Votations

14 avril 2013 16:02; Act: 14.04.2013 18:15 Print

Trois grands patrons contre l'initiative «1:12»

Nick Hayek (Swatch Group), Anton Affentranger (Implenia) et Herbert Bolliger (Migros) jugent l'initiative des jeunes socialistes trop rigide et néfaste pour la place économique.

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est une initiative dogmatique avec des exigences trop rigides», a relevé Nick Hayek dans une interview au «SonntagsBlick». Le directeur général de Swatch Group voit les auteurs du texte comme d'«honnêtes concierges qui veulent volontiers contrôler quand on doit éteindre la lumière et à quel niveau sonore on doit écouter la musique.»

Simultanément, Nick Hayek dit comprendre la rancune que peuvent susciter certains managers. Les attaques contre les très hauts salaires trouvent leur origine dans la culture boursière anglo-saxonne, qui est trop fortement orientée vers les intérêts à court terme des actionnaires, explique-t-il.

Liberté économique

«Nous devons à nouveau veiller à ce qu'une entreprise crée de la valeur pour tous ses participants et non pas uniquement pour ses actionnaires», précise Nick Hayek.

Le directeur général du numéro un suisse de la construction Implenia, Anton Affentranger, estime que les entreprises doivent être responsables pour l'environnement et la société. «Nous observons une fracture entre l'économie et la société», se montre-t-il préoccupé dans une interview à la «SonntagsZeitung».

Il n'en demeure pas moins que l'initiative 1:12 prend une mauvaise direction. «Je trouve absurde que le rôle de fixer un salaire maximum et minimum revienne à l'Etat», indique Anton Affentranger. Le patron d'Implenia y voit une menace pour la liberté économique et individuelle.

Question de taille aussi

Herbert Bolliger, directeur général de Migros, fait également preuve de la plus grande retenue à l'égard de l'initiative. «Les effets à long terme seraient négatifs», avertit-il dans les colonnes du «SonntagsBlick». «La Suisse se trouverait isolée.»

Le patron du géant orange admet cependant que certaines entreprises ont commis des excès. «Certaines personnes ont complètement perdu le sens de la mesure». L'éventuel caractère excessif d'un salaire dépend également de la taille de l'entreprise, insiste Herbert Bolliger.

«Il y a davantage de marge de manœuvre vers le haut pour une multinationale comme Nestlé que pour un fabricant de chocolat qui réalise un chiffre d'affaires annuel de 2 ou 3 milliards de francs», illustre Herbert Bolliger. Ce dernier fait ici référence indirecte à la rémunération du patron de Lindt & Sprüngli.

Celui-ci, Ernst Tanner, a ainsi gagné près 7 millions de francs l'an passé. Le directeur général de Migros dit en revanche n'avoir aucun problème avec son homologue de Nestlé quand il perçoit 10 ou 15 millions, pour un chiffres d'affaires de 92,2 milliards en 2012.

L'initiative 1:12 a été déposée en mars 2011 munie de plus de 113'000 signatures. Le texte des Jeunes socialistes exige que le plus bas salaire versé dans une entreprise soit au maximum 12 fois plus bas que la personne la mieux payée de la firme.

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • jacques le 14.04.2013 20:45 Report dénoncer ce commentaire

    Impôts et AVS

    Dans tous ces très beaux commentaires il est oublié que ces "gros" salaires paient près de 60% d'impôts et de charges sociales ... qui profitent à tout le monde ...

  • Numéro 17383 le 14.04.2013 23:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Différence n'est pas égale à inégalité

    Les oppositions existent, c'est une réalité vieille comme le monde. Le bien et le mal, l'homme et la femme, le chaud et le froid et j'en passe. Visualisez maintenant un monde sans ces différences, un monde de perte d'identité, totale. Voyez un pays où chaque champ donnerait sa récolte sans qu'on y apporte pour autant un quelconque entretien, fini les maladies ou les sécheresses, mais il s'agirait malheureusement toujours de la même quantité et qualité de blé à quelques kilos près. Ce serait bien sûr magnifique, à court terme. En effet, quelle serait les motivations d'un agriculteur de rester dans cet ''Eldorado'' s'il constate que malgré tous les efforts apportés dans la culture de son domaine, il ne récolte au final, guère plus de blé que son voisin? Et si au final tous restent, quelle génération d'agriculteurs cela donnerait-il? Une bande de dépravés, sans réelles ambitions, embourbée dans une routine rondement bien mené, car en voyant que leur efforts faisaient tout sauf payer, ils se sont dit, à quoi bon lutter? En résumé il faut deux poids de chaque côté sur la balance pour que l'équilibre règne. Le monde politique devrait mieux le savoir que quiconque, au vu de la lutte entre la gauche et la droite. Les différences doivent persister dans cette humanité qui par peur de se démarquer, à remplacé ce mot par inégalité.

  • Fifi le 14.04.2013 18:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Retour au communisme

    Je vous propose de faire un retour au communisme comme cela tout le monde seras à la même enseigne , à j'oubliais sauf évidement les dirigeants

Les derniers commentaires

  • Fabien le 15.04.2013 14:08 Report dénoncer ce commentaire

    Suivons comme des moutons la presse

    A voir les sondages, l'initiative passera, les médias y sont pour beaucoup. Les prochaines années nous diront si attaquer d'une manière si agressive les patrons est vraiment une bonne idée quand le peuple se réveillera et qu'il comprendra qu'ils donnent de l'emploi qui sera alors perdu. Mais c'est vrai, ils donneront du boulot aux populations des pays pauvres ça fait bien. Et nous dans 20 ans, nous rejoindrons l'économie de ces mêmes pays? J'exagère, je me trompe?... Oui, je l'espère aussi.

  • ryan le 15.04.2013 10:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une longueur d'avance

    les entreprises trouveront tjr un moyen de contourner la loi. elles n'hésitent pas à payer massivement les meilleurs avocats, fiscalistes, etc... qui refuseraient pour qq millions?! minder et 1:12 c'est juste pout calmer le peuple! :D

  • patagon le 15.04.2013 10:03 Report dénoncer ce commentaire

    Richland

    La Suisse est de plus en plus riches, beaucoup s'installent des gens très fortunés n'ayant jamais eu besoin de travailler, donc ce système 1/12 qui se pratique dans les pays Scandinaves ou les pays en croissance Tchéquie Pologne, certains entrepreneurs patrons gagnent juste le double d'un salarié quand tout va bien dans les pays de l'UE ou la croissance est double qu'en Suisse, moins de mouvements de personnel là bas

  • Oto Mobil le 15.04.2013 06:46 Report dénoncer ce commentaire

    Constatations

    Je vivais mieux en 1980 avec 2'500.-/mois qu'aujourd'hui avec 6'000.- !...Après quelques constatations et comparaisons, je me suis rendu compte que le principal responsable de cet état de fait, c'est l'ETAT !.....avec des impôts toujours plus gloutons, des taxes pour ci, des taxes pour ca, etc....et c'est pas en apauvrissant les riches.....que l'on va enrichir les pauvres et dites vous bien que c'est encore grace aux "riches" que les "pauvres" ont à bouffer !

  • Epicure le 15.04.2013 00:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Suite

    Les plus riches du monde. Penser à ceux qui ne vivent avec même pas 1 dollars par jour, qui n'ont pas de toit et qui ne mange à leur faim. Ne penser à eux ne serait-ce qu'un seul instant , vous fera certainement vous sentir plus "riche" que vous ne le penser!