que la banque d'Etat chinoise ne lève pas son opposition, le juge au sursis concordataire ne peut pas valider cette acquisition acceptée par tous les autres créanciers. Aucun autre repreneur n'a déposé une meilleure offre de rachat des actifs que celle de l'investisseur suisse.

«On se battra pour s'en sortir», a assuré André Rezzonico qui doit croire en la renaissance de Swissmetal. «Je sens qu'il y a un léger frémissement», a-t-il ajouté en évoquant la position de la China Development Bank. «Elle a tout intérêt à lever le blocage», a estimé le président du conseil d'administration de Swiss Team.

Chiffres positifs

Malgré cette incertitude, l'usine qui avait connu une grève retentissante sur son site de Reconvilier en 2004 et en 2006, continue à fonctionner. «Les résultats du 1er trimestre sont positifs», a déclaré le directeur de Baoshida Swissmetal Claudio Penna ajoutant que la société avait terminé 2018 à l'équilibre.

Si la transaction aboutit, le nouveau propriétaire s'engage à reprendre tout le personnel et à investir dans l'outil de production. L'objectif est de regrouper les activités industrielles sur le site de Reconvilier à l'horizon 2024-2026.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Perpective le 10.05.2019 15:35 Report dénoncer ce commentaire

    Ultra-libéralisme

    Voici typiquement les problèmes de l'ultra-libéralisme. Lorsque les entreprises sont vendues ou dépendent d'entreprise externes, les emplois en internes sont menacés, même si l'entreprise est rentable, car le but est un gain encore plus grand. Pour garder des emplois il faudrait que les gens qui 'possède' ou interagit fortement avec l'entreprise ait de la considération pour les gens qui travaille ici (car un accord commercial ne résoudra que temporairement le problème du temps que tout le monde à quelque chose de plus à gagner ou à évité de perdre quelque chose).

  • R32 le 10.05.2019 17:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    SMB.

    sauvons cette legende industrielle !

  • Valesco le 11.05.2019 00:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vivement un arrangement

    Mais bon sang ! Quand est-ce que tout ça va s'arrêter ? La course au profit, les gens pris pour des numéros, comme de la simple marchandise... etc etc... en tout cas j'espère vivement qu un accord intervienne pour sauver les emplois de ces travailleurs, et n oublions pas que sans eux il ne se passerait rien..... haro sur les actionnaires-sangsues !

Les derniers commentaires

  • bady le 12.05.2019 19:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est bien

    Rien à cirer vous avez vendu à l'unité votre âme au diable l'argent facile, bien fait.

  • Suisse et Gris le 12.05.2019 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    Le Suisse made c'est Fertig

    La Suisse va continuer à se débrouiller au niveau du commerce international, mais pas forcément les Suisses qui seront les grands oubliés, au bénéfice d'entreprises et d'employés qui viennent et viendront de l'étranger. Y va être content le pauvre de savoir qu'il habite dans un pays riche.

  • pinson de ton coeur le 12.05.2019 10:44 Report dénoncer ce commentaire

    jo

    Bonne fête maman

  • Triste du jour le 12.05.2019 09:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont ce qu'ils voulaient

    Parceque vous pensez sincèrement que c'est pour sauver les 160 employés que les chinois ont achetés ? Ils ont maintenant brevets, compétences et techniques plus besoin de cette société. En Suisse on est tellement respectueux des lois que fac à un menteur on perd toujours. C'est comme né gocier avec un pervers narcissique, il a toujours raison.

  • travaillez plus le 12.05.2019 08:02 Report dénoncer ce commentaire

    jusqu'à l'épuisement

    Pour Stefan Studer, le directeur de la faîtière Employés Suisse, un relèvement de l'âge de la retraite est inévitable. Allez, on pourrait pousser le bouchon loin, jusqu'à ce que cela explose, et regarder les ravages avec satisfaction. Armez-vous de vos cannes, de vos béquilles et de patience, tout le monde cherche des vieillards.