Horlogerie

17 juillet 2019 07:31; Act: 17.07.2019 12:40 Print

Résultats semestriels en baisse pour Swatch

Le groupe d'horlogerie biennois a vu son chiffre d'affaires diminuer de près de 4% pour le premier semestre 2019.

storybild

Les ventes du groupe biennois s'inscrivent en dessous de la plus basse estimation des analystes. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Swatch Group a enregistré des résultats en baisse au premier semestre, mais il table sur une solide croissance pour les six derniers mois de l'année. Les analystes ont salué le fait qu'il se soit attaqué au marché gris et que le bénéfice soit meilleur qu'attendu. La porteur Swatch a pris la tête du SMI.

Le chiffre d'affaires du groupe horloger, publié mercredi, s'élève à 4,078 milliards de francs, en recul de 3,7% par rapport aux six premiers mois de 2018 à cours constant. La baisse atteint 4,4% au cours actuel.

Le résultat opérationnel s'établit à 547 millions (-13,0%). La marge opérationnelle a reculé à 13,4%, contre 14,7% un an plus tôt. Le bénéfice net s'est rétracté de plus de 11% à 415 millions de francs, avec une marge nette amaigrie à 10,2%, contre 11,0%.

Groupe aux 18 marques

Les ventes s'inscrivent en dessous de la plus basse estimation des analystes consultés par AWP, mais ils s'attendaient à des ventes peu favorables. En revanche, l'Ebit fait mieux qu'attendu tout comme le bénéfice qui a dépassé les projections du consensus (405 millions).

Le groupe aux 18 marques explique avoir bénéficié d'une demande continue sur certains marchés. «En Chine continentale, au Japon et aussi aux Etats-Unis, la croissance a été très positive dans tous les segments de prix.» De même, «le chiffre d'affaires dans les propres activités de vente au détail (retail) et dans l'e-commerce a enregistré une croissance positive».

En revanche, «les ventes à Hong Kong, un important marché offrant des marges attrayantes, ont pâti des troubles politiques. Cela a entraîné une baisse à deux chiffres des ventes». Le territoire est la première destination des exportations horlogères suisses, dont on connaîtra jeudi les chiffres pour le mois de juin.

Lutte contre le marché gris et hausse des stocks

De plus, le groupe, qui englobe les marques Breguet, Omega, Tissot ou Rado, a lutté contre les activités de distribution non officielle. «Au premier semestre 2019, une politique intransigeante a été menée vis-à-vis des acteurs du marché gris, avant tout en Europe, au Moyen-Orient, en Europe de l'Est et en Amérique du Sud.» A court terme, l'impact négatif sur les ventes est calculé en millions de francs à trois chiffres. «A long terme, cela aura des répercussions positives dans les principaux marchés.»

Les stocks de marchandises ont progressé de 2,6% à 7,1 milliards de francs. «La hausse est intervenue dans les produits finis et est attribuable à l'arrêt de la livraison aux acteurs du marché gris.»

Bernstein salue les mesures prises par le groupe mais relève que «les stocks sont à nouveau en hausse et demeurent un sujet de préoccupation à long terme». Deutsche Bank souligne que cette mesure était attendue depuis longtemps pour rééquilibrer les ventes aux détaillants (sell-in) et les ventes aux clients finaux (sell-out), à l'image de ce que d'autres horlogers ont fait.

Selon l'entreprise biennoise, les problèmes de livraison survenus dans le domaine de l'habillage (boîtes, cadrans, aiguilles, etc) ont pu être «atténués au premier semestre 2019, mais ne sont pas encore entièrement réglés». Une amélioration est encore attendue en deuxième partie d'année.

Croissance pour 2019

Swatch Group escompte une solide croissance au second semestre, «compte tenu, d'une part, de la forte demande dans les principaux marchés, et, d'autre part, parce que le second semestre 2018 a été marqué par un mauvais quatrième trimestre».

La société dirigée par Nick Hayek table sur le lancement de nouveaux produits par les marques sur tous les segments de prix pour stimuler le chiffre d'affaires. «La mise en oeuvre réussie de l'e-commerce générera une croissance dynamique au second semestre, surtout dans le milieu de gamme et la gamme de base», selon le document. Le groupe s'attend ainsi à une croissance positive du chiffre d'affaires pour l'ensemble de l'année.

Prudence

UBS se montre prudente quant à l'évolution positive du chiffre d'affaires pour 2019. Le contrôle accru des coûts et l'accent mis sur le marché gris semblent suggérer des changements stratégiques de l'entreprise.

De son côté, la Banque royale du Canada (RBC) note que «Swatch Group est clairement confronté à des défis structurels dans le canal du commerce de gros et à un contexte concurrentiel pour ses marques à bas/moyen prix.»

A fin juin, les effectifs étaient de 36'800 collaborateurs, soit environ 300 personnes de moins par rapport à décembre 2018. Peu après 12h, à la Bourse de Zurich, la porteur Swatch occupait toujours la tête de l'indice en gagnant 5,5% à 305,50 francs. Son concurrent Richemont arrivait troisième ( 1,5% à 85,44 francs). Ce dernier publiera ses résultats jeudi. Le SMI progressait de 1,08%.

(nxp/ats)