Aviation

25 juillet 2018 10:02; Act: 25.07.2018 17:55 Print

Ryanair va réduire de 20% sa flotte à Dublin

Devant la baisse de réservations, la low-cost irlandaise va réduire sa flotte. Quelque 300 personnes pourraient perdre leur emploi.

storybild

Ryanair n'aura plus que 24 avions à Dublin contre 30 jusqu'à présent. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La compagnie irlandaise à bas coûts Ryanair a annoncé mercredi la réduction de 20% de sa flotte à Dublin cet hiver, attribuant cette décision qui menace 300 emplois à des baisses de réservations du fait des grèves de pilotes dans le pays.

Ryanair n'aura plus que 24 avions à Dublin contre 30 jusqu'à présent, ce qui pourrait entraîner des pertes d'emplois pour 100 pilotes et 200 membres du personnel de cabine, selon un communiqué. Le groupe ajoute vouloir donner la priorité à ses activités en Pologne, Ryanair Sun, qui sont en plein essor.

Ryanair a justifié sa décision par les mouvements sociaux qu'il a connu à Dublin avec la récente grève sur trois jours d'une partie de ses pilotes et alors qu'un autre mouvement social mené par le personnel de cabine débute mercredi dans plusieurs pays d'Europe

Malaise social

La compagnie met ainsi sa menace à exécution après avoir averti lors de la présentation de ses résultats trimestriels lundi, marqués par une baisse de son bénéfice net, que les grèves pourraient le contraindre à revoir ses prévisions de trafic pour l'hiver, avec à la clé moins d'avions et des pertes d'emplois.

Le groupe «a décidé d'allouer plus d'avions sur les marchés où nous connaissons une forte croissance (comme la Pologne)», explique le directeur opérationnel Peter Bellew, cité dans le communiqué. Selon lui, «cela passera par une réduction du nombre d'appareils et des suppressions d'emplois dans les marchés où notre activité s'est affaiblie».

Ryanair explique avoir observé une baisse des réservations et des prix en Irlande, en partie en raison des grèves récentes des pilotes irlandais, qui ont selon le groupe plombé la confiance des clients dans la fiabilité de ses programmes de vols. La compagnie s'attend à fermer peu de destinations proposées à Dublin mais va plutôt réduire la fréquence des vols.

Personnel prévenu

Sur le volet social, Ryanair dit avoir prévenu plus de 100 pilotes et 200 personnels de cabine que leurs services pourraient ne plus être nécessaires à partir du 28 octobre. Elle ajoute que d'éventuels licenciements seront déterminés en fonction de plusieurs facteurs comme la productivité et les demandes de transferts vers d'autres bases.

Ryanair va proposer des emplois en Pologne et peut-être sur d'autres bases. Cette décision est annoncée au sortir d'une grève qui s'est déroulée sur trois jours depuis la mi-juillet en Irlande par des pilotes réclamant de meilleures conditions de travail.

Ryanair, qui ne cesse de fustiger les motifs des grèves, fait face en outre mercredi et jeudi à une action de plus grande ampleur du personnel de cabine de la compagnie en Espagne, au Portugal, en Belgique et en Italie, avec 600 vols annulés, affectant 100.000 passagers.

Grèves

Les grèves se multiplient au sein du personnel de Ryanair, alors qu'elles avaient été quasi inexistantes depuis la création de la compagnie au milieu des années 1980. Ryanair a longtemps refusé de reconnaître les syndicats mais a pris un virage à 180 degrés en fin d'année dernière en entamant des négociations avec des syndicats dans plusieurs pays.

La compagnie à bas coûts est parvenue à signer des accords avec plusieurs syndicats mais les discussions restent difficiles dans plusieurs pays. Le malaise social à l'intérieur de la compagnie avait éclaté au grand jour avec une crise à l'automne dernier lorsque Ryanair avait dû annuler plusieurs milliers de vols du fait d'un problème de planning de ses pilotes.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • un lecteur le 25.07.2018 12:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    grève hors du temps

    voilà la preuve que la grève n'est économiquement plus supportable pour une entreprise et que la lutte sociale doit se réinvinter sans prendre les clients en otage

  • lopfda le 25.07.2018 15:29 Report dénoncer ce commentaire

    Triste

    Déjà que depuis Bâle il y a peu de vol direct qui sont exclusivement effectué par cette compagnie... C'est bien dommage.

  • Stewardess le 25.07.2018 13:02 Report dénoncer ce commentaire

    Si c' était Air France

    on aurait déjà 200 pouces en bas. Quant on vous dit que les romands on un vrai probleme avec leur grand voisin.

Les derniers commentaires

  • lopfda le 25.07.2018 15:29 Report dénoncer ce commentaire

    Triste

    Déjà que depuis Bâle il y a peu de vol direct qui sont exclusivement effectué par cette compagnie... C'est bien dommage.

    • Ryan le 25.07.2018 16:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @lopfda

      Cest tant mieux, on se coltine déjà EasyJet et ses touristes bas de gamme, pas besoin de tomber encore plus bas.

    • A B le 25.07.2018 17:00 Report dénoncer ce commentaire

      Honte

      ??? Cette compagnie devrait être interdite au vu de la façon dont elle traite ses employés. Et le public devrait la boycotter.... Payer des pilotes à l'heure de vol 40 à 50 euros et rien hors vol c'est une honte...

  • Jean Durand le 25.07.2018 13:29 Report dénoncer ce commentaire

    Prise d'ôtage

    Les preneurs d'ôtages (aussi appelés grévistes) peuvent être fiers de leurs résultats obtenus.

  • Ptah le 25.07.2018 13:26 Report dénoncer ce commentaire

    Collapsologie

    Yves Cochet et autres spécialistes du pic pétrole l'avaient dit, les voyages en avion ainsi que les compagnies aériennes allaient très vite disparaître.

  • Stewardess le 25.07.2018 13:02 Report dénoncer ce commentaire

    Si c' était Air France

    on aurait déjà 200 pouces en bas. Quant on vous dit que les romands on un vrai probleme avec leur grand voisin.

  • un lecteur le 25.07.2018 12:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    grève hors du temps

    voilà la preuve que la grève n'est économiquement plus supportable pour une entreprise et que la lutte sociale doit se réinvinter sans prendre les clients en otage