Bienne (BE)

27 juillet 2014 22:42; Act: 27.07.2014 22:48 Print

Soigner sa forme avec une Swatch au poignet

Le groupe horloger suisse prépare sa première montre intelligente pour l’année prochaine.

storybild

Pour Nick Hayek, son entreprise maîtrise tout le savoir-faire (Photo: Keystone/Martial Trezzini)

Une faute?

Swatch Group ne loupera pas le virage des montres connectées, a assuré Nick Hayek dans la «NZZ am Sonntag». Les premiers produits devraient se rapprocher davantage des bracelets de suivi d’activité physique et de santé que des montres-téléphones.
«En 2015, nous allons intégrer toutes les fonctions fitness dans une Swatch Touch. Cela restera une montre mais avec toutes les fonctions courantes de suivi du corps», a détaillé le patron du groupe horloger. Il a rappelé que la filiale EM Microelectronic, à Marin (NE), disposait de tout le savoir-faire nécessaire: elle est à l’avant-garde en matière de processeurs, capteurs, relevés des accéléromètres, batteries de longue autonomie et écrans.

«Pour des smartwatches simples, Swatch et Tissot conviennent, a expliqué Nick Hayek. Si on veut aller plus loin et penser à des objets avec des écrans en haute résolution, on devra vraisemblablement se tourner vers d’autres marques de notre groupe en raison du label de fabrication suisse.» Cela pourrait concerner d’autres marques de son portefeuille, comme l’américaine Hamilton.

Le marché des montres connectées est, lui, toujours suspendu à l’arrivée, pressentie pour cet automne, d’Apple avec son «iWatch» ou «iTime». La semaine dernière, Swatch avait fermement démenti qu’il travaillait sur le modèle du géant américain. Nick Hayek ne craint pas la concurrence, bien au contraire. «Si Apple lance une smartwatch, cela va aussi créer un marché pour nous», s’est-il réjoui.

(laf)