Télécoms

23 août 2019 07:30; Act: 23.08.2019 11:30 Print

Semestre prospère pour Mobilezone

Le groupe Mobilezone a connu un bon début d'année, marqué par une hausse des recettes et une amélioration de la rentabilité opérationnelle.

storybild

La direction de Mobilezone a décidé de relever de 6 millions ses objectifs annuels. (Photo: Keystone/archive/photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Fort de sa performance, l'exploitant zurichois de magasins de télécommunications a revu à la hausse ses objectifs pour l'ensemble de l'exercice.

Le chiffre d'affaires net réalisé entre janvier et juin a progressé de 1,4% sur un an à 567,6 millions de francs, porté exclusivement par les activités commerciales, alors que celles de service ont chuté d'un cinquième, a précisé l'entreprise vendredi dans son rapport à mi-parcours.

Les recettes du segment Commerce affichent une augmentation de 3,5% à 531 millions de francs, malgré une contraction de près de 4% des ventes de gros à 237 millions.

Activité en Allemagne dopée par SH

Les affaires en Allemagne, où le groupe réalise plus de 80% de ses recettes, ont été particulièrement florissantes. Plus de 126'000 contrats mobiles ont été conclus en ligne, soit une augmentation de 21%.

Cette activité est par ailleurs appelée à «bien plus que doubler» avec l'intégration à compter du 1er juin de SH Telekommunikation, a précisé Mobilezone. Pour l'ensemble de 2019, l'entreprise dit s'attendre à la conclusion plus de 380'000 de contrats.

En tenant compte de l'intégration de SH, la direction de Mobilezone s'attend à voir ce nombre franchir la barre des 500'000 sur l'année calendaire.

En Suisse en revanche, les ventes ont chuté de plus d'un quart en glissement annuel à 152,1 millions de francs, malgré la progression de 6% ( 146'000) du nombre de contrats vendus - postpaid, internet et télévision.

En téléconférence, le directeur général de Mobilezone, Markus Bernhard, a indiqué vouloir ramener le nombre de magasins à 115 pour l'ensemble de la Suisse, contre 119 en mars. Plusieurs fermetures sont prévues, en Suisse romande et à Lucerne, mais aussi des ouvertures, comme à la gare centrale de Zurich, a assuré le dirigeant.

Le chiffre d'affaires du segment Service a été amputé de plus d'un cinquième à 37,9 millions de francs. «La perte de chiffre d'affaires due aux clients du réseau fixe n'a pas pu être entièrement compensée par la téléphonie mobile», a expliqué Mobilezone.

Mobilezone a également étoffé sa rentabilité opérationnelle. Le résultat avant intérêts et impôts (Ebit) est ressorti à 23,6 millions de francs, soit 2,8% de mieux qu'au premier semestre 2018, pour une marge afférente de 4,2%, en hausse de 10 points de base (pb).

Le bénéfice net a progressé de 1,5% à 17,1 millions.

Ambitions relevées

Evoquant une marche des affaires au premier semestre «très satisfaisante, en particulier dans les activités commerciales», la direction de Mobilezone a décidé de relever de 6 millions ses objectifs annuels communiqués en mars. L'entreprise vise donc désormais un Ebit compris entre 56 et 61 millions de francs.

La contribution de SH à l'Ebit pour l'exercice 2019 devrait se monter à 10 millions d'euros, soit près de 11 millions de francs au cours du jour. En 2018, la société - dont le rachat avait été annoncé en mai et finalisé le mois suivant - avait réalisé un chiffre d'affaires de 517 millions d'euros et un Ebit avoisinant les 10 millions.

Le bond des recettes s'est accompagné d'une hausse de l'endettement net. Le patron de Mobilezone a assuré que celui-ci serait ramené à moins de 2,5 fois la valeur de l'excédent brut d'exploitation (Ebitda).

Dans une note, la banque Vontobel souligne la bond de plus d'un quart de l'Ebit en Suisse, ainsi que la contribution annoncée de SH à la performance opérationnelle pour sept mois de consolidation en 2019.

La copie rendue par le groupe zurichois a été bien accueilli par les investisseurs. A 11h15, la nominative Mobilezone bondissait de près de 2,8% à 9,62 francs dans des volumes élevés, après avoir frôlé la barre des 10 francs les premiers échanges, surperformant allègrement son indice de référence (SPI) qui progressait de 0,62%.

(nxp/ats)