Luxe

26 février 2020 09:05; Act: 26.02.2020 09:07 Print

Porté par l'Asie, Hermès ne connaît pas la crise

Le groupe de luxe Hermès a signé une nouvelle année record avec des ventes de plus de 7 milliards de francs l'an dernier.

storybild

Stand Hermès au Baselworld, en 2013. (Photo: Keystone/archive/photo d'illustration)

Une faute?

Hermès a enregistré des ventes atteignant 6,8 milliards d'euros (7,2 milliards de francs) en 2019 grâce au succès de sa maroquinerie et une croissance toujours forte en Asie, où le groupe de luxe estime qu'il est «encore trop tôt» pour évaluer l'impact du coronavirus sur son activité.

Le chiffre d'affaires du sellier-maroquinier a progressé l'an dernier de 15,4% en données publiées, et de 12% en croissance organique, une performance conforme aux consensus établis par les agences Factset et Bloomberg.

«Dynamique solide»

Son bénéfice net s'est établi à 1,5 milliard d'euros, soit en hausse de 9%, tandis que sa marge opérationnelle atteignait 34%, contre 34,8% en 2018 «en raison de l'impact défavorable des couvertures de change», selon un communiqué publié mercredi.

Axel Dumas, le patron d'Hermès, a salué «une dynamique solide» et «des performances particulièrement remarquables cette année, grâce à une croissance équilibrée dans tous les métiers et toutes les zones géographiques».

Il a cependant estimé qu'il était «encore trop tôt pour tirer des conclusions» concernant l'impact de l'épidémie de coronavirus sur l'activité du groupe, qui réalise plus de la moitié de ses ventes dans la zone Asie Pacifique.

«C'est tombé dans un pays important, à un moment important (soit le Nouvel an chinois, qui génère de fortes dépenses, NDLR). On a 43 magasins dans la région si on prend la Chine, Hong Kong, Macao et Taïwan: à un moment on a dû en fermer 11, aujourd'hui 4 sont encore fermés. On voit une renormalisation potentielle, mais il est encore trop tôt pour savoir quand arrivera l'effet rebond», a résumé M. Dumas.

Valeurs chahutées à la Bourse

L'an dernier, la zone Asie (hors Japon) a vu ses ventes progresser de 18%, tandis que le Japon affichait une hausse de 8%.

Ces derniers jours à la Bourse de Paris, les valeurs du luxe ont été particulièrement chahutées, Hermès ayant notamment perdu 3,48% lundi.

«A moyen terme, malgré les incertitudes économiques, géopolitiques et monétaires dans le monde», le groupe dit «confirmer un objectif de progression du chiffre d'affaires à taux constants ambitieux».

(nxp/ats)