France

22 février 2019 11:46; Act: 22.02.2019 11:46 Print

Toxicité: les protections féminines laissent à désirer

Un test réalisé par le magazine "60 Millions de consommateurs" a mis en évidence divers résidus dangereux, y compris pour la fertilité.

storybild

Tampons et serviettes peuvent contenir des traces de substances dangereuses pour la santé (Photo: ISTOCK)

Une faute?

Après les langes pour bébés il y a un mois, les serviettes et tampons hygiéniques sont sous la loupe. «60 millions de consommateurs» a publié son deuxième test à ce sujet. Trois ans après une première alerte en 2016, rien n’a changé. Des résidus de glyphosates et dioxines (cancérigènes) sont toujours présents dans de nombreuses protections, dont Tampax et Always.

«Autre résultat remarquable: la présence de phtalates que nous n’avions pas détectés auparavant», relève le magazine français. L’un d’eux est particulièrement préoccupant: le DEHP, suspecté par l’Agence européenne des produits chimiques «de pouvoir altérer la fertilité». Le phénomène touche aussi des protections féminines bio.

Des traces, mais indésirables

Les substances détectées le sont à l’état de traces, à un niveau largement inférieur aux seuils sanitaires, s’est défendu le syndicat des fabricants, Group’hygiène, cité par «Le Monde». «Le niveau peut être si faible qu’il équivaut à un carré de sucre dans 2000 piscines olympiques.»

C’est pour cette raison qu’en 2016, l’Agence française de sécurité alimentaire avait simplement recommandé d’éliminer ou réduire ces substances, sans imposer de règles. Insuffisant, pour «60 millions de consommateurs», car ces produits mettent jeunes filles et femmes en contact avec «des résidus pour le moins indésirables de manière chronique».

«À quand une prise de conscience collective?» interroge le magazine, qui demande aussi un meilleur étiquetage des ingrédients

(aia)