Portugal

31 juillet 2014 09:18; Act: 31.07.2014 15:22 Print

Le titre BES s'écroule de plus de 50%

Le titre de Banco Espirito Santo (BES) s'effondrait jeudi à la Bourse de Lisbonne, plongeant à un nouveau plus bas historique, au lendemain de la publication de pertes record.

storybild

(Photo: Reuters/Rafael Marchante)

Sur ce sujet
Une faute?

En pleine tourmente financière, la banque, qui avait déjà fait trembler les marchés européens en début du mois, a entraîné dans sa chute la Bourse de Lisbonne, qui plongeait de 3,23% à 10H00 GMT.

Peu après la reprise de sa cotation, à 9H18 GMT, le titre de BES dévissait de 51,01% à 0,17 euro, avant de freiner sa chute, à 35,73%, à 10H00 GMT.

En une minute, la capitalisation boursière a fondu de près d'un milliard d'euros alors que les difficultés de la banque pourraient se propager à l'ensemble du secteur financier portugais.Pris de panique, les investisseurs ont massivement vendu les titres de BES, s'interrogeant sur la solvabilité de la banque, qui nécessite une augmentation de capital, ou, en ultime recours, une injection de fonds par l'Etat.

Les turbulences que traverse la BES avaient déjà secoué les marchés européens le 10 juillet, après l'annonce de la suspension de l'action du principal actionnaire de la banque Espirito Santo Financial Group, qui a depuis déposé son bilan.

Une perte historique

BES avait annoncé mercredi en fin de soirée avoir essuyé une perte historique de 3,57 milliards d'euros au premier semestre.

Le nouveau PDG de BES, Vitor Bento, juge nécessaire une augmentation du capital, projet qu'il compte soumettre aux actionnaires lors d'une prochaine assemblée générale.

La banque du Portugal a mis en cause la gestion de Banco Espirito Santo par l'ancienne équipe dirigeante, soupçonnée de pratiques illégales ayant contribué à alourdir la perte nette semestrielle à hauteur d'1,5 milliard d'euros.

Le superviseur bancaire portugais compte «déterminer les responsabilités individuelles», y compris celles de l'ancien PDG Ricardo Salgado et de son directeur financier Amilcar Morais Pires, susceptibles de poursuites.

(afp)