De plus en plus économes

03 décembre 2019 08:02; Act: 03.12.2019 08:02 Print

«Les Suisses, champions du monde de l'épargne»

Les ménages suisses économisent de plus en plus, à l'exception des ménages à faible revenu, selon la dernière enquête de l'Office fédéral de la statistique (OFS).

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

Les ménages suisses économisent plus que jamais. Entre 2015 et 2017, l'épargne moyenne par ménage s'est élevée à 1'460 francs par mois. A titre de comparaison, entre 2006 et 2008, les ménages ont mis de côté en moyenne 913 francs, comme le révèle la dernière enquête sur le budget des ménages menée par l'Office fédéral de la statistique (OFS). Le montant de l’épargne, calculé après déduction du revenue de tous les frais de subsistance, n'a cessé d'augmenter depuis la première enquête réalisée en 2000.

Les ménages à faible revenu dans le rouge

Il existe toutefois de grands écarts entre les différentes catégories de revenus. Entre 2015 et 2017, l'épargne mensuelle de la tranche de revenu supérieur (13'622 CHF ou plus) s'élevait à 4860 francs. Du côté des ménages ayant les revenus les plus faibles (moins de 4914 francs par mois), soit 20% de la population, aucune épargne n’a été faite, bien au contraire. Ces ménages ont dépensé plus qu'ils n'ont reçu. Ainsi, ils ont enregistré une dépense supérieure à leur revenu de 706 francs par mois.

«La classe moyenne est en train de fondre»

Pour Sébastian Mercier, secrétaire général de Dettes Conseils Suisse, l’association faîtière des services de conseils en désendettement, la situation est critique: «Le fossé entre les riches et les pauvres se creuse. La classe moyenne est en train de fondre. La moitié de ce groupe s’appauvrit. Bon nombre de ces personnes risquent de s'endetter et de s'exposer à de graves risques pour leur santé.»

Les jeunes économisent moins

Pour l'économiste Marco Salvi d'Avenir Suisse, il faut relativiser ces chiffres et expliquer pourquoi la classe des revenus les plus faibles ne peut rien épargner et dépense plus qu'elle ne gagne. «Il y a généralement beaucoup de jeunes dans cette catégorie. Ils épargnent souvent peu parce qu'ils n'ont pas encore d'emploi rémunéré et qu'ils doivent couvrir leurs frais d'écolage. Cependant, ils peuvent s'attendre à avoir une meilleure situation plus tard grâce à une rémunération plus élevée et à de possibles héritages.»

«Les Suisses champions du monde de l’épargne»

Il n'est pas surprenant que tous les ménages épargnent davantage aujourd'hui, estime l'économiste. Selon lui, les Suisses épargnent encore plus que ce que l’étude de l’OFS laisse penser: «Une partie substantielle de l'épargne, à savoir les cotisations de l'employeur à la caisse de pension, n'est pas incluse dans cette enquête. Outre la Chine, les Suisses sont les champions du monde de l'épargne».

(lhu/20 minutes)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Dany le 03.12.2019 08:15 Report dénoncer ce commentaire

    Bonne journée

    La seule chose de juste qui est dite dans cet article est que la classe moyenne est en train de fondre. Mais ça on le savait tous déjà.

  • osso buco le 03.12.2019 08:20 Report dénoncer ce commentaire

    les votations sont déjà passés

    mais chaque semaines vous sortez une statistique de me*** champion du monde des salaires champion du monde des économies champion du monde des meilleurs villes mais surtout champion du monde des taxes et impôts (sauf pour les riches)

  • yann le 03.12.2019 08:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    avs....

    pas le choix si l'on veut pouvoir avoir une vie à la retraite car c'est pas l AVS qui va nous permettre de vivre et même pas sur qu'il nous permettrait de survivre....

Les derniers commentaires

  • Max le 04.12.2019 12:06 Report dénoncer ce commentaire

    Le jeune

    Triste réalité Âprès faut pas se demander pourquoi les jeunes comme moi on a pas tellement envie de cotiser en sachant que l'espérance de vie augmente quand même. On regrettera plus tards de ne pas avoir fait les bon choix

  • jj le 04.12.2019 08:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la repression

    Et pour les faibles revenus ont fait quoi ou comment ?!?!?

  • Pierre Dangle le 03.12.2019 18:45 Report dénoncer ce commentaire

    Loyers abusifs

    À Genève comme les classes sociales sont relativement bien mélangées certaines situations peuvent être un poil étrange. Dans mon immeuble un couple avec deux enfants vit mieux qu'un autre pas parce que le salaire est plus élevé mais parce que les loyers passent du simple au double. Nous payons près de 2000.- pour un quatre pièces et nos voisins eux moins de 1200.- de plus un de nos fils, en âge de travailler, étudie et son emploi du temps ne permet pas un emploi, donc une famille a un jeune adulte qui bosse et ramène un vrai salaire mais c'est la famille la moins riche qui paie le plus...

  • Jean K'alvin le 03.12.2019 18:31 Report dénoncer ce commentaire

    La honte helvétique

    Surtout les retraités qui narrivent plus à joindre les deux bouts . Mais de cela c'est silence radio.

    • louis le 03.12.2019 20:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jean K'alvin

      pas mettre tout les retraités dans le même panier, je voyage toute l'année dans tout les pays des 5 continents et croise beaucoup de retraités suisse qui font comme moi.

    • Antisthène et Diogène le 03.12.2019 23:38 Report dénoncer ce commentaire

      @louis

      Le coût de la vie au Sahel est moins élevé que chez nous et donne l'occasion à faire des économies. Kaboul et Bagdad aussi. Bon voyage!

  • P. Lumay le 03.12.2019 17:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Normal

    Tout le monde se sent plumé et essaie par tous les moyens de mettre ses sous à l'abri, quoi de plus normal et les crypto-marxistes de notre politique vont essayer de barboter nos économies pour compenser les coûts des nos complications administratives croissantes