Commerce

03 juin 2018 00:16; Act: 03.06.2018 08:35 Print

Les Etats-Unis, plus isolés que jamais au G7

Le G7 des finances s'est terminé samedi. Esseulés, les USA se sont mis tout le monde à dos avec les taxes sur l'acier et l'aluminium.

storybild

Le secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin a subi les foudres de ses collègues du G7 des finances, décrit comme «tendu et difficile»par le ministre français Bruno Le Maire. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le G7 Finances s'est achevé samedi sur une protestation unanime contre la politique commerciale agressive américaine, les principaux alliés de Washington exhortant Donald Trump à revenir sur sa décision d'imposer des taxes sur l'acier et l'aluminium la semaine prochaine lors du sommet des chefs d'Etat au Québec.

«Les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales ont demandé au secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin de faire part (à la Maison Blanche) de leur inquiétude unanime et de leur déception», a déclaré le ministre canadien des Finances Bill Morneau à l'issue de trois jours de réunion à Whistler, une station de ski de l'ouest du Canada.

Signe de la grande discorde, le G7 Finances n'a pas donné lieu à une déclaration commune mais à une succession de conférences de presse séparées. «Les ministres et les gouverneurs se sont mis d'accord sur le fait que les discussions (sur le commerce) devaient se poursuivre au sommet à Charlevoix où une décision doit être prise», a également indiqué M. Morneau.

Le G7 a été «tendu et difficile»

Au moment où l'économie de la planète affiche un taux de croissance ( 3,9%) solide et inédit depuis la crise financière de 2008, Allemagne, Canada, France, Japon, Italie et États-Unis auraient dû plancher sur les recettes pour faire en sorte que cette croissance soit partagée par le plus grand nombre.

«Malheureusement», ont déploré Canada, France et Allemagne, ces discussions ont été largement éclipsées par le spectre d'une guerre commerciale, l'administration Trump étant montée d'un cran dans son offensive contre ses alliés en mettant en application vendredi de nouvelles taxes douanières sur leur acier et leur aluminium. Ces taxes «compromettent un commerce ouvert et sape la confiance en l'économie mondiale», a également commenté Bill Morneau, qui a exprimé à son homologue américain Steven Mnuchin dans «des mots durs», selon ses propres termes, le «complet désaccord» d'Ottawa avec Washington.

Le G7 a été «tendu et difficile», a résumé de son côté le ministre français Bruno Le Maire, estimant que cette réunion avait plutôt été un «G6 1» avec des États-Unis «seuls contre tous, qui font courir le risque de déstabilisation économique à la planète». «Nous croyons au G7», a rétorqué Steven Mnuchin, tout en reconnaissant qu'il y avait eu «un consensus unanime sur l'inquiétude» exprimée par les six autres partenaires de Washington en matière de conflit commercial.

Un geste

Il a assuré qu'il en avait fait part au président Donald Trump à l'approche du sommet des chefs d'État et de gouvernement qui va se dérouler vendredi et samedi prochains. M. Le Maire a exhorté l'administration américaine à faire d'ici là «un geste» et à prendre «les bonnes décisions pour apaiser la situation et alléger les difficultés».

«La semaine prochaine dépendra de la décision que l'administration (américaine) est prête à prendre dans les prochains jours et dans les prochaines heures, je ne parle pas de semaines à venir», pour éviter une guerre commerciale, a-t-il estimé.

Steven Mnuchin s'est, lui, efforcé de minimiser le rôle que jouerait le commerce au sommet des chefs d'Etat, relevant d'autres problématiques importantes comme les sanctions sur l'Iran ou le sommet prévu avec la Corée du Nord.

Trump s'en mêle

Et au moment où les discussions s'achevaient à Whistler, Donald Trump s'est fendu de nouveaux tweets fustigeant le libre-échange. «Si nous taxons à hauteur de 0 un pays pour qu'il nous vende ses marchandises et qu'en retour, il taxe à 25, 50 ou 100% les nôtres (...) ce n'est pas un commerce libre et équitable, c'est du commerce stupide!», a-t-il écrit.

