Bourse

23 juillet 2018 11:12; Act: 23.07.2018 11:38 Print

Le titre Fiat chute après le retrait de Marchionne

Le titre Fiat a ouvert la séance lundi en recul à la Bourse de Milan après le remplacement du grand patron qui est très malade.

storybild

Fiat Chrysler a perdu ce weekend son patron emblématique, Sergio Marchionne, 66 ans, hospitalisé pour une opération fin juin en Suisse et qui «ne reviendra pas au travail», selon le groupe. (Photo: DR/twitter)

Une faute?

Fiat Chrysler Automobile (FCA), Ferrari et CNH Industrial, qui ont dû remplacer en urgence samedi leur patron emblématique Sergio Marchionne gravement malade, ont ouvert en baisse lundi à la Bourse de Milan.

Les trois groupes contrôlés par la famille Agnelli ont tous ouvert en baisse de plus de 4% avant de se reprendre légèrement. A 9h35, FCA perdait 2,89% à 15,942 euros, Ferrari 4,09% à 114,9 euros, CNH Industrial 2,95% à 8,562 euros, tandis qu'Exor, la holding de la famille Agnelli, cédait 2,65% à 55,1 euros.

Les quatre titres, solidement installés en bas du classement, tiraient l'ensemble du marché vers le bas: l'indice FTSE Mib perdant 0,76% à 21'629 points.

Fiat Chrysler a perdu ce weekend son patron emblématique, Sergio Marchionne, 66 ans, hospitalisé pour une opération fin juin en Suisse et qui «ne reviendra pas au travail», selon le groupe, en raison de graves complications survenues en fin de semaine dernière.

Réunis en urgence samedi, les administrateurs des trois groupes ont désigné quatre personnalités pour reprendre toutes les casquettes de ce bourreau de travail.

Succession préparée

Le patron de Jeep, Mike Manley, qui a fait du constructeur américain le joyau du groupe, prend la tête de FCA. Louis Camilleri, patron de Philip Morris, devient administrateur délégué de Ferrari, dont John Elkann, président de FCA et petit-fils d'Umberto Agnelli, prend la présidence.

Et c'est une femme, Suzanne Heywood, qui arrive à la tête de CNH Industrial, le groupe de gros engins et camions issu d'une scission en 2011.

Sergio Marchionne avait déjà préparé sa succession pour passer la main l'année prochaine, et beaucoup, à commencer par M. Elkann dans un courrier aux salariés de FCA, ont insisté sur les capacités de M. Manley, qui a été au coeur de l'élaboration du plan stratégique 2018-2022 présenté début juin, à assurer la continuité.

Mais des experts ont aussi relevé que ce Britannique discret n'était peut-être pas aussi armé que Sergio Marchionne, l'enfant des Abruzzes devenu Canadien, diplômé en droit, en management mais aussi en philosophie, qui a réussi à conquérir politiciens, médias et syndicalistes, en particulier en Italie.

(nxp/ats)