Sondage

10 janvier 2016 11:10; Act: 10.01.2016 12:13 Print

Les PME craignent une chute de la consommation

Les inquiétudes croissantes des entreprises suisses sont à mettre sur le compte de la faible inflation, selon un sondage de l'assureur Zurich.

storybild

Photo d'illustration. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Pour 42,5% des responsables de petites et moyennes entreprises (PME) en Suisse, la faiblesse de la demande des consommateurs représente le plus grand risque. Par rapport à 2014, ce chiffre est en augmentation de 13%, indique l'enquête publiée dimanche par l'assureur Zurich, réalisée auprès de 200 firmes.

Pas d'inflation

La faute à l'absence d'inflation, qui a pour effet de retarder les achats. «Une faible inflation, voire une déflation, peut s'avérer problématique pour les perspectives commerciales», rappelle le chef économiste de Zurich, Guy Miller, cité dans le communiqué. Une baisse de la consommation grève les chiffres d'affaires et freine les investissements.

Pour rappel, sur l'ensemble de 2015, les prix en Suisse ont affiché un recul de 1,1% au regard de 2014. En décembre, ils ont diminué en moyenne de 0,4% en décembre par rapport à novembre, a indiqué vendredi l'Office fédéral de la statistique.

Nouveaux segments

Dans la liste des préoccupations, la forte concurrence (33%) vient au second rang, franc fort oblige. Suivent les problèmes fiscaux (16,5%) puis les atteintes à la réputation et la perte de collaborateurs.

Les PME se voient contraintes de rechercher de nouvelles sources de croissance en diversifiant leur gamme de produits. Un sondé sur quatre reporte ses espoirs sur les nouveaux segments de clientèle. Un quart des sondés comptent encore sur les économies et 21,5% misent aussi sur des conditions de crédit attractives.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • toto.m le 10.01.2016 13:04 Report dénoncer ce commentaire

    Assurance-maladie pas dans l'inflation

    C'est logique : pas d'inflation = pas d'augmentations de salaire. Mais avec la hausse constante de l'assurance-maladie et des loyer le pouvoir d'achat réel baisse continuellement => baisse de consommation !

  • Fliflo le 10.01.2016 13:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On est pas des bé

    normale, tout est de plus en plus chère ( assurance, location d appartement...etc..) et les salaires reste gelés. Après ils nous disent encore qu en 2015 on a eu un meilleur pouvoir d achat grâce à la baisse de l essence, et qui va remonter. Et pendant ce temps, les riches milliardaires, sont de plus en plus riches . triste avenir pour nos enfants de ce beaux pays que j aime tant

  • Vadim le 10.01.2016 13:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    LOCAL il faut consommer

    Merci schengen, merci le tourisme d'achat, merci la mondialisation, merci la droite LIBÉRALE (PLR)! Quand on aura tout perdu, il ne restera plus qu'à tout refaire et j'espère au moins que cette débâcle aura ouvert les yeux à la population sur l'importance du local.

Les derniers commentaires

  • Bernard le 11.01.2016 09:57 Report dénoncer ce commentaire

    vers le bas..

    On devrait voir plus la réalité pour comprendre le phénomène. Ce n'est pas la fréquentation qui est en cause mais plutôt le chiffre d'affaire. On commence par l'essence 30% de moins, légumes a moitié prix chez lidl et aldi, produits divers a 50% chez otto's. L'augmentation des ventes automobiles pour les voitures a moins de 10'000.- a été multiplié par 4 en deux ans. Habits de marque moins cher que ceux de grande surface sur internet. Tout ça fait moins d'argent! et le surplus on le dépense en dehors de la Suisse.

  • Didier le 11.01.2016 09:37 Report dénoncer ce commentaire

    Opportunistes!!!

    J'en connais pire de ceux que Marco décris ici! non seulement ils nachètent plus rien en Suisse mais en plus certains commencent a se faire des salaires sur mesure pour échapper a des pensions alimentaires, impôts et maladie. Avec ce système on devient opportuniste car 3000.- laissent plus de pouvoir d'achats que 4500. Le seul soucis est de savoir qui va payer leur retraite un jour? Aujourd'hui ces les commerces qui encaissent moins et un jour ça sera a la confédération.

  • Sofie le 11.01.2016 09:20 Report dénoncer ce commentaire

    Cette année, mon salaire

    baisse de 3.2% et ma caisse maladie augmente d'environ 10%. Sans compter les taxes diverses et variées qui sont, chaque année, inventées ou augmentées par Mme Leuthard. Je fais comment pour consommer? Même en 1980 quand je gagnais ma vie, nettement, moins bien, je vivais beaucoup mieux. Certainement parce que tout n'était pas prétexte à taxes et que l'écologie n'était pas un bon créneau pour se faire un max de pognon sans trop d'efforts.

  • Patron sans employés le 11.01.2016 09:14 Report dénoncer ce commentaire

    La limite du système

    @marco, et un jour votre voisin se retrouvera au chômage, et si il a deux sous dintelligence, il se posera la question pourquoi son patron l'a licencié.Si le système vous laisse à réfléchir,voilà un autre sujet de réflexion,début 2015 javais 2 employés, fin 2015, je n'ai pas eût le choix,les licencier pour garantir la pérennité de ma société,entre le franc fort, les charges et les achats à l'étranger, la technique des vos voisins amplifiée par des centaines de gens ont couté 2 emplois. Ils sont maintenant un peu les employés de vos voisins, chômeur, payé avec vos cotisations.

  • .... le 11.01.2016 06:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ....

    baisser les impots,loyers et autre taxes. vous verrez ca va monter en fleche. ca montte juste que la force vitale(classe moyenne basse) du pays a plus assez de ronds