Economie

25 avril 2019 06:52; Act: 25.04.2019 07:03 Print

Les investisseurs suisses restent fidèles à la France

Il y a eu deux fois plus d'emplois créés en France par des sociétés suisses en 2018 qu'en 2017. Nestlé reste le principal employeur.

storybild

L'an dernier, quelque 1900 entreprises françaises étaient en main suisse. (Photo: Keystone/Photo d'illustration)

Une faute?

Les investisseurs suisses ont misé sur la France l'an dernier. Les nouvelles décisions d'investissement helvétiques ont permis la création ou le maintien de 3359 emplois dans l'Hexagone, deux fois plus qu'en 2017, révèle jeudi une étude de l'agence étatique Business France.

La Suisse a ainsi participé à environ 10% des 30'300 emplois maintenus ou créés grâce aux investissements internationaux en 2018 en France, selon les résultats de l'enquête. L'an dernier, quelque 1900 entreprises françaises étaient en main suisse, pour un total de près de 140'000 employés. Les principaux employeurs helvétiques en France sont Nestlé (13'000 personnes), le logisticien Kühne Holding (11'000), STMicroelectronics (10'000), Adecco (9000) et LafargeHolcim (4500).

Un total de 72 nouvelles décisions d'investissement suisses ont été recensées, 13 de plus qu'en 2017, générant 3359 emplois (contre 1503). Les projets helvétiques créateurs d'emplois ont augmenté de 22%. Les plus importants concernent la construction (18% du total), la pharma (16%) et le conseil (11%).

L'étude met en exergue les investissements réalisés en 2018 par la multinationale genevoise Givaudan (arômes et parfums), qui a notamment racheté la société Albert Vieille. «Le développement des sites de production des entreprises suisses déjà établies reflète la confiance qu'elles accordent à la structure industrielle française», se félicite Business France.

Sans chiffrer le montant total en euros des investissements, l'étude relève que 2018 a été la meilleure année depuis cinq ans pour les investissements étrangers en France.

En terme de flux (nombre de décisions d'investissements), «la Suisse est le sixième investisseur étranger», a précisé Anne Paugam, ambassadrice de France en Suisse, citée dans le communiqué accompagnant l'étude. Elle est précédée (classement 2018), dans l'ordre, par les Etats-Unis, l'Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l'Italie. Les investissements helvétiques étaient principalement localisés dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes et en Bourgogne-Franche-Comté.

(nxp/ats)