Affaire Holenweger

11 décembre 2011 14:33; Act: 11.12.2011 14:37 Print

Plainte envisagée contre les autorités et KPMG

Après avoir rompu le silence la semaine dernière, le banquier privé Oskar Holenweger, qui prévoit de déposer une plainte contre la Confédération, veut désormais aller plus loin.

Sur ce sujet
Une faute?

Il envisage de réclamer des comptes à l'autorité de surveillance bancaire et au cabinet de conseil KPMG. Quarante-huit heures après son arrestation déjà, les autorités savaient qu'il n'y avait pas de blanchiment d'argent au sein de sa société Tempus, déclare-t-il dans une interview accordée à l'hebdomadaire alémanique «Sonntag».

KPMG a fait d'état de transactions suspectes dans un rapport écrit. Selon Oskar Holenweger, ces dernières sont celles d'un agent secret des autorités connu sous le pseudonyme «Diemer», qui opérait pour le compte du Ministère public de la Conférération.

Tous savaient qu'aucun reproche ne pouvait être formulé, selon le banquier: autant l'autorité responsable de l'enquête, la Commission fédérale des banques (la CFB, reprise par la FINMA), que KPMG.

Une séance de coordination entre la police judiciaire fédérale, le Ministère public, la CFB et KPMG s'était tenue avant son arrestation en décembre 2003, indique Oskar Holenweger. «KPMG savait depuis le début que les transactions Diemer étaient des opérations cachées. Il a laissé croire, dans des rapports d'enquête, qu'il s'agissait de transactions de blanchiment suspectes.»


Sortie manquée

Suite aux manoeuvres de diversion de KPMG, Le conseil d'administration de la banque Tempus a averti le Ministère public du canton de Zurich d'un cas de blanchiment d'argent. «Peu après, le Ministère public est parvenu à la conclusion qu'il n'y avait pas de blanchiment d'argent.»

Le problème est que les autorités n'ont pas cessé leur enquête, selon Oskar Holenweger. «Les dommages auraient été inférieurs pour toutes les parties.»

Le banquier privé avait été incarcéré en 2003. Le MPC lui reprochait la gestion de présumées caisses noires pour le compte du groupe Alstom et la rédaction de fausses factures. Il avait également été soupçonné d'avoir blanchi de l'argent provenant d'un trafic de drogue.

(ats)