Transports aériens

15 mai 2012 15:53; Act: 15.05.2012 17:05 Print

Lufthansa Technik biffe 222 emplois à Bâle

La filiale suisse de Lufthansa dédiée à la maintenance d'avions va couper drastiquement dans ses effectifs. Elle invoque une forte concurrence et le franc fort pour justifier cette mesure.

Sur ce sujet
Une faute?

La société de maintenance d'avions Lufthansa Technik Switzerland (LTSW) supprime 222 des 304 emplois qu'elle compte encore à Bâle, a-t-elle annoncé mardi. En 2008, cette entité du groupe Lufthansa, maison mère de Swiss, occupait quelque 500 collaborateurs à l'aéroport de Bâle-Mulhouse.

LTSW se concentrera à l'avenir sur son activité de base, la maintenance et les services logistiques pour ses compagnies courantes. Elle abandonne la maintenance des avions d'affaires privés et les domaines composants et moteurs.

Emploi potentiel pour 22 personnes

Pour 22 des personnes concernées par cette énième suppression d'emplois par LTSW à l'EuroAirport de Bâle, un emploi potentiel a été trouvé auprès de Swiss dans la maintenance de moteurs à Bâle, mais hors de la structure de Lufthansa Technik, précise le communiqué publié mardi.

LTSW invoque une vive concurrence, une demande en baisse et la vigueur du franc pour justifier cette restructuration. Compte tenu des faibles réserves de travail, «la majeure partie des suppressions d'emplois prendront effet à la fin de ce mois déjà». Selon LTSW, les employés licenciés seront mis au bénéfice d'un plan social.

Le syndicat SEV-GATA, branche aviation du Syndicat des transports publics SEV, a écrit regretter que LTSW ne soit pas revenu sur sa décision. Il dit avoir tout de même pu obtenir quelques améliorations par rapport au plan social originel. Et il salue le fait que les apprentis concernés pourront terminer leur formation chez Swiss.

«Douloureux» mais jugé incontournable

«Les suppressions d'emplois liées à nos décisions sont extrêmement douloureuses pour l'entreprise», selon le patron de LTSW Rainer Lindau cité dans le communiqué. Mais «seul ce recentrage sur une activité-clé permettra de maintenir LTSW sur le site de Bâle», ajoute-t-il.

Cette restructuration avait été annoncée à la fin mars déjà, où il avait été question de la suppression de 276 emplois sur 350, selon les chiffres articulés à l'époque.

Lufthansa Technik Switzerland est née des activités de maintenance de l'ancienne compagnie aérienne régionale Crossair, basée à Bâle. D'abord reprise par Swiss, cette entité a rejoint le giron de Lufthansa en automne 2008, et ses effectifs ont été progressivement réduits. A l'échelle mondiale, Lufthansa Technik occupe 26'000 personnes.

Lufthansa taille dans le vif

Numéro un européen du transport aérien, le groupe Lufthansa, en panne de rentabilité, a initié au début de l'année un programme d'économies draconien baptisé Score. Il passe notamment par la suppression de 3500 emplois à plein temps - dont 2500 en Allemagne - dans ses services administratifs dans les années à venir.

A l'instar des autres filiales de Lufthansa, Swiss sera aussi amenée à participer au programme Score. Sa contribution se traduira par des économies de l'ordre de 100 millions de francs, selon les chiffres fournis récemment. Selon une porte-parole, des «adaptations» dans le domaine administratif ne sont pas exclues.

A la fin mars, le groupe Lufthansa comptait au total près de 121'000 employés, l'effectif de Swiss étant de quelque 7600 personnes. Le transporteur allemand, qui chapeaute entre autres aussi la déficitaire Austrian Airlines, a bouclé le 1er trimestre sur une perte nette de 397 millions d'euros (477 millions de francs).

(ats)