Suisse

26 avril 2019 03:47; Act: 26.04.2019 08:24 Print

Maurer défend les routes de la soie de Pékin

Ueli Maurer a pris la défense du méga-projet chinois controversé, synonyme selon lui d'emplois et de sécurité.

storybild

Ueli Maurer le 13 avril 2019 à Washington. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Avant le début du sommet des «Nouvelles routes de la soie» à Pékin, Ueli Maurer défend le méga-projet chinois controversé. Selon le président suisse, les milliards investis de par le monde créent des emplois et de la sécurité. Et prospérité rime avec stabilité.

Avec cette initiative la Chine sert certainement aussi ses propres intérêts, affirme le ministre des Finances de 68 ans lors d'un entretien avec la Neue Zürcher Zeitung, diffusé vendredi. Si l'on ne peut le contester, on ne peut non plus le reprocher à la Chine. Car c'est le cas pour toutes les grandes économies nationales, complète-t-il.

Chefs d'Etats et de gouvernement ainsi que représentants d'une centaine de pays sont attendus ce vendredi à Pékin pour le deuxième sommet dédié aux «Nouvelles routes de la soie». Le projet vise à améliorer les liaisons commerciales entre l'Asie, l'Europe, l'Afrique et au-delà. Elle prévoit la construction de ports, de lignes ferroviaires, d'aéroports ou de parcs industriels pour plus de 1000 milliards de dollars. Les sceptiques soulignent les risques d'endettement pour les pays plus pauvres qui bénéficient de prêts ainsi que d'alignement politique avec la Chine.

Ueli Maurer, qui s'est envolé lundi pour Pékin avec des représentants des milieux de l'économie et de la finance, estime que les critiques des Etats-Unis, de la France et de l'Allemagne à l'égard de ce projet sont légitimes. «Mais la Suisse est un Etat neutre et indépendant. Nous agissons en suivant ce qui nous paraît juste».

Maurer veut influencer le projet

Il est bon de critiquer, explique le conseiller fédéral UDC. «Mais seulement critiquer ne peut pas être la solution. A un moment donné, il faut se demander si l'on veut empêcher un développement économique ou si l'on veut y prendre part et exercer une influence. Et je pense qu'il vaut mieux s'impliquer et vouloir changer un projet d'une manière positive».

Lors du sommet, il est prévu que la Suisse et la Chine signent une déclaration d'intention concernant la coopération sur les marchés tiers. Cet accord a pour objectif de développer la collaboration des deux Etats en matière de commerce, d?investissement et de financement de projets dans des pays situés le long des nouvelles routes de la soie.

Selon ses propres dires, Ueli Maurer compte recommander à la Chine de respecter cinq principes chers à la Suisse : capitaux privés pour les projets privés, responsabilité sociale, critères de protection de l'environnement, transparence et gestion durable de la dette.

Enfin, le Zurichois appelle à ne pas avoir des attentes exagérées de ce sommet. «Je ne placerais pas la barre trop haut. Jusqu'à présent, l'initiative chinoise officiellement appelée »la Ceinture et la Route« s'est limitée à être une grande idée. C'est d'ailleurs probablement le plus gros projet d'investissement de notre siècle. Cette idée devient simplement plus concrète.»

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • MaxLa le 26.04.2019 07:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    quel dommage

    Monsieur le président vous dites que la Suisse est un Etat neutre et indépendant. Nous agissons en suivant ce qui nous paraît juste sauf lorsque l'Union européenne vous demande quelque chose vous vous mettez à genoux quel dommage

  • benatantuomo le 26.04.2019 09:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    chine et route soie

    qui investit de l'argent a des droits et celui qui le reçoit devient dépendent soumis il faut arrêter de ne quoi que le possibles gains .. et les chinois emploient bcp de personnel chinois de préférence ne suivent pas nos règles légales de travail impôts sociales .. l'Italie en déguste déjà les premières vagues donc pas d'illusions mr Maurer informez vous chez qui servent de cobaye

  • Nicole le 26.04.2019 10:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    incompréhension

    je ne veux rien de la chine, surtout pas faire des affaires avec eux. Je ne comprends pas. Toujours l'argent bien sûr.

Les derniers commentaires

  • E. Sklave le 26.04.2019 20:22 Report dénoncer ce commentaire

    Politique à court et long terme

    Ils sont où les anti eu alors qu'un des leaders de l'udc fait des courbettes aux chinois pour lui et son parti gagner plus de fric et pour nous pour faire tête basse en vendant notre industrie aux futurs partenaires ''mieux'' que nos partenaires 'naturels'. Cela va rapporter beaucoup aux partenaires de ce cher parti....

  • Liberland le 26.04.2019 12:56 Report dénoncer ce commentaire

    The place to Be

    Avec le grand Genéve chez nous, c est le projet très écolo sur rails surtout le plus fascinant on peux suivre les travaux en ligne ou sur les TV infos locales ou passe la route de la soie, nouvelles villes , nouvelles gares route et rail combinées, fantastique grandiose je ne trouve pas les mots 3 millions d employés et cela avance a une vitesse déconcertante, un bohneur d être sur place pour tout admirateurs d architecture et ferrovipathe, sans doute un voyage a faire inoubliable, qu est ce qu on est nul en Suisse!

  • Âne Onyme le 26.04.2019 11:52 Report dénoncer ce commentaire

    Géopolitique

    Les anti-eu vont être satisfaits. La Suisse se fait acheter ses usines ( petites pme par petites pm. la Suisse va acheter un peu plus chinois. Mais les exportations, c'est les pays de l'eu qui achètent. Un retour de manivelle peut être attendu en étant aussi peu conséquent. Ceux qui y gagnent sont tous les grands groupes (plus de 2000 personnes). Tous les conseils d'administration sont pro udc. C'est trop facile quand on a les milliards et une imposition réduite. Et c'est la droite sui dirige tout. La gauche a eu dans le passé quelques miettes mangées par caisse maladie, lpp, impôts.

  • Tom le 26.04.2019 11:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Double standards

    Réclame la fin des bilatérales avec l'UE d'un côté et de l'autre encourager des pays à se faire dominer par la Chine... L'UDC c'est vraiment du n'importe quoi.

  • Nicole le 26.04.2019 10:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    incompréhension

    je ne veux rien de la chine, surtout pas faire des affaires avec eux. Je ne comprends pas. Toujours l'argent bien sûr.