Horlogerie

16 mai 2012 08:04; Act: 16.05.2012 10:39 Print

Résultat record pour Richemont

Le chiffre d'affaires du groupe de luxe a crû de 29% durant l'exercice clos le 31 mars. Le résultat d'exploitation est en hausse de 51%.

Sur ce sujet
Une faute?

Le groupe de luxe Richemont continue sur sa lancée. Il a enregistré une croissance de 29% de son chiffre d'affaires pour l'exercice 2011/2012. Son résultat d'exploitation est en hausse de 51% et son bénéfice net de 43%, des performances supérieures aux attentes.

La forte croissance des ventes s'est poursuivie toutes activités et zones géographiques confondues, a indiqué mercredi à Genève le groupe d'horlogerie et de bijouterie. Le chiffre d'affaires est en hausse de 29% à 8,87 milliards d'euros (10,65 milliards de francs) à taux de change réels et de 30% à taux constants par rapport à l'exercice 2011 pour l'exercice clos le 31 mars.

Le résultat d'exploitation progresse de 51% à 2,04 milliards d'euros et la marge d'exploitation est en amélioration de 23%. Le bénéfice net est en hausse de 43% à 1,54 milliard d'euros et le flux de trésorerie des activités opérationnelles atteint 1,7 milliard. Richemont propose une hausse de 22% du dividende, soit 0,55 franc par action.

«Nos maisons joaillères et horlogères ont réalisé des chiffres d'affaires et des bénéfices record et ce, malgré l'appréciation du franc suisse, la hausse des prix des matières précieuses et des coûts de production», a déclaré le directeur général de Richemont Johann Rupert.

Croissance sur les marchés émergents

Richemont, qui regroupe 18 marques, dispose de 3,1 milliards d'euros dans sa trésorerie, soit 595 millions de plus qu'il y a un an. La société ne prévoit cependant pas d'acquisitions et privilégie la croissance interne.

Pour 2012, les dirigeants de Richemont évitent de faire des pronostics, restant prudents. La croissance du chiffre d'affaires s'est poursuivie en avril, avec une hausse de 29% par rapport au même mois de 2011.

Les marchés émergents continuent de porter le succès de l'horlogerie suisse. Johann Rupert ne voit pas de signe de ralentissement en Chine dans le secteur du luxe, alors que la crise de la zone euro n'affecte que marginalement les affaires du groupe, en raison du grand nombre de touristes chinois qui achètent dans ses boutiques en Europe.

Expansion en Suisse

Le directeur général adjoint Richard Lepeu a précisé en conférence téléphonique que 90 boutiques supplémentaires avaient été ouvertes dans le monde, l'an dernier. Le groupe prévoit d'en inaugurer près de 70 autres cette année, non seulement en Chine, mais aussi au Vietnam, en Indonésie, en Thaïlande et en dehors de l'Asie, au Brésil, au Moyen-Orient et en Russie.

En Suisse, Richemont emploie désormais 7000 personnes et l'expansion se poursuit. L'entreprise a engagé quelque 800 collaborateurs de plus au cours de l'année écoulée dans ses 20 manufactures helvétiques. Les conséquences de la hausse du franc en 2011 ont pu être limitées par des augmentations de prix.

Richemont a annoncé le 23 avril un investissement de cent millions de francs dans un projet de campus de la haute horlogerie qui sera inauguré à Meyrin (GE) en 2014, avec le recrutement de 400 nouveaux collaborateurs.

L'Asie en tête des ventes

La région Asie-Pacifique représente désormais 42% des ventes du groupe, soit 3,6 milliards d'euros, en hausse de 46% à taux de change constants. Suit la région Europe, avec le Moyen-Orient et l'Afrique, qui a enregistré des ventes de 3 milliards, en progression de 20%, devant les Amériques (1,2 milliard, 30%) et le Japon (833 millions, 9%).

Les ventes de la joaillerie sont en hausse de 32%, avec des performances qualifiées d'exceptionnelles de Cartier et Van Cleef & Arpels. Celles des marques horlogères ont augmenté de 31%, malgré un impact négatif de la réorganisation de Baume & Mercier. Celles de Montblanc sont en hausse de 8%, alors que celles des autres activités, dont Net-A-Porter, grimpent de 27%.

Ces bons résultats ont propulsé à la hausse le titre Richemont, à la Bourse suisse. En milieu de matinée, celui-ci caracolait en tête du SMI, s'envolant de 6% à 56,55 francs.

(ats)