Economie

03 avril 2019 13:56; Act: 03.04.2019 14:26 Print

Pas de hausse des taux par la BNS avant fin 2020

L'économiste Irina Martin pense que la Banque nationale suisse ne remontera pas son taux directeur avant fin 2020.

storybild

Le taux de change du franc reste aussi une préoccupation majeure. (Photo: Keystone/Archives/Photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

La Banque nationale suisse (BNS) ne devrait pas procéder à une hausse des taux directeurs avant fin 2020 «au plus tôt», a estimé Irina Martin, économiste à la Banque Migros, alors que les grandes banques centrales ont mis un frein à leur resserrement monétaire en raison des perspectives de croissance moroses.

L'institut d'émission helvétique pourrait remonter fin 2020 son taux directeur de 0,25 point de pourcentage, a-t-elle indiqué à AWP.

Lors de son examen périodique de la situation économique et monétaire le 21 mars, la banque centrale suisse avait conservé le taux d'intérêt appliqué aux avoirs à vue à -0,75% et la marge de fluctuation du Libor à trois mois en francs entre -1,25% et -0,25%.

Le statu quo de la BNS est intervenu dans un contexte de ralentissement conjoncturel, qui incite les banques centrales à être plus prudentes. La Réserve fédérale américaine (Fed) a récemment drastiquement changé de cap en renonçant à relever les taux d'intérêt cette année, dans la perspective d'un ralentissement plus marqué de la croissance aux Etats-Unis et d'une inflation toujours plus contenue.

Statu quo

Début mars, la BCE a renforcé son soutien à l'économie en zone euro, prolongeant le statu quo sur ses taux tout en lançant un nouveau programme de prêts géants et bon marché aux banques.

Le taux de change du franc reste aussi une préoccupation majeure. «Le franc suisse est actuellement fortement valorisé par rapport à l'euro. Il est donc actuellement très improbable, que la BNS relève ses taux avant la BCE afin de ne pas rendre le franc plus attrayant par rapport à l'euro», a souligné Mme Martin.

Jusqu'à récemment, les marchés anticipaient un resserrement de la politique monétaire dans la zone euro vers l'été 2019, mais le refroidissement conjoncturel mondial a rendu les grandes banques centrales plus prudentes.

«La croissance faiblit depuis plusieurs trimestres dans la zone euro et la pression inflationniste demeure faible», a ajouté l'économiste. Cette dernière ne s'attend cependant pas cette année à une récession dans l'union monétaire européenne. Mais si la croissance devrait ralentir plus que prévu, la BNS pourrait attendre au moins deux à trois ans avant de relever ses taux directeurs, a estimé Irina Martin.

Croissance modérée

Les prévisions de croissance ne sont en effet guère encourageantes. L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a récemment abaissé ses prévisions. L'institut s'attend à ce que la croissance mondiale n'atteigne que 3,3% en 2019 à cause des tensions commerciales et des incertitudes politiques. En novembre 2018, l'OCDE tablait encore sur une progression de 3,5%.

Début mars, la BCE avait annoncé s'attendre à voir l'économie de la zone euro croître de 1,1% cette année et de 1,6% en 2020, contre 1,7% pour les deux années lors de ses dernières prévisions de décembre.

La BNS est un brin plus optimiste. Après avoir stagné au 2e semestre 2018, la croissance du produit intérieur brut devrait à nouveau un peu s'accélérer. Pour cette année, la BNS continue de tabler sur une progression de 1,5%, contre 2,5% l'exercice précédent.

La prévision 2019 de la BNS est identique à celle de Credit Suisse (1,5% également), mais sensiblement supérieure à celles d'UBS (0,9%) et du Secrétariat d'Etat à l'économie (1,1%).

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • DoDoOTv le 03.04.2019 14:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    un trader

    Récession dans une année maximum au Usa ce qui va evidemment impacter le reste du marché. Et à voir le nombre de particulier achetant des etf à plus en finir sur et proche du sommet historique pour quelques années à venir. Aie aie je pense que ça va faire mal. SHORT QUI PEUT !

  • marcValais le 03.04.2019 16:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Attention

    Présenté comme cela on pourrait croire à une certitude alors que c est uniquement un avis « d expert »

  • bave le 03.04.2019 15:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    gus

    gros crash avant fin 2020 la France l'Italie le Japon et les USA dette gouvernementale énorme donc risque accru evident méfiance de vous couvrir.

Les derniers commentaires

  • Hugo le 04.04.2019 21:04 Report dénoncer ce commentaire

    Et qui va en profiter ?

    On vit de toute façon sur une économie artificielle. Tout ça cest du flan. Et au final cest toujours les milliardaires qui gagnent

  • Jesnri le 03.04.2019 19:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Fin de notre monde

    La France et l'Italie n'arrive plus à rembourser leur dette! Nous sommes à deux doigts du ko mondial mais tout va bien ! Moi je suis prêt au cas où !

  • Brace Forimpact le 03.04.2019 19:25 Report dénoncer ce commentaire

    Mais à par ça Mme La Marquise?

    Avec des taux négatifs et une inflation positive, votre argent durement gagné perd de sa valeur petit à petit et vous vous faites voler la différence! L'histoire montre que la valeur de toutes les "monnaie-papiers" qui ont été créées tend inexorablement vers zéro. Ce n'est qu'une question de temps. Depuis 2008, les banques centrales ont massivement injectés des milliers de milliards de $ pour soutenir une économie mondiale qui n'a profité qu'au plus riches! L'Australie est déjà en récession, en Chine 50 millions d'appartement sont vides, aux USA les magasins ferment les uns après les autres..

  • marcValais le 03.04.2019 16:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Attention

    Présenté comme cela on pourrait croire à une certitude alors que c est uniquement un avis « d expert »

  • bave le 03.04.2019 15:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    gus

    gros crash avant fin 2020 la France l'Italie le Japon et les USA dette gouvernementale énorme donc risque accru evident méfiance de vous couvrir.

    • Cheess le 03.04.2019 18:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @bave

      Si la France et l'Italie se crachent, je pense que l'uro explose avec.

    • Denis le 03.04.2019 20:21 Report dénoncer ce commentaire

      bave

      Pas de crash tant qu'il a des taux aussi bas, mais dès leur remontée 2008 aura été juste l'apéritif.

    • Aléa jacta est le 04.04.2019 04:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @bave

      J'ai déjà racheté des cryptomonnaies => je suis prêt