Et dans un second tweet, il a une nouvelle fois martelé qu'avec un déficit de biens de quelque 800 milliards de dollars, les Etats-Unis avaient été «arnaqués par les autres pays depuis des années». En incluant les services, le déficit américain avec le reste du monde s'est élevé à 566 milliards en 2017.

L'Union européenne et le Canada ont d'ores et déjà saisi l'Organisation mondiale du commerce (OMC) tandis que le Mexique a adopté des représailles sur des produits américains.

Mais de l'avis de tous, la guerre commerciale n'est toutefois pas encore déclarée tant que Donald Trump ne met pas à exécution ses menaces d'imposer des taxes sur l'automobile, un des secteurs au coeur des échanges du commerce mondial. Reste à savoir aussi comment va évoluer l'autre grand front commercial ouvert contre la Chine par Donald Trump. Son secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, est arrivé à Pékin samedi pour trois jours de nouvelles discussions.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • dada le 03.06.2018 08:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ricain

    la seul chose à faire avec eux... le BOYCOTTE et interdire l'entrée au G7, et G20, qu'il reste isolé, dirigé le monde c'est fini.

  • Yves le 03.06.2018 11:53 Report dénoncer ce commentaire

    A nous de faire le reste...

    Je commence le boycott des produits américains dès aujourd'hui. L'Europe est un bien plus gros marché que les USA.

  • yin le 03.06.2018 10:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    yang

    C'est le moment pour retourner l'équilibre mondial. sortir du dollar étalon, des institutions de bretton woods et des accords favorables aux usa. Espérons juste que le vieux lion déchu ne jette pas toutes ces forces dans la bataille.

Les derniers commentaires

  • Zorgl le 04.06.2018 14:39 Report dénoncer ce commentaire

    Pff....

    Pour moi le label Made in USA est un label de qualité, il ne pue pas la dictature communiste chinoise. Personnellement j'ai choisi mon camp. Et l'Europe ferait mieux de discuter au lieu de chialer avec les Mexicains, les Chinois et les mangeurs de caribous.

  • Julius le 04.06.2018 14:36 Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont bon dos

    Les USA ont bon dos, ce ne sont pas eux qui piratent la propriété intellectuelle des autres à outrance, qui dirigent une dictature mafieuse qui fourni en contrefaçons le monde entier, qui ruinent de pans entiers de l'économie mondiale et vont ensuite en prédater les beaux restes...

  • Zorgl le 04.06.2018 14:28 Report dénoncer ce commentaire

    Normal

    "Les taxes européennes sur les importations de voitures en provenance des Etats-Unis et des pays hors UE sélèvent en effet à 10% quand les droits de douane américains sur celles en provenance de lUnion européenne ne sélèvent quà 2,5%. ". Et c'est Trump le méchant qui veut mettre des taxes "injustifiées". Ah oui, il y a les pick up et les camions...Qui fabrique des pick up en Europe? Volkswagen? Made in USA.

  • Marie le 04.06.2018 07:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A méditer

    Et pendant que toute la presse se focalise sur ce problème crée de tout pièce, on ne parle pas de ce qui se passe en Iran, au Yémen, en Arabie Saudite en Sirie car là aussi lattention nest même plus focalisée sur Gaza, Israël peut veiller au déménagement de ses ambassades américaine et guatémaltèque tranquillement. Cest presque facile on dirait dorienter la presse et lopinion publique sur quelque chose pour cacher ce qui est vraiment gros comme une maison. En gros la presse qui aime tellement vomir sur Trump entre exactement dans son jeux et suit comme un mouton. Cocasse...

  • grün le 04.06.2018 07:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    super

    bravo il à raison france et allemagne ce croient les maîtres du monde