Pharma

11 novembre 2019 08:08; Act: 11.11.2019 10:41 Print

Sandoz rachète les activités japonaises d'Aspen

Le rachat des activités nippones d'Aspen va permettre à Sandoz d'ancrer sa présence dans le 3e marché mondial des génériques.

storybild

La filiale de Novartis, Sandoz, grignote encore plus ses parts de marché dans les génériques. (Photo: Keystone/archive/photo d'illustration)

Une faute?

Sandoz va racheter les activités japonaises de son concurrent sud-africain Aspen Pharmacare. La filiale de Novartis spécialisée dans les génériques et les biosimilaires indique lundi avoir conclu un accord contraignant à cet effet.

Ce dernier prévoit un paiement initial de 300 millions d'euros (329,5 millions de francs), ainsi qu'une contrepartie différée qui ne devrait pas dépasser les 100 millions d'euros. L'opération, dont la finalisation est attendue pour le premier semestre 2020, devrait permettre à Sandoz d'ancrer sa présence dans le troisième marché mondial des médicaments génériques, selon un communiqué.

Le portefeuille d'Aspen au Japon consiste en une vingtaine de traitements dont le brevet a expiré, en particulier dans l'anesthésie (notamment le Xylocaine) et des produits spécialisés (notamment l'Imuran), ainsi que des marques locales. Il représente un chiffre d'affaires pour l'année en cours de 130 millions d'euros.

Accord d'approvisionnement

Les deux partenaires ont par ailleurs conclu un accord d'approvisionnement de cinq ans à compter de la finalisation de l'acquisition, assorti d'une option de prolongation de deux années supplémentaires, aux termes duquel Sandoz fournira à Aspen des substances actives, ainsi que des produits finis et semi-finis en lien avec son portefeuille.

«L'acquisition des opérations japonaises d'Aspen renforcera de manière significative notre position dans ce pays, un marché stable mais en croissance pour les génériques», s'est félicité le patron de Sandoz, Richard Saynor, cité dans le communiqué.

Dans une note, la Banque cantonale de Zurich (ZKB) estime que le prix que s'aprête à débourser la filiale de Novartis, fréquemment évoquée comme candidate à l'autonomisation, n'est pas trop élevé. A la Bourse suisse, l'action Novartis caracolait en tête du SMI des valeurs vedettes ( 0,11%) avec une avancée de 1,3% à 88,64 francs.

(nxp/ats)