Suisse

03 avril 2019 11:45; Act: 03.04.2019 19:09 Print

Les exportations vers l'Allemagne fléchissent

Malgré le ralentissement, une nette majorité des entreprises sondées qualifient toujours de «bonne» la marche des affaires.

storybild

La pénurie de main d'oeuvre inquiète les entreprises des deux côtés du Rhin. (Photo: Keystone)

Une faute?

La croissance des exportations suisses vers l'Allemagne, principal partenaire commercial du pays, ralentit depuis le début de l'année. Elle s'est montée à 1,4% en janvier et à 0,8% en février, tandis que le volume d'échanges avait augmenté encore de 4,6% sur 2018, annonce mercredi la Chambre de commerce Allemagne-Suisse.

Malgré ce ralentissement, une nette majorité des entreprises sondées par la Chambre de commerce qualifient toujours de «bonne» la marche des affaires. L'Allemagne reste de loin le principal client. Avec une part de 18,5% dans les exportations helvétiques et de 27,1% pour les importations, le géant d'outre-Rhin permet des échanges commerciaux aussi importants que ceux entretenus avec la France, l'Italie et la Chine réunies.

L'an dernier, les flux ont atteint un total de 97,8 milliards de francs. Cependant, outre le recul enregistré sur les deux premiers mois de 2019, la suite de l'année devrait être moins favorable, en raison des dernières prévisions de croissance très modérées (0,8%) de l'économie allemande.

Une situation toujours favorable

Le sondage auprès des membres de la Chambre de commerce indique que deux tiers des entreprises concernées, en Suisse et en Allemagne, estiment favorable la situation actuelle, tandis qu'un tiers la juge satisfaisante. Les attentes en termes de ventes ne laissent pas craindre une récession. Environ quatre sociétés sur dix prévoient une hausse du chiffre d'affaires lors des douze prochains mois. Un peu plus de la moitié cependant anticipent une stagnation de leurs exportations.

Interrogées sur leurs préoccupations majeures pour les prochains mois, les entreprises suisses citent, comme risque majeur, les relations entre la Confédération et l'Union européenne (UE). Quatre sociétés d'exportation jugent important l'accord-cadre actuellement en négociations. Suivent, comme préoccupations prioritaires, la pénurie de main d'oeuvre et la «force du franc». Les entreprises allemandes de leur côté placent le manque de personnel qualifié en tête de leurs soucis, suivi par les prix des matières premières.

(nxp/ats)