Politique monétaire

02 août 2012 15:18; Act: 02.08.2012 15:24 Print

Mario Draghi: «l'euro est irréversible»

L'euro est irréversible» a déclaré jeudi le président de la BCE Mario Draghi, jugeant «inacceptables» les envolées des taux d'emprunt de l'Espagne et de l'Italie.

storybild

Le discours de Mario Draghi était très attendue. (Photo: Reuters/Alex Domanski)

Sur ce sujet
Une faute?

«Les gouvernements doivent continuer les efforts de consolidation budgétaire, de réformes structurelles pour améliorer la compétitivité et de réformes institutionnelles au niveau européen», a-t-il ajouté.

Les Bourses européennes se retournent à la baisse jeudi après- midi, Mario Draghi, le président de la BCE, ayant déçu les investisseurs en n'annonçant pas de mesures immédiates pour soutenir l'économie et endiguer la crise en zone euro. A 14h45, l'indice CAC 40, qui a pris jusqu'à 1,6% au début de la conférence de presse de Mario Draghi, perd 1,03% à 3287,34 points.

La Bourse de Londres abandonne 0,65%, Francfort 0,81%, Milan 1,41% et Madrid 2,47%. Le SMI a bondi à 6486,52 points ( 1,36%) au début de la conférence de presse de Mario Draghi mais est retombé à 6422 points ( 0,36%) peu après.

Le président de la BCE, Mario Draghi, a suscité de vives attentes la semaine dernière en déclarant que l'institution monétaire ferait tout son possible dans le cadre de son mandat pour préserver l'intégrité de la zone euro.

La BCE prête à intervenir sur le marché obligataire

La Banque centrale européenne (BCE) est prête à intervenir sur le marché de la dette, face aux taux d'emprunt «inacceptables» que doivent consentir certains pays de la zone euro et qui empêchent la bonne transmission de sa politique monétaire, a déclaré jeudi son président Mario Draghi.

La BCE «peut entreprendre des opérations sur le marché obligataire d'une taille adéquate pour atteindre son objectif», a déclaré M. Draghi lors d'une conférence de presse à Francfort. Le président de la BCE a toutefois appelé les gouvernements à se préparer à faire intervenir les fonds de secours européens FESF et MES sur le marché obligataire et à poursuivre les mesures d'assainissement nécessaires.

De plus, Mario Draghi a affirmé que le conseil des gouverneurs a rejeté pour l'instant l'hypothèse de porter son taux de dépôt à un niveau négatif. Interrogé sur une possible baisse du taux de dépôt de la BCE, actuellement de 0%, M. Draghi a indiqué qu'une possible réduction des taux d'intérêt avait été discutée.

«Mais le conseil des gouverneurs a décidé à l'unanimité que ce n'était pas le moment», a déclaré le président de la BCE. Il s'agirait d'entrer dans «des eaux en grande partie inconnues», a-t- il ajouté.

Le taux d'emprunt à 10 ans de l'Italie remontait au-dessus des 6% jeudi après-midi sur le marché obligataire, les investisseurs se montrant peu convaincus par les propos de Mario Draghi qui n'agira pas immédiatement face à la crise.

(ats)