Bilan

24 juin 2011 09:56; Act: 24.06.2011 10:05 Print

Les casinos n'ont pas fait recette en 2010

Les revenus des casinos ont connu un nouveau recul en 2010. La conjoncture économique difficile et l'interdiction de fumer sont pointés du doigt par les professionnels du milieu.

Une faute?

Les revenus des casinos continuent de baisser. Le produit brut des jeux a reculé de 67,6 millions de francs en 2010, à 868,7 millions. La Commission fédérale des maisons de jeu (CFMJ) explique le phénomène par la conjoncture économique mais aussi, une nouvelle fois, par les interdictions de fumer.

Les casinos ont toutefois réagi. Plusieurs d'entre eux ont installé des fumoirs dans leurs locaux, note la CFMJ dans son rapport annuel. Dans plusieurs Etats du monde, les maisons de jeu restent les derniers havres pour les fumeurs invétérés qui ne s'y voient imposer aucune restriction.

La chute des revenus a touché la majorité des casinos. Ceux de Berne, Lugano, St-Gall (types A) ainsi que ceux de Courrendlin (JU), Davos (GR), Interlaken (BE) (type B) ont toutefois tiré leur épingle du jeu.

Pertes fiscales limitées

Le produit brut des jeux est généré en premier lieu par les machines à sous (704,3 millions), la part des jeux de table représentant 164,4 millions. Les pertes fiscales ont quant à elles pu légèrement être limitées grâce à l'harmonisation depuis janvier 2010 du taux de base d'imposition.

Les casinos ont ainsi payé 449,8 millions de francs d'impôts, soit 29 millions de moins qu'en 2009. Sur ce montant, 387 millions ont été attribués à l'AVS et 62,7 millions aux cantons d'implantation des maisons de jeu de type B.

Pour le reste, la CFMJ estime que la loi a fait ses preuves tant dans la lutte contre le jeu illégal que pour l'exploitation des maisons de jeu. La surveillance a également été exercée de manière satisfaisante, selon le rapport.

La CFMJ a conduit 44 inspections et rendu 271 décisions, ayant pour la plupart trait à des modifications de jeu. Plusieurs appareils à sous ont dû être déconnectés du système de jackpot à la suite de problèmes techniques. Concernant la vidéosurveillance, la commission a dû rappeler moins d'établissements à l'ordre qu'en 2009.

2,8 millions détournés

Mais elle a dû infliger une sanction contre un casino qui n'avait pas prononcé d'exclusion de jeu à l'égard d'un cliente. Ses mises extravagantes - elle avait détourné 2,8 millions à son employeur - auraient dû attirer l'attention. Dans le cadre de la lutte contre le jeu illégal, la CFMJ a ouvert 61 enquêtes pénales, rendu 138 décisions et clos de manière définitive 93 procédures.

La cohérence entre les législations sur les maisons de jeu, sur les jeux de hasard pour de l'argent et sur les loteries reste insatisfaisante, selon la commission. Elle en appelle au Parlement pour rétablir une certain équilibre lorsqu'il traitera de l'initiative populaire «pour des jeux d'argent au service du bien commun» et de son contre-projet.

(ats)