Saudi Aramco

11 décembre 2019 08:46; Act: 11.12.2019 11:25 Print

La plus grosse entrée en Bourse de l'histoire

L'action du géant pétrolier saoudien s'est envolée de 10% pour ses premiers pas en Bourse mercredi.

storybild

Yasir al-Rumayyan, président de Saudi Aramco (3 novembre 2019). (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'action de Saudi Aramco s'envole pour ses débuts en Bourse L'action du géant pétrolier saoudien Aramco s'est envolée de 10% pour ses débuts mercredi sur la place boursière de Ryad. L'opération a représenté la plus grosse introduction en Bourse de l'histoire.

Le cours de l'action du mastodonte de l'or noir a gagné 3,2 riyals portant sa valeur à 35,2 riyals (9,2 francs), quelques secondes seulement après que le directeur général d'Aramco, Amin Nasser, a fait sonner la cloche marquant les débuts de l'entreprise en Bourse à 07H30 GMT.

25,6 milliards de dollars

Aramco avait fixé le prix initial de son action à 32 riyals (8,53 dollars) et affirmé avoir levé 25,6 milliards de dollars, dépassant la somme record des 25 milliards de dollars levés en 2014 par le géant chinois du commerce en ligne Alibaba, à Wall Street. La cotation de l'entreprise qui génère le plus de bénéfices au monde propulse la Bourse saoudienne parmi les dix premières au monde.

«Aujourd'hui, le royaume d'Arabie saoudite n'est plus le seul actionnaire de l'entreprise», a déclaré le président du conseil d'administration d'Aramco, Yasir al-Rumayyan, lors d'une grande cérémonie organisée mercredi matin.

«Plus de cinq millions d'actionnaires, dont des citoyens et des résidents, ainsi que des pays (du Golfe) et des institutions internationales d'investissement y ont adhéré. C'est un jour où tout le monde à Aramco et dans le royaume peut être extrêmement fier», s'est-il félicité.

Objectif «2000 milliards»

L'opération s'inscrit dans le cadre d'un vaste plan de réforme destiné à diversifier l'économie saoudienne largement dépendante de l'exportation de brut. Les revenus générés devraient être injectés dans des mégaprojets d'infrastructures dans lesquels le royaume s'est lancé sous la houlette du prince héritier Mohammed ben Salmane, notamment dans les secteurs du tourisme et du divertissement.

Mais sur fond de chute des cours du brut et de tensions régionales, les espoirs d'une valorisation de l'entreprise à 2000 milliards de dollars ont été revu à la baisse à quelque 1700 milliards. L'introduction en Bourse d'Aramco, annoncée pour la première fois en 2016 avant d'être plusieurs fois repoussée, devait initialement rapporter jusqu'à 100 milliards de dollars avec la vente de jusqu'à 5% de l'entreprise publique.

Aramco a finalement annoncé qu'il allait mettre en vente 1,5% de son capital à Ryad. Les projets du gouvernement saoudien de lever des fonds supplémentaires avec l'entrée sur une place boursière internationale restent en suspens et l'introduction à Ryad a finalement été fortement axée sur les investisseurs saoudiens et d'autres pays du Golfe.

Les autorités tentent désormais de persuader les familles et les institutions fortunées du pays d'acheter des actions d'Aramco en circulation, pour atteindre la barre des 2000 milliards de dollars en faisant monter le prix du titre, selon un article du Financial Times.

Apport de l'Etat saoudien

Deux tiers des actions ont été réservés aux investisseurs institutionnels et le gouvernement saoudien a fini par mettre la main à la poche pour assurer le succès de l'opération, qui devait à l'origine permettre de lever des fonds privés afin de les réinjecter dans la diversification économique du royaume. Les organismes gouvernementaux saoudiens ont représenté 13,2% de la tranche institutionnelle, investissant environ 2,3 milliards de dollars, selon Samba Capital, une des entreprises chargées de piloter l'introduction en Bourse.

Les analystes les plus sceptiques estiment que les recettes de l'opération couvriront à peine le déficit budgétaire abyssal du royaume pendant un an. L'introduction en Bourse s'accompagne également d'une pression sur les prix du pétrole en raison de la morosité de l'économie mondiale frappée par la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine et de la production record des exportateurs de pétrole brut hors OPEP.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jay le 11.12.2019 09:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est fini

    Et oui ! Par le biais de cette annonce vous êtes maintenant et définitivement certains que les riches nos banques, nos assurances nos fonds de placement publique n'en ont rien à fichtre de l'environnement ! Vive le pognon à mort la planète ! Ou à la vie , à la mort ! Belle journée profitez y en aura plus pour longtemps

  • fredo le 11.12.2019 09:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    hypocrisie occidentale

    Comment un pays comme ca peut il ecore exister sans sanctions? Ce pays ne respecte rien!

  • Alain le 11.12.2019 09:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La bourse un désastre annoncé pour l'humanité

    Bourse,mondialisation, globalisation,profis et gains maximum,libertés de marché dans une jungle de consomation à outrance. Les gros égoïstes de la planète s'enrichissent à fond sur le dos des petits et le diable argent va faire crever l'humanité. Ces guignols oublient que nous sommes sur une planète qui tourne tous les jours dans l'univers et elle va nous faire payer toutes ces conneries au prix fort car elle aussi n'en peu plus et pourtant l'homme s'obstine encore et toujours.

Les derniers commentaires

  • Danstagueule le 12.12.2019 19:57 Report dénoncer ce commentaire

    Pas demain hélas.

    L'humanité se portera mieux, lorsque les riches passerons à la caisse. Lorsque l'humanité aura pris conscience qu'il n'est plus tolérable que quelques petits pour-cent d'exploiteurs, ce comportent comme des demi-dieux, que l'économie mondiales n'est qu'une machine à misère, qui pollue, qui exploite, qui opprime, qui vole nos vies et notre liberté.

  • Fabienne le 11.12.2019 19:20 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai fait le pas

    J'ai écouté Greta, j'ai décidé de ne plus prendre l'avion et avec l'argent économisé, j'ai acheté des actions de cette entreprise. Faites comme moi, un pas vers l'écologie responsable.

  • Ange 0 et Démon 1 le 11.12.2019 18:33 Report dénoncer ce commentaire

    Discount sélectif pour faible d'esprit

    Greta charbon tu te révolte pas contre cette aberration

    • Al_boom le 11.12.2019 19:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Ange 0 et Démon 1

      Quel commentaire idiot... comme tous les anti-Greta...

    • Ange 0 et Démon 1 le 12.12.2019 17:29 Report dénoncer ce commentaire

      Intelligence diminué

      Effectivement il faut mettre discours à la place de discout... seul les intelligent on compri... dommage que tu fait pas partie de ce groupe...

  • DbdbB! le 11.12.2019 15:33 Report dénoncer ce commentaire

    L'économie donne la gerbe.

    Ce genre de nouvelles, relaté avec gourmandise par les journalistes, ne peut que démoraliser les honnêtes gens qui bossent et paient des impôts...

  • John Snow le 11.12.2019 14:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Gros casse en vue

    Les propriétaires de cette entreprise savent que leur business arrive à l'air de décroissance... et donc au lieu de tout perdre, ils vendent petit à petit leurs parts pour retirer leurs billes : comme ça ils gagnent encore quelques milliards maintenant et dans les quelques prochaines années où ils vont continuer de vendre leur participation... et les pertes seront pour tous ceux qui auront acheté ces actions à long terme...

    • titi le 11.12.2019 19:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @John Snow

      Comme nos caisses de retraites, pensions et autres