France

18 novembre 2019 22:45; Act: 18.11.2019 22:45 Print

Salariés saoulés d'être obligés de boire

Bosser pour une marque d'alcool les a rendus dépendants, dénoncent des employés du groupe Pernod-Ricard. Lequel dément.

storybild

(Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

Marque phare de l’apéro à la française, Ricard exerce-t-il des pressions sur ses employés pour qu’ils consomment du pastis à haute dose? C’est ce dont ont témoigné un salarié et deux ex-collaborateurs au «Parisien», qui disent avoir fini «dépendants et malades».

«C’est la culture de l’entreprise, si on dit non, on est mal vu», résume une commerciale. À force de boire au boulot, elle a souffert d’hallucinations. Jusqu’à ce que son médecin lui ordonne de tout arrêter. Un de ses collègues, manager, a claqué la porte au bout de seize ans. Il ne supportait plus de représenter la marque à toutes les fêtes de l’été, avec les cuites qui allaient avec.

«J’en étais à 12 pastis par jour, témoigne un autre ancien «Ricardien». Si je refusais un verre, mon chef me disait: t’aimes pas les produits que tu vends?»

Pernod-Ricard a nié toute incitation à faire boire ses 19'000 salariés dans le monde, parlant d’accusations «non étayées». 

(arg)